Livre:Pierron - Histoire de la littérature grecque, 1875.djvu

Pierron - Histoire de la littérature grecque, 1875.djvu
TitreHistoire de la littérature grecque Voir l'entité sur Wikidata
AuteurAlexis Pierron Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionLibrairie Hachette et Cie
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1875
Publication originale1850
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider

Pages

- - - -  i  ii  iii  iv  v  vi  vii  viii 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 584 585 586 587 588 589 590 591 592 tam tam tam tam tam tam tam tdm

TABLE DES CHAPITRES.


Préliminaires 
 1
La poésie grecque avant Homère 
 15
Les Rhapsodes 
 30
Homère 
 43
Hésiode 
 88
Hymnes homériques et poëmes cycliques 
 109
Poésie élégiaque et poésie ïambique 
 124
Suite de la poésie élégiaque 
 138
Poésie choliambique. Parodie. Apologue 
 152
Lyriques éoliens 
 160
Lyriques doriens 
 176
Lyriques ioniens. Scolies 
 189
Pindare 
 205
Théologiens et philosophes poëtes 
 218
Premières compositions en prose 
 228
Hérodote. Hippocrate 
 237
Origines du théâtre grec 
 251
Eschyle 
 268
Sophocle 
 281
Euripide 
 292
Décadence de la tragédie 
 311
Ancienne comédie 
 316
Autres poëtes du siècle de Périclès 
 338
Thucydide 
 342
Ancienne éloquence politique 
 351
Sophistes 
 357
Socrate 
 363
Orateurs de la fin du cinquième siècle avant J. C. 
 369
Xénophon 
 378
Platon 
 388
Aristote et Théophraste 
 402
Orateurs du quatrième siècle avant J. C. 
 414
Eschine. Démosthène 
 434
Historiens du quatrième siècle avant J. C. 
 449
Comédie moyenne 
 452
Comédie nouvelle 
 457
Deux philosophes poëtes 
 465
Littérature alexandrine 
 470
Littérature sicilienne 
 481
Autres écrivains du troisième siècle av. J. C. 
 497
Écrivains des deux derniers siècles av. J. C. 
 500
Écrivains grecs contemporains d’Auguste et des premiers empereurs 
 507
Plutarque 
 516
Stoïciens nouveaux 
 523
Lucien 
 529
Autres écrivains du siècle des Antonins 
 541
Oppien. Babrius 
 547
Philosophes alexandrins 
 556
Historiens et sophistes du troisième siècle 
 565
École d’Athènes 
 569
Appendice 
 585


TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES.

LES CHIFFRES INDIQUENT LES PAGES.


A
Abderitains, 310.
Académie (l’), 391.
Acharniens (les), comédie d’Aristophane, 328, 329.
Achéus d’Érétrie, poëte tragique, 312.
Achille, dans Homère, 63, 67.
Achille Tatius, romancier, 578.
Acroamatiques (traités), ou acroatiques, ouvrages d’Aristote destinés aux disciples du Lycée, 408.
Acusilaus d’Argos, logographe, 234.
Aèdes, d’abord prêtres, 15 ; piériens, 19, 21 ; autres aèdes religieux, 22, 23 ; aèdes épiques, 24, 25 ; aèdes cités par Homère, 25, 28.
Agathias, poëte, 591, 592.
Agathon d’Athènes, poëte tragique, 312, 313
Agesilas (éloge d’), par Xénophon, 386.
Agias de Trèzene, poëte cyclique, 121.
Ajax, dans Homère, 69, 70.
Alcée de Mitylène, poëte lyrique, 163, 169.
Alcibiade, orateur, 370.
Alcidamas d’Élée, orateur, 432.
Alciphron, sophiste, 568.
Alcman, poëte lyrique, 176, 179.
Alcmène, dans les Grandes Éées d’Hésiode, 106.
Alexandra, poëme de Lycophron, 471, 476.
Alexandre ; édition d’Homère, faite pour lui par Aristote, 84 ; Lettre sur le Monde, que lui adresse Aristote, 407.
Alexandrine (littérature), 470 et suiv.
Alexandrins (érudits), 479, 480 ; leurs travaux de critiques sur Homère, 85, 86.
Alexis, poëte comique, 456, 457.
Alphabet grec, perfectionné par Simonide, 193.
Ammonius Saccas, fondateur de l’école éclectique, 575.
Anabase (l’), ouvrage historique de Xénophon, 384, 385 ; discours tiré de l’Anabase, 387, 388.
Anacréon, poëte lyrique, 189, 194.
Ananius, poëte satyrique, 154.
Anaxagore de Clazomènes, philosophe, 232, 233.
Anaximandre de Milet, philosophe, 231.
Anaximène, philosophe, 231.
Andocide d’Athènes, orateur, 373, 375.
Antidosis, discours d’Isocrate, 418, 424.
Antimachus, poëte épique, 339, 340.
Antiphane, poëte comique, 455, 456.
Antiphon de Rhamnunte, orateur, 371, 373.
Antonins (caractère du siècle des), 523, 529 ; 531 et suiv.
Apion, grammairien, 511.
Apollon Délien (hymne à), 110, 111.
Apollon Pythien (hymne à), 112, 113.
Apollonius de Rhodes, poëte épique, 478, 479.
Apollonius de Tyane, 566.
Apologue (l’), 95 ; 135 ; 155 (voy. Ésope, Babrius).
Appien, historien, 545.
Aratus, poëte didactique, 498.
Archiloque, poëte satirique, 133, 135.
Argonautiques (les), poëme d’Apollonius de Rhodes, 478, 479.
Arion, poëte lyrique, 174, 175.
Aristarque, critique alexandrin, 480.
Aristénète, sophiste et romancier, 588, 589.
Aristide, orateur, 353, 354.
Aristophane ; sa vie, 323, 324 ; son caractère, 324, appréciation littéraire, 324 et suiv. (voy. Comédies d’Aristophane).
Aristophane de Byzance, critique alexandrin, 480.
Aristote ; sa vie, 404 ; ses poésies, 404, 405 ; ses Dialogues, ses traités populaires, 405, 407 ; ses grands ouvrages (voy. Acroamatiques), 408, 410 ; ses travaux sur Homère, 85.
Arrien, auteur du Manuel d’Épictète, de Dissertations philosophiques, 526, et d’une Histoire d’Alexandre, 527.

Athénée, auteur du Souper des Sophistes, 567, 568.
Athénes (éducation des enfants à), 357; école d’Athènes, au quatrième siècle de J. C., 569, 570.
Atlantide (l’), poëme de Solon, 146, 147.


B
Babrius, fabuliste, 551, 556.
Bacchus (hymne à), 117.
Bacchylide, poëte lyrique, 201, 202.
Banquet (le), dialogue de Platon, 394, 397.
Batrachomyomachie (la), poëme attribué à Homère, 156, 159.
Bérose, historien, 499.
Bion et Moschus, poëtes bucoliques, 492, 497.
Brontinus, poëte orphique, 220.


C
Cadmus de Milet, logographe, 234.
Callimaque, poëte alexandrin, 476, 479.
Callinus d’Éphèse, poëte élégiaque, 126, 127.
Callistrate; scolie en l’honneur d’Harmodius et d’Aristogiton, 203, 204.
Caractères de Théophraste, 411, 413.
Cebès ; Tableau de la vie humaine, 389.
Cercops, poëte orphique, 220.
Cérès (hymne à), 115, 117.
Chants primitifs, leur caractère religieux, 15.
Charon de Lampsaque, logographe, 235, 236.
Chérémon, poëte tragique, 314, 315.
Chœrilus, poëte tragique, 259.
Chœrilus de Samos, poëte épique, 339.
Chœur tragique, 265 ; chœurs d’Eschyle, 276, 277.
Choliambe, ou trimètre scazon, 152.
Chorizontes, grammairiens d’Alexandrie qui attribuaient l’Iliade et l’Odyssée à deux poëtes différents, 53.
Cithare, phorminx, instrument à cordes ; description selon Homère, 30, 31.
Cléanthe, philosophe poëte, 468, 469.
Cléon, orateur, 349 ; 369, 370.
Colutrus, poëte épique, 589, 590.
Comédie; ses origines, 316, 317 ; Dorienne, Épicharme, Phormis, 318, 319 ; Athénienne, satire politique et scandaleuse, Cratès, Cratinus, Eupolis, 319, 323 ; Comédie ancienne, 316, 338 ; Comédie moyenne, 452, 457 ; Comédie nouvelle, 460, 465.
Comédies d’Aristophane ; politiques, philosophiques, littéraires, 328 ; les Acharniens, plaidoyer en faveur de la paix, 328, 329 ; les Chevaliers, contre Cléon, 329, 330 ; la Paix, allégorie de circonstance, 330 ; Lysistrate, nouveau plaidoyer pour la paix, 330 ; les Nuées, contre Socrate, 331 ; les Guêpes, 331, 332 ; l’Assemblée des Femmes, 332, 333, Plutus, contre l’aveuglement de la Fortune, 333 ; les Fêtes de Cérès, contre Euripide, 334 ; les Grenouilles, contre Euripide, 334, 335 ; les Oiseaux, pièce fantastique, 335, 336.
Comos, banquet des fêtes de Bacchus, 316, 317 ; fête en l’honneur des vainqueurs des jeux, 209.
Concours dramatiques, 260, 261.
Corinne de Tanagre, poëtesse, 187.
Coryphée, chef du chœur, 266.
Cratinus, poëte de l’ancienne Comédie, 337, 338.
Critias, poëte, 339 ; orateur, 370, 371.
Ctésias de Cnide, historien, 449.
Ctésiphon ; procès de la Couronne, 435 ; 437 (voy. Démosthène).
Cycliques (poëmes), épopées complétant l’œuvre d’Homère, 117, 118 ; poëtes cycliques, Arctinus, Stasinus, Leschès, Agias, Eugamon, 118, 23.
Cyclope (le), drame satyrique d’Euripide, 299, 301.
Cyropédie, roman historique de Xénophon, 386, 387.


D
Damascius, philosophe, 584.
Démade, orateur, 433.
Démétrius de Phalère, orateur, 448.
Démodocus, aède des Phéaciens, 27, 28.
Démosthène ; sa vie, 438, 439 ; ses plaidoyers, 439 ; ses discours politiques, 440 ; procès d’Harpalus, 440, 441 ; discours de la Couronne, 443, 445 ; jugement de Plutarque, 442 ; comparaison avec Péricles, 443 (voy. Ctésiphon, Eschine).
Denys d’ Halicarnasse, historien, 508, 509.
Descriptions d’Homère,77, 78.
Dialectes : béotien ou éolien, concordance avec le latin, 5 ; dorien, variété de l’éolien, sons ouverts, rareté des sifflantes, 6 ; ionien, le plus éloigné du type primitif, sons liquides, voyelles, euphonie, 6, 7 ; épique, langue commune de la poésie, 7 ; attique, ionien plus sévère, langue littéraire de toute la Grèce, 7, 8.
Dialogues d’Aristote, 405, 406.
Dialogues de Platon, compositions dramatiques, 392, 393 ; contre les sophistes, 394, 395 ; le Phédon 392, 393 ; le Banquet, 394, 395 ; la République et les Lois, 397, 399.

Diascévastes, ordonnateurs des œuvres d’Homère, 84.
Dieux (les) d’Homère, 62.
Dinarque de Corinthe, orateur, 432 ; plaidoyer contre Démosthéne, 441.
Diodore de Sicile, historien, 510, 511.
Diogène d’Apollonie, philosophe, 233.
Diogène de Laërte, compilateur, 567.
Dion Cassius, historien, 565.
Dion Chrysostome, sophiste, 513 ; l’Histoire eubéenne, 514, 515.
Dionysius Zagreus, le Bacchus des Orphiques, 219.
Diorthuntes, correcteurs des œuvres d’Homère, 84, 85.


E
Éclectisme alexandrin, 556 et suiv.
Écriture ; son antiquité chez les Grecs, 37, 43.
Éées (les Grandes), poëme d'Hésiode, 105, 106.
Élégie ; origine, étymologie, 124 ; règles prosodiques, récitation élégiaque, accompagnement, 125 ; le vers élégiaque et le vers anapestique, 132, 133.
Élien, compilateur, 566.
Élinus ou linus (v.), nom générique des chants tristes, 15.
Élius Aristide, sophiste, 542, 543.
Éloquence, originaire de Sicile, selon les rhéteurs ; Corax, Gorgias, 351 ; origines véritables de l’éloquence, 352.
Empédocle d’Agrigente, philosophe, 224, 226.
Éphore de Cymé, historien, 451, 452.
Épicharme de Cos, poëte comique, 318, 320.
Épictète, philosophe, 525, 526.
Épigones (les), épopée attribuée à Homère, 122.
Épigramme ; sa nature chez les Grecs, 200.
Épithalames de Sappho, 172, 173.
Épode, introduit par Stésichore entre la strophe et l’antéstrophe du chœur, 180.
Érinna, poëtesse lesbienne, 173, 174.
Eschine, orateur ; sa vie. 434, 435 ; procès de la Couronne, 435, 437.
Eschyle; sa vie, 268, 270; son génie lyrique et dramatique, 276, 279 ; comparaison d’Eschyle et de Sophocle, 281, 282 (voy. Tragédies d’Eschyle).
Ésope, fabuliste, 155, 156.
Éthiopide (l’), continuation de l'Iliade, 119.
Eugamon, auteur de la Télégonie, complément de l’Odyssée, 121, 122.
Eumolpides (les), famille sacerdotale d’Éleusis, 22.
Eunape, biographe, 589.
Euphorion de Chalcis, érudit et poëte, 498, 499.
Eupolis, poëte de l’ancienne Comédie, 337.
Euripide ; sa vie, 292, 295 ; enthousiasme des anciens pour lui, 308, 310 ; son génie dramatique, 302, 308 (voy. Tragédies d’Euripide).
Euripidomanie (l’), raillée par Lucien, 310.
Exotériques (traités) d’Aristote, 406, 407.


F
Femmes; leur condition à Athènes, 169, 170 ; chez les Éoliens et les Doriens, 170, 171 ; les femmes dans Homère, Hélène, Pénélope, Andromaque, Calypso, Circé, Nausicaa, 71, 73 ; dans Hésiode, Pandore, 104, 105 ; dans Simonide d’Amorgos, 136, 137; dans Euripide, 303, 304.


G
Grecs ou Hellènes ; leur origine, leur civilisation primitive, 1, 4.
Gryllus (le), dialogue d’Aristote, 406.


H
Hécatée de Milet, logographe, 235.
Hégésippus, orateur, 432.
Hélène (l’) d’Homère, 71, 73.
Héliodore, romancier, 585, 586.
Hellanicus de Mitylène, logographe, 236.
Helléniques (les) de Xénophon, 385.
Héraclite d’Éphèse, philosophe, 231.
Hercule (le Bouclier d’), attribué à Hésiode, 106, 107.
Hermésianax de Colophon, poëte élégiaque, 499.
Hermias (scolie d’Aristote sur), 405.
Hermogène de Tarse, rhéteur, 543.
Hérode Atticus, sophiste, 541, 542.
Hérodien, historien, 566.
Hérodote d’Halicarnasse ; sa vie, 237, 240 ; plan de son histoire, 240, 242 ; Hérodote, écrivain, 242, 243; moraliste, 244, 245 (voy. Histoire d’Hérodote).
Hésiode d’Ascra ; sa vie, 90, 93 ; poëte moraliste, crée l’apologue, 94, 95 ; ouvrages attribués à Hésiode, 105 (voy. Éées, Hercule, Œuvres et Jours, Théogonie).
Hippocrate de Cos, médecin, prosateur ionien, 245 ; sa vie, 246, 248 ; ses ouvrages authentiques, 248, 250 ; son style, 250, 251.
Hipponax d’Éphèse, inventeur de la parodie, 152, 153.
Histoire d’Hérodote ; plan sommaire et appréciation, 240, 242 ; style, 242, 243 ; enseignement moral, véracité, etc., 244, 245.
Histoire de Thucydide ; harangues, narrations, 344, 346 ; style attique, art sans artifice, excellence morale, 346, 351.
Homère ; doutes élevés sur l’existence d’Homère, 43, 45 ; analyse de ses deux poëmes, 45, 53 (voy. Iliade et Odyssée) ; qu’il n’y a eu qu’un Homère, 55, 57 ; date probable de l’existence d’Homère, 58 ; qu’il était Ionien, 59, 61 ; dieux et héros dans Homère, 62, 73 (voy. Dieux, Achille, Ulysse, Ajax, Hélène) ; naïveté d’Homère, 73, 75 ; sublime d’Homère, 75, 76 ; Homère moraliste, 78, 80 ; son style, 80, 83.
Hybrias de Crète ; scolie, 204.
Hynénée (chant de l’), 18, 19.
Hymnes homériques, 109, 116 (voy. Apollon, Mercure, Vénus, Cores, Bacchus).
Hypéride, orateur, 430, 431.


I
Ialémus (l’), même chant que le Linus, 16.
Iamblique le romancier, 544.
Iamblique le philosophe, 564.
Ibycos de Rhégium, poëte lyrique, 184, 186.
Idylles de Théocrite ; définition de l’idylle, , 485 ; Bucoliques, 486, 487 ; les Syracusaines, 487, 488 ; Mythologiques (Polyphème, Hercule, etc.), 488, 489 ; Épîtres, 489, 491.
Iliade ; analyse de l’Iliade, 45, 50 ; l’Iliade et l’Odyssée sont l’œuvre du même poëte, 53, 54 ; dieux et héros de l’Iliade, Achille Priam, Ajax, Hélène, Thersite, etc., 62, 73 ; naïveté de cette poésie, Patrocle et Cébrion, Diomède et Pâris, Phœnix, 73, 76 ; qualités littéraires du style, versification, 80, 83 ; transmission des épopées homériques, 83, 86.
Interpolations dans le texte d’Homère, 86, 88.
Ion de Chios, poëte tragique et historien, 311, 312.
Ionie (décadence littéraire de l’), 138, 139.
Ionien (dialecte), commun, dans le principe, à tous les prosateurs, 233, 234.
Isée, orateur, 426, 428.
Isocrate, orateur, 414, 426 (voy. Antidosis).


J
Josèphe, historien, 512.
Juba, historien, 507.
Julien (l’empereur), 573 ; ses ouvrages, 577, 579 ; discours et lettres, 579, 580.
Jupiter (combat de) et des Titans, dans la Théogonie d’Hésiode, 101, 102.
Justinien ferme les écoles de philosophie, 584.


L
Langue grecque ; son origine, 1, 4 ; caractères généraux, dialectes ramenés à trois types (voy. Dialectes), 4, 8 ; qualités littéraires, 8, 9.
Lasus, poëte lyrique, 186, 187.
Législateurs de la haute antiquité, 294.
Leschès, poëte épique, 120, 121.
Libanius, sophiste, 570, 571.
Linus (le), hymne de deuil, 16.
Logographes (les), premiers historiens, 233, 236.
Lois (dialogues des), de Platon, 397.
Longin, philosophe, 559 ; Traité du Sublime, 560, 562 ; jugement sur Démosthène, 447, 448.
Longus, sophiste et romancier, 586.
Lucien de Samosate ; sa vie, ses voyages, 529, 530 ; scepticisme de Lucien, 530, 533 ; verve et bon sens de sa critique, 533, 534 ; ses romans, 534, 539 ; ses poésies, 539, 541.
Lycophron, poëte alexandrin, 471, 476.
Lycurgue d’Athènes, orateur, 428 ; son discours contre Léocrate, 429 ; contre Lysiclès, 430.
Lyre, cithare perfectionnée ; invention de Terpandre, 30, 31.
Lysias d’Athènes, orateur, 375, 378.


M
Marc-Aurèle ; le livre des Pensées, 527, 529.
Margitès (le), poëme satirique attribué à Homère, 137, 138.
Marinus, philosophe, 584.
Maxime de Tyr, philosophe platonicien, 545.
Méléagre, poëte ; sa Couronne d’Épigrammes, 501, 502.
Ménandre, poëte comique, 461, 463.
Mercure (hymne à), 113, 114.
Mètres ; versification d’Homère, ses licences, 82, 83 ; vers élégiaque, ses règles, licences, 125 ; mètres lyriques d’Alcée, strophe alcaïque, 168 ; strophe sapphique, 168 ; mètres d’Alcman, 179 ; mètres de Stésichore, 180, 181 ; mètres employés dans la tragédie, dans les chœurs, 264, 265.
Mimnerme, poëte élégiaque, 138, 140.
Moschus, poëte bucolique, 495, 497.
Musée ; traditions sur ce personnage, 21, 22.
Musée (le grammairien) ; poëme de Héro et Léandre, 591.
Musée d’Alexandrie, fondé par les Ptolémées, 470 ; les savants du Musée restent grecs, malgré le contact de l’Orient, 556, 557 ; érudits du Musée, 479, 480.
Musique grecque, 161, 162.
Mythologie grecque, 10, 14.


N
Nicandre, médecin et poëte, 500, 501.
Nonnus, poëte épique, 589.
Nuées (les) d’Aristophane, 331.


O
Odyssée ; analyse de l’Odyssée, 50, 53 ; l’Odyssée et l’Iliade sont l’œuvre du même poëte, 53, 54 ; comparaison des deux poëmes, 55, 57 ; caractère d’Ulysse, 67, 69 ; Hélène dans l’Odyssée, 72 ; Pénélope, Nausicaa, Calypso, Circé, 72, 73 ; descriptions, 77, 78 ; style d’Homère, 80, 81 ; le chant xie de l’Odyssée, 87, 88.
Œchalie (prise d’), poëme cyclique attribué à Homère, 122, 123.
Œuvres et Jours d’Hésiode ; analyse, 94, 98 ; authenticité de ce poëme, 103, 104 ; mythe de Pandore, réflexions d’Hésiode sur les femmes, 104, 105.
Olympus, musicien, 24.
Onomacritus, poëte orphique, 220.
Oppien de Cicilie, 547 ; poëmes didactiques, les Cynégétiques, les Halieutiques, les Ixeutiques (perdu), 548, 551.
Orphée (légendes sur), 20, 21 ; recueil des poésies orphiques, 220, 222.
Orphique (école), 218, 219.


P
Pandore, dans Hésiode, 103, 104.
Panégyrique d’Athènes, par Isocrate, 416, 417.
Panétius de Rhodes, philosophe stoïcien, 502.
Paraloge, Paracataloge, récitation des ïambes, 265.
Parménide d’Élée, philosophe poëte, 223, 224.
Parodie, poëme héroï-comique, inventé par Hipponax, 152.
Parthénies, odes d’Alcman destinées à être chantées par des jeunes filles, 178.
Parthes ; acteurs grecs à la cour des rois parthes, 309, 310.
Pathétique d’Euripide, 305, 307.
Pausanias ; Description de la Grèce, 546, 547.
Péan (le) ; explication de ce mot, 17 ; divers péans, 17, 18.
Périclès, orateur, 354, 357 ; son portrait dans Thucydide, 350, 351.
Phédon (le), dialogue de Platon, 392, 393.
Phémius, aède épique ; son chant dans l’Odyssée, 26, 27.
Phérécyde de Léros, logographe, 235, 236.
Phérécyde de Scyros ; sa Théogonie, premier livre écrit en prose, 230, 231.
Philémon, poëte comique, 463, 465.
Philétas de Cos, poëte alexandrin, 471.
Philistus de Syracuse, historien, 449, 450.
Philomèle, légende mythologique, 20.
Philon de Byblos, traducteur de Sanchoniathon, 516.
Philon le Juif, philosophe, 515, 516.
Philostrate, sophiste et sectaire, 566, 567.
Phocion, orateur, 433.
Phocylide de Milet, poëte gnomique, 147, 148.
Phoenix, dans l’Iliade, 74, 75.
Phorminx, comme la cithare (v.), 30, 31.
Phrynichus, poëte tragique, 257, 258.
Pigrès, auteur présumé de la Batrachomyomachie, 159.
Pindare ; sa vie, 205, 206 ; sa rivalité avec Bacchylide et Simonide, 201 ; jugement d’Horace, 206, 207 ; Odes triomphales, leur caractère, 207, 209 ; forme dorienne ou éolienne, 210 ; versification de Pindare, 211 ; plan des odes, 212, 213 ; épisodes pindariques, 213, 214 ; obscurité de Pindare, 214, 215 ; la dixième Néméenne, 216, 217 ; fragments, 217, 218.
Pisistrate fait recueillir les œuvres d’Homère, 83, 84.
Pittacus de Mitylène et Alcée, 165.
Platon ; sa vie, 389, 391 ; il fonde l’Académie et y professe pendant quarante ans, 391 ; son génie dramatique dans les dialogues, 391, 392 (voy. Phédon, Banquet, République, Lois) ; diversité infinie de l’œuvre de Platon, 399, 401 ; son style, 401, 402 ; Platon juge sévèrement la morale d’Homère, 78.
Plotin, philosophe ; sa vie, 557, 558 ; ses Énnéades reccueillies par Porphyre, 558, 559.
Plutarque ; sa vie, 516, 517 ; son génie, 517, 519 ; défauts de ses ouvrages, 519 ; sa morale, 521, 523 ; son style, 523.
Plutarque fils de Nestorius, 580.
Poésie ; transmission des compositions poétiques, 35, 36 ; récitation poétique, 31, 32.
Poëte (le), défini par Platon, 189 ; rôle des poëtes dans la formation des légendes religieuses, 12, 14.
Poétique (la) d’Aristote, 408, 409.
Politique (la) d’Aristote, 407, 408.
Pollux, lexicographe, cité, 275.
Polus, sophiste, 361, 362.
Polybe ; sa vie, 502, 503 ; son Histoire générale, 503, 504 ; sa manière d’écrire l’histoire, 504, 506.
Porphyre, philosophe, successeur de Plotin, 562, 563.
Posidonius, philosophe et historien, continuateur de Polybe, 502.
Pratinas de Phliunte, inventeur du drame satirique, 258, 259.
Priam, dans Homère, 64, 66.
Proclus, philosophe ; sa vie et ses travaux, 580, 582 ; Proclus poëte, 582, 584.
Prodicus de Céos, sophiste, 360, 361.
Prose ; pourquoi les Grecs écrivirent si tard en prose, 228.
Proverbes, dans Hésiode, 94 ; sur Hésiode, 93 ; sur Simonide, 193.
Ptolémées (les), protecteurs des lettres, des sciences et des arts, 470.
Pythagore, 226 ; Vers dorés, 227.


Q
Quenouille (la) ; 1, poëme de la Lesbienne Érinna, 173, 174 ; 2, idylle de Théocrite, 490, 491.
Quintus de Smyrne, poëte épique, 590, 591.


R
Religion primitive des Grecs, 10, 12 ; dieux d’Homère, 12, 13 ; 62, 63.
République (la), dialogues de Platon, 397, 399.
Rhapsodies (les), 32 ; 83, 84.
Rhapsodie (la), 32, 33.
Rhétorique d’Aristote (la), 415, 416.
Rhianus, poëte épique, 497, 498.
Rhinton de Syracuse, poëte dramatique, 484.
Roma (hymne à), attribué à Érinna, 174.


S
Salamine (la), élégie de Solon, 140, 141.
Sappho de Mitylène, poëtesse ; sa vie, 168, 172 ; ses poésies, 172, 173.
Scéphrus (le), comme le Linus (v.), 17.
Scolies, chansons de table, 202, 204.
Sextus Empiricus, philosophe, 545.
Siciliens ; leur passion pour les poésies d’Euripide, 308, 309.
Silles, satires philosophiques de Timon de Phliunte, 466, 468.
Simonide d’Amorgos, poëte satirique, 136, 137.
Simonide de Céos ; sa vie, 193, 195 ; moraliste et savant, 193 ; génie lyrique de Simonide, 195, 196 ; pathétique de Simonide, 198 ; poésies religieuses, élégies, 199 ; épigrammes, 200, 201.
Smyrne, patrie probable d’Homère, 59, 61.
Socrate ; sa vie, 363, 364 ; mots de Socrate, 366, 369, passim ; ses doctrines, 366 ; sa théorie sur le beau, 366, 367 ; sa manière de discuter, 364, 366 ; attaques d’Aristophane, 331 ; Socrate condamné versifiait des fables dans sa prison, 155 ; sa mort, 392, 393.
Socratiques, disciples de Socrate, 388, 389.
Solon, poëte, 140 ; la Salamine, 140, 141 ; élégie sur les lois, 142, 143 ; œuvres de sa vieillesse, 143, 144 ; son élégie morale, 144, 145 ; son apologie en vers ïambiques, 146 ; ses soins pour les œuvres d’Homère, 83.
Sophistes ; sens propre du mot, 358 ; juges dans les Nuées, 357 ; leur éloquence, leur style, 359 ; combattus et discrédités par Socrate, 364, 366 ; sophistes sous les empereurs, 512, 513.
Sophocle ; sa vie, 288, 290 ; Sophocle et Eschyle comparés, 281, 282 ; son jugement sur Euripide, 307 (voy. Tragédies de Sophocle).
Sophron de Syracuse, poëte dramatique, 458, 459.
Stasinus, poëte cyclique, 118, 119.
Stésichore d’Himère, poëte lyrique, 180 ; ses ouvrages, 182, 183 ; sa vie, 183, 184.
Stobée compilateur, 589 ; nous a conservé un fragment de Callinus, 126, 127 ; un fragment de Bacchylide, 202.
Stoïcisme chez les Romains, 523, 525.
Strabon ; sa Géographie, 511.
Sublime (traité du) de Longin, 560, 561 ; différence entre le sublime et le beau, 561, 562 ; notre mot de sublime ne rend pas toute l’idée de Longin, 562 (voy. Longin).
Successeurs de Proclus, 584.
Suidas, cité sur Arion, 175 ; et passim.
Susarion, premier poëte comique, 317, 318.
Syracusaines (les), idylle de Théocrite, 487, 488.
Syrianus, commentateur d’Aristote, 580.


T
Térence, imitateur de la Comédie nouvelle, 460.
Terpandre d’Antissa, musicien et poëte lyrique, 160, 162.
Thamyris, aède, dans Homère, 25, 26.
Théâtre ; description du théâtre de Bacchus, 261, 264 ; logéum, gradins, amphithéâtre, thymèle, choreutes, coryphée, 262, 264 ; appareil scénique antérieur à Eschyle, tréteaux, costume, masque, cothurne, 254, 257 ; chœur du dithyrambe, décrit par Eschyle, 256 ; répétitions dramatiques, 266, 267.
Thébaïde, poëme cyclique attribué à Homère, 122.
Thémistius, philosophe, 571 ; ses ouvrages, 571, 573.
Thémistocle ; son éloquence, 352, 353.
Théocrite de Syracuse ; sa vie, 484, 485 ; jugement littéraire, 485 et suiv. ; ses œuvres (voy. Idylles de Théocrite).
Théodecte de Phasélis, poëte dramatique, 315.
Théognis de Mégare, poëte gnomique, 148 ; ses poésies, 149, 152.
Théogonie (la), poëme d’Hésiode, 99 ; analyse, 100, 102 ; combat de Jupiter et des Titans, 101, 102 ; mythe de Pandore, 104 ; authenticité de ce poëme, 103, 105.
Théophraste, philosophe péripatéticien, 410, 411 ; le livre des Caractères (v.), 411, 413.
Théopompe de Chios, historien, 450.
Thersite ; son portrait dans Homère, 73.
Thespis ; la tragédie avant Thespis, 252, 253 ; ses innovations, 253, 254.
Thrène, chant des morts en usage dans les temps héroïques, 19.
Thucydide, historien ; sa vie, 342, 344 ; ses maîtres, 349, 350 ; son rôle politique, 343 ; son ouvrage, 344, 346 (voy. Histoire de Thucydide).
Timée l’historien, 481, 483.
Timocréon de Rhodes, poëte lyrique, 187, 188.
Timon le sillographe, philosophe et poëte satirique, 466, 468 (voy. Silles).
Tragédie avant Thespis, 252, 253.
Tragédies d’Eschyle ; caractères généraux, 276, 279 ; Prométhée enchaîné, 270 : passage cité, 278, 279 ; les Perses, 271 ; les Sept contre Thèbes, 271, 272 ; l’Orestie, trilogie (Agamemnon, Choéphores, Euménides), 272, 275 ; les Suppliantes, 275, 276.
Tragédies d'Euripide ; catalogue raisonné, dates et sujets, 295, 299.
Tragédies de Sophocle ; caractères généraux, 283, 284 ; Antigone, 284, 285 ; Électre, 285 ; les Trachiniennes, 286 ; Œdipe-roi, 286 ; Ajax, 286, 287 ; Philoctète, 287, 288 ; Œdipe à Colone, 288.
Troisième Siècle av. J. C. ; situation de la Grèce, 465, 466.
Tryphiodore, poëte épique, 590.
Tyrtée, poëte élégiaque, 127 ; légende et histoire, 127, 129 ; ses élégies guerrières, 130, 132 ; autres ouvrages, 132, 133.
Tzetzès, commentateur de Lycophron, 472.


U
Ulysse ; son caractère dans Homère, 67, 69.


V
Valère Maxime ; récit fabuleux de la mort d'Eschyle, 269.
Vénus (hymne à), 114.


X
Xanthus de Sardes, logographe, 236.
Xénophane, de Colophon, philosophe et poëte, 222, 223.
Xénophon, philosophe et historien ; sa vie, 378, 380 ; qualités et défauts de Xénophon, 380, 382 ; écrivain pratique, 383 ; ses ouvrages (voy. Agésilas, Anabase, Cyropédie, Helléniques) ; traités didactiques, 383, 384.
Xénophon d'Éphèse, romancier, 587, 588.


Z
Zaleucus, législateur des Locriens, 229, 230.
Zénodote, critique alexandrin, 480.
Zénon d'Élée, philosophe, 233.
Zeus, dieu de l'air et de la lumière, 10.


fin de la table analytique des matières.


EXTRAIT
DU BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ FRANKLIN


Août 1869.




« L’Histoire de la littérature grecque, plus d’une fois réimprimée, est telle qu’on pouvait l’attendre du savoir et du talent de M. Pierron. Contenue en un seul volume, elle est nécessairement très-rapide, mais en même temps très-complète et très-exacte. Des chapitres judicieusement distribués y font passer en revue, sans rien omettre, et sans rien fausser, bien au contraire, dans l’ordre de leur succession chronologique, et dans celui où les classe la diversité des genres, les écrivains et les œuvres. Les uns et les autres sont appréciés avec un goût toujours juste, d’après une connaissance personnelle des textes qui manque trop souvent aux auteurs de pareils résumés. À ce mérite s’ajoute celui d’un style simple, clair, d’une élégance appropriée, qui rend la lecture de l’ouvrage aussi agréable qu’elle peut être utile. »

PATIN,
De l’Académie française, doyen de la Faculté
des lettres de Paris.



Coulommiers. — Typ. A. MOUSSIN.