Livre:Louis Bethléem - La littérature ennemie de la famille, Librairie Bloud & Gay, 1923.djvu

Louis Bethléem - La littérature ennemie de la famille, Librairie Bloud & Gay, 1923.djvu
TitreLa Littérature ennemie de la famille
Sous-titreLes faits. — Les droits. — Les devoirs.
AuteurLouis Bethléem Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionLibrairie Bloud & Gay
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1923
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider

Pages


TABLE DES MATIÈRES





PREMIÈRE PARTIE





quelle est la littérature ennemie de la famille


I. — Les romans et les pièces de théâtre.
1. — Les romans et les pièces de théâtre qui représentent la littérature ennemie ont proclamé la souveraineté de l’amour. L’amour soumet donc à ses lois brutales tous les éléments qui composent la famille, notamment la femme qui est ainsi ravalée à la qualité de poupée, de révoltée, de courtisane, etc. 
 7
2. — Deux œuvres types de la littérature ennemie de la famille : l’œuvre romanesque de Victor Margueritte ; l’œuvre dramatique de Georges de Porto-Riche, de l’Académie française 
 16

3. — Ces œuvres dévastatrices se répandent de plus en plus dans tous les milieux, et y portent leurs fruits. Elles dissolvent et ruinent la famille : car elles y introduisent les désordres dûs à l’amour souverain ; elles favorisent la stérilité volontaire, l’union libre et l’adultère ; elles corrompent les jeunes gens et les jeunes filles ; elles discréditent la femme reine du foyer au profit de la femme de mauvaise vie. 
 28


II. — Les Quotidiens.
Un mot sur les suppléments de L’Illustration. — La plupart des quotidiens : 1° glorifient et recommandent les romans et les pièces de théâtre nuisibles à la famille ; 2° mettent leur puissance énorme au service de la propagande des faits-divers criminels et passionnels, dont la lecture va à ruiner les vertus familiales. 
 46


III. — Les illustrés pornographiques.
Par leur diffusion considérable, par la faveur qu’elles rencontrent, ces publications honteuses font un mal dont il est impossible de juger la gravité. 
 50


IV. — Les illustrés pour enfants.
Ces illustrés très répandus, constituent une entreprise de contre-éducation qui, accaparée par une maison trop connue, devient un danger national. 
 52


DEUXIÈME PARTIE





quels sont les droits de les famille en présence de la littérature ennemie


I. — L’indifférence et l’inertie des chefs de famille.
Ils sont chloroformés par la critique régnante, mais surtout ils se tiennent dans l’ignorance de leurs droits. 
 59


II. — Les droits des familles.
1. Ils sont absolus contre la pornographie. — 2. Ils prévalent sur les droits de l’art et la liberté d’écrire. — 3. En tout cas, le doute ne subsiste pas, quand il s’agit des droits de l’enfant. — 4. Une douloureuse antinomie. 
 66


TROISIÈME PARTIE





quels sont nos moyens de défense contre la littérature ennemie


I. — Il faut agir.
Les tenants de l’action ; les points d’attaque. 
 91

II. — Comment agir.
1. Il faut parler, écrire, dénoncer, assainir, éduquer ou plutôt rééduquer, donner l’exemple, grouper et s’organiser. — 2. Il faut aussi favoriser les écrivains et les ouvrages amis de la famille. — 3. Il faut apprendre à reconnaître ceux qu’il faut aimer et ceux qu’il faut réprouver. 
 100
III. — Un dernier mot.