Livre:Landry, Manuel d’économique, 1908.djvu

Landry, Manuel d’économique, 1908.djvu
TitreManuel d’économique
AuteurAdolphe Landry Voir l'entité sur Wikidata
Année d’édition1908
BibliothèqueUniv. Californie Google
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

 i  ii  iii  iv 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 584 585 586 587 588 589 590 591 592 593 594 595 596 597 598 599 600 601 602 603 604 605 606 607 608 609 610 611 612 613 614 615 616 617 618 619 620 621 622 623 624 625 626 627 628 629 630 631 632 633 634 635 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723 724 725 726 727 728 729 730 731 732 733 734 735 736 737 738 739 740 741 742 743 744 745 746 747 748 749 750 751 752 753 754 755 756 757 758 759 760 761 762 763 764 765 766 767 768 769 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781 782 783 784 785 786 787 788 789 790 791 792 793 794 795 796 797 798 799 800 801 802 803 804 805 806 807 808 809 810 811 812 813 814 815 816 817 818 819 820 821 822 823 824 825 826 827 828 829 830 831 832 833 834 835 836 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848 849 850 851 852 853 854 855 856 857 858 859 860 861 862 863 864 865 866 867 868 869 870 871 872 873 874 875 876 877 878 879 880 881 882 883 884 885 886 887 888 889

TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES


Pages.

INTRODUCTION

l’économique

§ 3. Ce qu’ils sont, p. 8. — § 4. Ce qui fait l’intérêt de chacun d’eux, p. 10. — § 5. Leurs rapports. Science et histoire, p. 10. — § 6. Science et art, p. 12. — § 7. De quelques distinctions usuelles, p. 13.

§ 8. Avec la technologie, p. 14. — §9. Avec la psychologie, p. 16. — § 10. Avec le droit, p. 18. — § 11. Avec la sociologie, p. 21. — § 12. Avec la morale, p. 24.

§ 13. Sa constitution tardive, p. 27. — § 14. Les prédécesseurs de Smith, p. 30. — § 15. La fin du xviie siècle et la première moitié du xixe siècle, p. 31. — § 16. La période la plus récente, p. 35.

§ 18. Remarque préliminaire, p. 43. — § 19. La connaissance des faits, p. 43. — § 20. L’induction, p. 45. — § 21. La déduction, p. 49. — § 22. Le raisonnement mathématique, p. 54. — § 23. Conclusion, p. 59.

§ 24. De divers plans, p. 60. — § 25. Plan de cet ouvrage, p. 63.

LIVRE I

Les bases psychologiques de l’économie

1. Définition et classification des besoins. — § 26. Définition des besoins, p. 65. — § 27. Distinctions qu’on peut établir parmi eux, p. 63. — § 28. Classification des besoins, p. 67.

2. Origine et évolution des besoins. — § 29. L’origine des besoins, p. 70. — § 30. L’évolution des besoins, p. 72.

3. L’importance relative des besoins (§ 31), p. 75.

1. Définition des biens. — § 32. Les biens en général, p. 80. — § 33. Les biens économiques, p. 80. — § 34. Biens et besoins, p. 81. — § 35. S’il est des biens immatériels, p. 82.

2. Différentes sortes de biens. — § 36. Quelques distinctions, p. 84. — § 37. Biens complémentaires et biens substituables, p. 87.

3. L’utilité des biens en général. — § 38. Utilité et valeur d’usage, p. 90. — § 39. Les éléments de l’utilité, p. 91. — § 40. La décroissance de l’utilité, p. 92. — § 41. La courbe de l’utilité décroissante, p. 95. — § 42. Le bénéfice du consommateur, p. 97.

4. L’utilité de l’argent. — § 43. La décroissance de l’utilité de l’argent, p. 90. — § 44. La richesse et le bonheur, p. 100.

§ 45. Travail et labeur, p. 103. — § 46. Les éléments du labeur, p. 104. — § 47. Variations que peut subir l’importance relative de ces éléments, p. 106. — § 48. Leur courbe quotidienne, p, 107.

1. L’intérêt de l’individu par rapport à un moment du temps (§ 49), p. 110.

2. L’intérêt de l’individu par rapport à une période. — § 50. La règle, p. 112. — § 51. Quelques applications, p. 113.

3. L’intérêt de l’individu devant le risque. — § 52. Le risque, p. 116. — § 53. De l’estimation des risques, p. 117. — § 54. De l’attitude qu’il convient d’adopter devant les risques défavorables, p. 121.

1. Les objections à la conception de l'« homo oeconomicus » § 55 p. 123.

2. Les mobiles désintéressés. — § 56. L’altruisme dans la famille, p. 155. — § 57. Les autres manifestations de l’altruisme, p. 127.

3. La diversité des mobiles égoïstes. — § 58. Énumération de ces mobiles, p. 130. — § 59. Remarques critiques, p. 131.

4. Le reste de la question. — § 60. Les actes déraisonnables, p. 132. — § 61. Les dispositions déraisonnables devant le risque, p. 136. — $ 62. La dépréciation des biens futurs, p. 134. — § 63. Les erreurs et l’ignorance, p. 137. — § 64. L’insouciance, p. 137. — § 65. Conclusion sur l’ « homo oeconomicus », p. 138.


LIVRE II

La production

CHAPITRE PREMIER

LA PRODUCTION EN GÉNÉRAL. LES FACTEURS DE LA PRODUCTION

1. Les différentes sortes de travaux. — 68. § Le rôle du travail dans la production, p. 146. — § 69. Classification des travaux, p. 147.

2. Les conditions subjectives de l’efficacité du travail : le savoir. — § 70. Importance du savoir, p. 148. — § 71. Les progrès de la technique, p. 150. — § 72. L’instruction, p. 151. — S 73. Les connaissances particulières des travailleurs, p. 152.

3. Les autres conditions subjectives. — § 74. L’intelligence, p. 152. — § 75. L’habileté, la force, etc., p. 154. — § 76. Les qualités morales, p. 154.

4. Le travail associé. La division du travail. — § 77. Lien avec ce qui précède, p. 156. — § 78. Le travail associé. Première forme, p. 156. — §79. Le travail divisé, p. 157. — § 80. Causes et conditions de la division du travail, p. 158. — § 81. Son histoire, p. 159. — § 82. Ses avantages et ses inconvénients, p. 160.

§ 83. Rôle de la nature dans la production, p. 162. — § 84. De quelles façons la terre nous est utile, p. 163.

1. Définition du capital. — § 85. Comment le capital a été défini, p. 166. — § 86. Comment il convient de le définir, p. 168.

2. Capitaux sociaux et capitaux individuels. — § 87. Comment on les a distingués, p. 169. — § 88. Comment il convient de les distinguer, p. 171.

3. Le rôle du capital dans la production. — § 89. Importance de ce rôle, p. 172. — § 90. En quoi il consiste, p. 172. — § 91. Le schème de la productivité du capital d’après Böhm-Bawerk, p. 173. — § 92. Critique, p. 175.

4. Différentes classifications des capitaux productifs. — §93. Classifications à écarter, p. 178. — § 94. Capital de premier établissement et fonds de roulement, p. 178. — § 95. Capital fixe et capital circulant, p. 179.

5. Instruments et machines. — § 96. Les instruments, p. 181. — § 97. Les machines, p. 181. — § 98. Leur utilité, p. 183. — §99. Histoire et statistique des machines, p. 185. — § 100. Ce qu’on peut attendre du développement du machinisme, p. 187.

§ 101. Comment on peut les mesurer, p. 188. — § 102. Hypothèse d’un savoir stationnaire, p. 189. — § 103. Hypothèse d’un savoir progressif, p. 193.

1. La loi dite des rendements décroissants ; sa véritable extension. — § 104. La loi des rendements décroissants, p. 194. — § 105. Son application à l’agriculture, p. 195. — § 106. Qu’elle peut être généralisée, p. 197. — § 107. Pourquoi elle ne l’a pas été, p. 199.

2. La loi dite des rendements décroissants ; confusions auxquelles elle a donné lieu. — § 108. Première confusion, p. 200. — § 109. Deuxième contusion, p. 202.

3. La transformabilité des productions. — § 110. Pourquoi la question se pose, p. 204. — § 111. Théorie d’Effertz, p. 205. — § 112. Si la surpopulation est à craindre, p. 207. — § 113. Signification véritable et portée de la théorie, p. 209.

CHAPITRE II
LES CARACTÈRES DE LA PRODUCTION DANS L’ÉPOQUE CONTEMPORAINE

1. Prédominance de la propriété individuelle. — § 114. Caractère individualiste de notre économie, p. 210. — § 115. La propriété collective dans le passé, et dans certaines sociétés contemporaines, p. 211. — § 116. La propriété collective dans nos pays, p. 213.

2. Quelques autres déterminations juridiques de la production contemporaine. — § 117. Remarques complémentaires sur la propriété individuelle, p. 217. — § 118. De quelques autres principes de notre droit, p. 218. — § 119. Remarque finale, p. 220.


§ 120. Importance très réduite de l’économie « naturelle », p. 220. — § 121. Causes et conditions de son recul, p. 221. — § 122. Les conséquences, p. 224.

§ 123. Ce qu’il faut entendre par là, p. 225. — § 124. Comment on peut estimer le capital employé dans la production, p. 228. — § 125. Conséquences de l’accroissement du capital productif, p. 231.

1. Définition de l’entreprise. Les deux types d’entreprises. — § 126. L’entreprise, p. 232. — § 127. Entreprise patronale et entreprise coopérative, p. 234.

2. L’entreprise patronale. — § 128. Ses formes diverses, p. 235. — § 129. Des sociétés par actions en particulier. Raisons de leur multiplication, p. 238. — § 130. Histoire et statistique des sociétés par actions, p. 239.

3. L’entreprise coopérative. — § 131. Définition, p. 243. — § 132. Peu d’importance de cette sorte d’entreprise, p. 245.

§ 133. Conditions particulières de l’agriculture, p. 247. — § 134. La spécialisation et l’intégration dans les autres sortes de productions, p. 248.

1. Ce qu’il faut entendre par la concentration de la production (§ 351), p. 252.

2. La concentration de la production dans l’industrie et le commerce. — § 136. Supériorité de la grande production, p. 255. — § 137. Obstacles à la concentration, p. 256. — § 138. Diversité des données du problème, p. 257. — § 139. Progrès actuels de la concentration ; exceptions qu’elle comporte, p. 258.

3. La concentration industrielle et commerciale d’après les statistiques. — § 140. L’Allemagne, p. 260. — § 141. Les autres pays, p. 262.

4. La concentration de la production dans l’agriculture. — § 142. La grande et la petite exploitation agricoles au point de vue technique, p. 264. — § 143. Un obstacle à la concentration agricole, p. 267. — § 144. L’association comme moyen de défense de la petite exploitation agricole, p. 268. — § 145. L’influence du régime de l’exploitation, p. 271. 5. La concentration agricole d’après les statistiques (§ 146), p. 272.


1. Définition de la concurrence et du monopole. Leurs avantages et leurs inconvénients respectifs. — § 147. La concurrence, p. 276. — § 148. Le monopole, p. 279. — S 149. Avantages et inconvénients respectifs de la concurrence et du monopole, p. 281.

2. La concurrence et le monopole dans l’économie contemporaine. — § 150. Remarques générales, p. 232. — § 151. Les coalitions d’entre prises, p. 283. — § 152. Causes de leur multiplication, p. 286. — § 153. Leur avenir. Leurs conséquences, p. 289.

CHAPITRE III
LES DIVERSES BRANCHES DE LA PRODUCTION

§ 154. Classification, p. 292. — § 155. Importance relative des différentes branches de la production, p. 293.

§ 156. La chasse, p. 296. — § 157. La pêche, p. 297.

1. Rôle de l’agriculture dans l’ensemble de la production. Ses divisions. Sa technique. — § 158. L’agriculture dans l’ensemble de la production, p. 298. — § 159. Classification des productions agricoles, p. 300. —§ 160. La technique agricole : ses caractères spéciaux, p. 301. — § 161. Son histoire, p. 303. 2. La répartition des cultures. Données statistiques sur la production agricole. — § 162. De l’emploi des différentes terres, p. 306. — § 163. Données statistiques sur la production agricole, p. 309. 3. Les forêts (§ 164), p. 314.

§ 165. Les mines et leurs produits, p. 317. — § 160. Caractères de la production minière, p. 318. — § 167. Son histoire, p. 319. — § 168. Données statistiques, p. 320.

1. Définition de l’industrie. Son importance. Ses divisions. — § 169. Définition, p. 324. — § 170. Importance de l’industrie, p. 324. — § 171. Les différentes sortes d’industries, p. 325.

2. La technique industrielle. L’organisation de la production industrielle. La distribution géographique des industries. — § 172. Histoire de la technique industrielle, p. 328 — § 173 Les divers modes d’organisation du travail industriel, p. 328. — § 174. De l’industrie à domicile en particulier, p. 330. — § 175. La localisation des industries, p. 333.

3. Quelques données statistiques. — § 176. Les statistiques professionnelles, p. 335. — § 177. Statistique des industries textiles, p. 338.

1. Les transports en général. — § 178. Transport et commerce, p. 341. — § 179. Classification des transports, p. 312. — § 180. Histoire des transports, p. 343. — § 181. Conséquences du développement des transports, p. 346. 2. Les principales sortes de transports. — § 182. Les transports maritimes, p. 347. — § 183. La navigation intérieure, p. 349. — § 184. Les routes, p. 350. — § 185. Les chemins de fer, p. 351. — g 186. Les transports urbains, p. 356. — § 187. Postes, télégraphes et téléphones, p. 356.

1. Définition et histoire du commerce. — § 188. Le commerce : ses diverses branches, p. 358. — § 189. Son histoire, p. 359. — § 190. Causes qui menacent le développement du commerce, p. 361. — § 191. Les sociétés coopératives de consommation, p. 363.

2. Les marchés et les Bourses. — § 192. Les marchés, p. 365. — § 193. Les Bourses de commerce, p. 368. — § 194. La spéculation, p. 369. — § 195. Les Bourses de valeurs, p. 371.

1. Le crédit. La banque comme organe du crédit. — § 196. Le crédit, p. 373. — § 197. La banque organe du crédit, p. 376.

2. Les opérations de banque. — § 193. Opérations passives, p. 377. — § 199. Opérations actives, p. 379. — § 200. Autres opérations, p. 379. — § 201. Importance des banques, p. 381.

3. Le fonctionnement des banques. — § 202. Classification des banques, p. 382. — § 203. Les banques d’émission, p. 382. — § 204. Banques de dépôts, etc. En France, p. 334. — § 205. Dans les autres pays, p. 336.

4. Quelques institutions spéciales de crédit. — § 206. Remarques générales, p. 390. — § 207. Crédit réel immobilier, p. 390. — § 208. Crédit mobilier, p. 392. — § 209. Crédit personnel, p. 393. — § 210. Caisses d’épargne, p. 395.

1. L’assurance en général. — § 211. Sa nature et son utilité, p. 397. — § 212. Le développement des assurances et ses limites, p. 399. — § 213. Classification des assurances, p. 399.

2. L’organisation des assurances. — § 214. Des principales sortes d’assurances, p. 400. — § 215. Par qui il convient que la fonction de l’assurance soit remplie, p. 404.

3. Les assurances ouvrières. — § 216. Raisons de les considérer à part. Quelles elles sont, p. 406. — § 217. Assurance contre la maladie, p. 407. — § 218. Assurance contre les accidents, p. 408. — § 219. Assurance contre le chômage, p. 410. — § 220. Assurance contre l’invalidité et la vieillesse, p. 411. — § 221. Assurance sur la vie, p. 413. — § 222. Conclusion, p. 414.


LIVRE III
L’échange.
CHAPITRE PREMIER
LE MÉCANISME DE L’ÉCHANGE

1. Les deux modes de l’échange. Avantages de l’échange monétaire. — § 224. L’échange, p. 419. — § 225. Ses deux modes, p. 420. — § 226. Avantages de l’échange monétaire, p. 421.

2. Origine de la monnaie. — § 227. Comment la monnaie est apparue, p. 422. — § 228. Les métaux comme monnaie, p. 425.

3. Fonctions secondaires de la monnaie. Conséquences de l’emploi de la monnaie. — § 229. Les fonctions secondaires de la monnaie, p. 427. — § 230. La monnaie comme mesure de la valeur, p. 427. — § 231. La monnaie comme agent de mobilisation de la valeur, p. 429. — § 232. Conséquences de l’emploi de la monnaie, p. 430.


1. La monnaie comme institution d’État. De diverses questions relatives aux monnaies métalliques. — § 233. La monnaie institution d’État, p. 432. — § 234. Les monnaies métalliques, p. 434. — § 235. Les différentes sortes de monnaies métalliques, p. 434. — § 236. Forme des monnaies, p. 436. — § 237. Taille et titre des monnaies, p. 436. — § 238. Les droits de seigneuriage et de monnayage, p. 438.

2. Le monométallisme et le bimétallisme comme régimes monétaires. — § 239. Comment ils se définissent, p. 439. — § 240. Autres régimes possibles, p. 441. 3. Le monométallisme et le bimétallisme comme doctrines. — § 241. Peu d’ancienneté de ces doctrines, p. 441. — § 242. L’objet de la discussion, p. 442. — § 243. Le point de vue des intérêts généraux de l’humanité, p. 4*3. — 9 244. Le point de vue des intérêts nationaux, p. 44b. 4. Le triomphe du monométallisme-or (§ 245), p. 448. 432


1. Les monnaies fiduciaires à cours forcé. — § 246. Les monnaies fiduciaires en général, p. 452. — § 247. Monnaies à cours forcé : monnaies métalliques, p. 454. — § 248. Monnaies de papier : conséquences de leur émission, p. 455. — § 249. Leur histoire, p. 457.

2. Les monnaies fiduciaires sans cours forcé. Le billet de banque. — § 250. Diverses sortes de monnaies fiduciaires sans cours forcé, p. 458. — § 251. Le billet de banque : son origine et sa nature, p. 459. — § 252. Une controverse sur le billet de banque, p. 460. — § 253. Si l’émission des billets augmente la « circulation », p. 461. — § 254. Ses effets sur les prix et le commerce extérieur, p. 462. — § 255. Si les banques peuvent émettre des billets à volonté, p. 462. — § 256. Comment convient-il de régler l’émission des billets ? § p. 463.

3. Le billet de banque (suite). Organisation et fonctionnement des banques d’émission. — § 257. La question de la liberté des banques, p. 465. — § 258 Banque d’État ou banques privées, p. 465. — § 259. Centralisation et décentralisation des banques, p. 466. — § 260. Des modes de réglementation de l’émission, p. 467. — § 261. Importance de la circulation des billets de banque, p. 469.

4. Les substituts de la monnaie. — § 262. Divers substituts de la monnaie, p. 470. — § 263. Les chèques, p. 471. — § 264. La compensation, p. 473. §265. Conséquences de l’emploi [des substituts de la monnaie, p. 474. — § 266. Dans quelle mesure cet emploi est susceptible de s’étendre, p. 475. — § 267. Des projets tendant à l’élimination complète de la monnaie, p. 476.


§ 268. Comment se règlent les comptes de place à place. Le change, p. 477. — § 269. Le cours du change, p. 479. — § 270. Entre quelles limites le change peut varier, p. 480. — § 271. Comment le change se détermine, p. 481. — § 272. Comment il convient d’apprécier les effets du change, p. 484. — § 273. Comment on peut corriger le change, p. 485. — § 274. La loi de Gresham, p. 486.

CHAPITRE II
LA VALEUR

§ 275. Valeur d’usage et valeur d’échange, p. 488. — § 276. Les distinctions de l’école autrichienne, p. 488. — § 277. Critique, p. 490. — § 278. Où la valeur d’échange apparaît-elle ? p. 492. — § 279. La valeur et le prix, p. 492.

§ 280. Importance du problème de la valeur, p. 493. — § 211. Les théories de la valeur, p. 494. — § 282. Les théories objectives, p. 494. — § 233. Critique générale des théories objectives, p. 499. — § 284. Les théories subjectives, p. 500.

1. L’échange entre deux échangistes (§ 285), p. 501.

2. La concurrence unilatérale. Le « monoone ». — § 286. Différents cas de concurrence unilatérale, p. 504. — § 287. Le monoone, p. 504.

3. Le monopole. — § 288. L’hypothèse la plus simple, p. 507. — § 289. Les autres hypothèses : cas des prix multiples, p. 507. — § 290. Cas du prix unique, p. 510. — § 291. Prix de monopole et « prix de concurrence », p. 513.

4. La concurrence bilatérale. — § 292. Le prix s’y détermine autrement qu’avec le monopole, p. 515. — §. 293. Comment il se détermine, p. 516. — § 294. Une condition requise pour la résolution du problème, p. 518. — § 295. Remarques sur le marché, p. 519.

5. La concurrence bilatérale (suite). La demande. — § 296. Ce qu’il faut entendre par la demande, p. 522. — § 297. La courbe de la demande, p. 523. — § 298. Quelques cas spéciaux, p. 525.

6. La concurrence bilatérale (suite). L’offre. — § 299. Deux façons de tracer la courbe de l’offre, p. 527. — § 300. Prix normal et prix effectif, p. 529. — § 301. Qu’il est parfois difficile d’estimer le coût de production, p. 531. — §302. Formes diverses de la courbe de l’offre, p. 531. — § 303. Coût marginal et valeur d’usage marginale, p. 532.

§ 304. L’équilibre de l’offre et de la demande, p. 533. — § 305. Les crises : leur nature, p. 534. — § 306. De la classification des crises, p. 537. — § 307. Histoire des crises. Leur allure générale, p. 533. — § 308. Causes des crises, p. 538.

1. Ce qu’il faut entendre par la valeur de la monnaie. — § 309. La valeur des marchandises et la valeur de la monnaie, p. 541. — § 310. Comment la valeur de la monnaie se mesure, p. 541. — § 311. De l’établissement des nombres-indices, p. 543.

2. Comment la valeur de la monnaie se détermine. La quantité de monnaie comme facteur de cette valeur. — § 312. La théorie quantitative et ses adversaires, p. 546. — § 313. Les trois facteurs principaux de la va leur de la monnaie, p. 548. — § 314. La quantité de la monnaie, p. 548.

3. Les deux autres facteurs principaux. — § 315. Le volume des transactions, p. 550. — § 316. La rapidité de la circulation monétaire, p. 553.

4. Complément de la théorie. — § 317. Le coût de production de la monnaie, p. 556. — § 318. La double fonction des métaux, p. 558. — § 319. La dualité des métaux, p. 561. — § 320. Autres théories sur la valeur de la monnaie, p. 561.

5. Les données expérimentales. — § 321. Intérêt qu’il y a à consulter ces données, p. 562. — § 322. La valeur de la monnaie, p. 563. — § 323. Le stock des métaux précieux, p. 564. — § 324. Les deux emplois des métaux précieux. Le stock monétaire, p. 566. — § 325. Ce que l’on peut tirer de ces données, p. 556.

6. Les conséquences des variations de la valeur de la monnaie. — § 326. Vrai sens de la question, p. 568. — § 327. Les réponses qu’elle comporte, p. 569. — § 328. De la stabilisation de la valeur de la monnaie, p. 570.

LIVRE IV
La distribution.

1. En quoi consiste ce problème. — § 329. La distribution du revenu social, p. 573. — § 330. Revenu social et revenu individuel, p. 574.

2. Le problème de la distribution et le problème de la valeur. — § 331. Rapports très étroits qui existent entre eux, p. 577. — § 332. Théorie adverse, p. 577. — § 333. La question de la valeur des moyens productifs, p. 580.

1. Définition de la rente. — § 334. Classification des revenus, p. 582. — § 335. Comment on définit la rente, p. 583. — § 336. Comment il faut la définir, p. 584. — § 337. Différentes sortes de rentes, p. 587.

2. Les autres revenus. — § 338. L’intérêt, p. 588. — § 339. Le salaire, p. 590. — § 340. Le profit, p. 591.

1. La rente en général. — §341. Rente différentielle et rente absolue, p. 591. — § 342. Comment la rente se détermine, p. 593. — § 343. Le fondement de la rente, p. 595. — § 344. Si la rente entre dans les prix, p. 596.

2. La rente agricole : comment elle se détermine. — § 345. Importance de la rente agricole, p. 597. — § 346. Ce qui détermine la rente des terres, p. 598. — § 347. Les variations de la rente agricole, p. 599. — § 348. Comment ces variations affectent les différentes terres, p. 602.

3. L’histoire de la rente agricole. — § 349. Difficultés de la recherche, p. 603. — § 350. Quelques données, p. 605. — § 351. L’avenir, p. 607.

4. Les divers modes de perception de la rente agricole. — § 352. Quels ils sont, p. 608. — § 353. Leurs avantages et leurs inconvénients respectifs, p. 610. — § 354. Données statistiques, p. 612.

5. La rente urbaine et la rente minière. — § 355. La rente urbaine : sa nature, p. 614. — § 356. Comment elle se détermine, p. 615. — § 357. Ce qui la fait varier, p. 616. — § 358. Données statistiques, p. 617. — § 359. La rente minière, p. 619.

1. Les théories de l’intérêt. — § 360. Comment on peut les classer, p. 621. — § 361. Premier groupe, p. 622. — § 362. Deuxième groupe, p. 023. — § 363. Troisième groupe, p. 626. — § 364. Quatrième groupe, p. 627. — § 365. Conclusion, p. 630.

2. Les causes de l’intérêt. — § 366. Qu’il y a lieu de s’attacher à l’intérêt pur, p. 630. — § 367. La demande des capitaux, p. 631. — § 368. L’offre, p. 636.

3. Comment l’intérêt se détermine. — § 369. La détermination de l’intérêt, p. 639. — § 370. Une complication du problème, p. 640. — § 371. Que le taux de l’intérêt n’est pas rigoureusement uniforme, p. 644. — § 372. Intérêt et escompte, p. 646.

4. Les variations du taux de l’intérêt. — § 373. Variations dans l’espace et variations dans le temps, p. 647. — § 374. Comment ces variations s’expliquent, p. 648. — § 375. Les facteurs de la demande des capitaux, p. 649 — § 376. Les facteurs de l’offre, p. 651. — § 377. Les variations historiques de l’intérêt, p. 654. — § 37S. L’avenir, p. 654. — § 379. S’il faut préférer la baisse ou la hausse de l’intérêt, p. 656. 5. La légitimité de l’intérêt. — § 380. Les controverses du temps passé, p. 658. — § 381. Si l’intérêt représente une exploitation, p. 660.

1. Le problème du profit. — § 382. Comment il faut poser le problème, p. 665. — § 383. Explications qui confondent le profit avec les autres revenus, p. 666. — § 384. Si le profit a sa source dans les risques des entrepreneurs, p. 668. — § 385. D’une autre explication, p. 672.

2. Les sources du profit. — § 386. Les trois sources du profit, p. 673. — § 387. Profit absolu et profit différentiel, p. 677. — § 388. Importance du profit. Ses variations, p. 680. — § 389. Si le profit entre dans les prix, p. 681.

1. Le salaire et les salariés. — § 390. De quelles manières le salaire est obtenu, p. 682. — § 391. Comment il convient d’aborder la question du salaire, p. 683. — § 392. Le nombre des « salariés », p. 684.

1. La rente en général. — §341. Rente différentielle et rente absolue, p. 591. — § 342. Comment la rente se détermine, p. 593. — § 343. Le fondement de la rente, p. 595. — § 344. Si la rente entre dans les prix, p. 596.

2. La rente agricole : comment elle se détermine. — § 345. Importance de la rente agricole, p. 597. — § 346. Ce qui détermine la rente des terres, p. 598. — § 347. Les variations de la rente agricole, p. 599. — § 348. Comment ces variations affectent les différentes terres, p. 602.

3. L’histoire de la rente agricole. — § 349. Difficultés de la recherche, p. 603. — § 350. Quelques données, p. 605. — § 351. L’avenir, p. 607.

4. Les divers modes de perception de la rente agricole. — § 352. Quels ils sont, p. 608. — § 353. Leurs avantages et leurs inconvénients respectifs, p. 610. — § 354. Données statistiques, p. 612.

5. La rente urbaine et la rente minière. — § 355. La rente urbaine : sa nature, p. 614. — § 356. Comment elle se détermine, p. 615. — § 357. Ce qui la fait varier, p. 616. — § 358. Données statistiques, p. 617. — § 359. La rente minière, p. 619.

1. Les théories de l’intérêt. — § 360. Comment on peut les classer, p. 621. — § 361. Premier groupe, p. 622. — § 362. Deuxième groupe, p. 023. — § 363. Troisième groupe, p. 626. — § 364. Quatrième groupe, p. 627. — § 365. Conclusion, p. 630.

2. Les causes de l’intérêt. — § 366. Qu’il y a lieu de s’attacher à l’intérêt pur, p. 630. — § 367. La demande des capitaux, p. 631. — § 368. L’offre, p. 636.

3. Comment l’intérêt se détermine. — § 369. La détermination de l’intérêt, p. 639. — § 370. Une complication du problème, p. 640. — § 371. Que le taux de l’intérêt n’est pas rigoureusement uniforme, p. 644. — § 372. Intérêt et escompte, p. 646.

4. Les variations du taux de l’intérêt. — § 373. Variations dans l’espace et variations dans le temps, p. 647. — § 374. Comment ces variations s’expliquent, p. 648. — § 375. Les facteurs de la demande des capitaux, p. 649 — § 376. Les facteurs de l’offre, p. 651. — § 377. Les variations historiques de l’intérêt, p. 654. — § 37S. L’avenir, p. 654. — § 379. S’il faut préférer la baisse ou la hausse de l’intérêt, p. 656. 5. La légitimité de l’intérêt. — § 380. Les controverses du temps passé, p. 658. — § 381. Si l’intérêt représente une exploitation, p. 660.

1. Le problème du profit. — § 382. Comment il faut poser le problème, p. 665. — § 383. Explications qui confondent le profit avec les autres revenus, p. 666. — § 384. Si le profit a sa source dans les risques des entrepreneurs, p. 668. — § 385. D’une autre explication, p. 672.

2. Les sources du profit. — § 386. Les trois sources du profit, p. 673. — § 387. Profit absolu et profit différentiel, p. 677. — § 388. Importance du profit. Ses variations, p. 680. — § 389. Si le profit entre dans les prix, p. 681.

1. Le salaire et les salariés. — § 390. De quelles manières le salaire est obtenu, p. 682. — § 391. Comment il convient d’aborder la question du salaire, p. 683. — § 392. Le nombre des « salariés », p. 684.

2. Les modalités du salaire. — § 393. Contrat de travail individuel et contrat collectif, p. 686. — § 394. Salaire individuel et salaire collectif, p. 688. — § 395. Salaire en nature et salaire en argent, p. 639. — §396. Salaire au temps et salaire aux pièces, p. 690. — § 397. Échelle mobile et participation aux bénéfices, p. 693.

3. Les variations historiques du salaire. — § 398. Difficultés de la recherche, p. 695. — § 399. L’histoire des salaires, p. 695. — § 400. Les faits connexes, p. 698. — § 401. Le chômage, p. 699. — § 402. La du rée de la journée, le repos hebdomadaire, etc., p. 701.

4. Deux théories du salaire. — § 403. La théorie du coût de production de la force de travail, p. 703. — § 404. La théorie du fonds des salaires, p. 706.

5. Comment les salaires se déterminent. — § 405. Le salaire déterminé par la productivité marginale du travail, p. 709. — § 406. Les groupes professionnels, p. 710. — § 407. Les inégalités à l’intérieur de chaque groupe, p. 711. — § 408. Facteurs qui tendent à abaisser ou à élever les salaires, p. 714. — § 409. Conséquences pour la classe ouvrière de l’action de ces facteurs, p. 717.

6. Ce qui fait varier la productivité marginale du travail. — § 410. Facteurs qui modifient la quantité des biens produits par le travail, p. 718. — § 411. Influence des goûts dominants, p. 722. — § 412. Conclusion sur le salaire et sur la distribution, p. 726.

1. Les revenus. — § 413. La question de la répartition, p. 726. — § 414. Les différentes sortes de revenus, p. 727. — § 415. Les revenus globaux, p. 729. — § 416. Les variations de l’échelle des revenus, p. 732. — § 417. Le paupérisme, p. 732.

2. Les patrimoines. — § 418. Les patrimoines dans les différentes nations, p. 733. — § 419. La composition des patrimoines, p. 735. — § 420. L’échelonnement des patrimoines, p. 737.

1. Le problème. — § 421. Remarques préliminaires, p. 740. — § 422. Les conséquences des variations de la population, p. 740. — § 423. Les causes : la théorie de Malthus et ses critiques, p. 741.

2. Les variations historiques de la population. Leurs causes : l’émigration. — § 424. Données statistiques sur les variations de la population, p. 744. — § 425. L’émigration : données statistiques, p. 745. — § 426. Causes et conséquences, p. 749.

3. La mortalité et la natalité. — § 427. L’excédent de la natalité sur la mortalité, p. 751. — § 428. La mortalité, p. 751. — § 429. La natalité : sa décroissance générale, p. 753. — § 430. L’explication du fait, p. 755. — § 431. Ce qui s’en peut déduire, p. 758. — § 432. S’il est possible de relever le taux de la natalité, p. 760.

APPENDICE I
LES QUESTIONS SOCIALES : LA PROPRIÉTÉ

1. Comment la question se pose. — § 433. Ce qu’il faut entendre par questions sociales, p. 761. — §434. Utilité et justice, p. 761. — §435. Les lésions de l’intérêt général dans le régime individualiste-libéral, p. 763.

2. La théorie du « laissez-faire » et ses critiques. — § 436. La doctrine optimiste, p. 765. — § 437. Ses adversaires, p. 767. — § 438. Effertz, p. 769.

3. Productivité et rentabilité : les sous-productions rentables. — § 439. Plan de l’étude, p. 773. — § 440. Premier groupe de sous-productions rentables, p. 773. — § 441. Deuxième groupe, p. 777.

4. Les surproductions rentables (p. 442), p. 781.

5. Les lésions de la productivité dans l’ordre de la capitalisation (§ 443), p. 787.

6. L’intérêt général et la distribution des richesses. — § 444. Rapport de cette question à la précédente, p. 790. — § 445. Qu’elle comporte une solution, p. 791. — § 446. La distribution la meilleure, p. 793. — § 447. Dans quelle mesure la distribution actuelle lèse l’intérêt général, p. 794.

1. Classification générale de ces solutions. Les doctrines réformatrices. — § 448. Classification des doctrines sociales, p. 796. — § 449. Les doctrines réformatrices, p. 797.

2. Les doctrines socialistes. — § 450. Ce que c’est que le socialisme, p. 801. — § 451. Différentes sortes de socialisme : socialisme rationnel et socialisme « scientifique », p. 803. — § 452. La fin du socialisme, p. 804. — § 453. Quels biens faut-il socialiser ? p. 806. — § 454. Au profit de qui la socialisation doit-elle se faire ? p. 807. — § 455. La valeur en régime socialiste, p. 809. — § 456. L’introduction du régime socialiste, p. 810. — § 457. Conclusion, p. 811.

APPENDICE II
LES QUESTIONS NATIONALES : LE COMMERCE EXTÉRIEUR DES NATIONS

1. Comment la question se pose. Les éléments du commerce international. — § 458. Les questions nationales, p. 815. — § 459. Les éléments du commerce extérieur des nations, p. 816. 2. Les statistiques du commerce international. Développement historique de celui-ci. — § 460. Les statistiques douanières, p. 818. — § 461. Histoire du commerce international, p. 821.

1. La doctrine mercantile. — § 462. La théorie de la balance du commerce, forme principale de la théorie mercantile, p. 826. — § 463. Balance du commerce et balance des comptes, p. 826. — § 464. Critique essentielle de la théorie mercantile, p. 830.

2. La doctrine libre-échangiste et la doctrine protectionniste. — § 465. Le libre-échangisme, p. 833. — § 466. Critique, p. 836. — § 467. Le protectionnisme, p. 838.

3. Dans quels cas la protection peut être avantageuse. — § 468. Les effets des importations ; l’argumentation libre-échangiste, p. 840. — § 469 Discussion, p. 844. — § 470. Un cas spécial, p. 846. — 8 471. Le point de vue de la distribution, p. 847. — § 472. La protection comme