Livre:Guyau - La Morale d’Épicure et ses rapports avec les doctrines contemporaines.djvu

Guyau - La Morale d’Épicure et ses rapports avec les doctrines contemporaines.djvu
TitreLa Morale d’Épicure et ses rapports avec les doctrines contemporaines
AuteurJean-Marie Guyau Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionLibrairie Germer Baillière
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1878
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider

Pages

Table des matières


Avant-propos. — De la méthode dans l’exposition des systèmes 
 5
Introduction. — L’épicurisme dans l’antiquité et les temps modernes 
 12
Épicure
Les plaisirs de la chair
Chapitre premier. — Le plaisir, fin de la vie et principe de toute morale 
 20
Chapitre II. — Le plaisir fondamental : celui du ventre 
 31
Chapitre III. — Règle du plaisir : l’utilité. — Le bonheur, souverain bien 
 36
Chapitre IV. — Le désir. — But dernier du désir : le repos, la jouissance de soi 
 45
Les plaisirs de l’âme
Chapitre premier, — La sérénité intellectuelle et morale. — La science opposée par Épicure à l’idée de miracle 
 58
Chapitre II. — La liberté. — La contingence dans la nature, condition de la liberté humaine 
 71
Chapitre III. — La tranquillité en face de la mort. — Théorie épicurienne de la mort, et ses rapports avec les théories contemporaines 
 103
Les vertus privées et publiques
Chapitre premier. — Le courage et la tempérance. — L’amour et l’amitié. — Genèse de l’amitié. — La conduite du sage dans la société humaine 
 128
Chapitre II. — La justice et le contrat social 
 146
Chapitre III. — Le progrès dans l’humanité 
 154
Chapitre IV. — La piété épicurienne. — Lutte contre la divinité conçue comme cause efficiente 
 172
Conclusion. — L’épicurisme et ses analogies avec le positivisme moderne. — Son succès dans l’antiquité 
 182
Les successeurs modernes d’Épicure
Chapitre premier. — Époque de transition entre l’epicurisme ancien et l’épicurisme moderne. — Gassendi et Hobbes 
 189
Chapitre II. — La Rochefoucauld. — La psychologie de l’épicurisme 
 207
Chapitre III. — Spinoza. — Conciliation de l’épicurisme et du stoïcisme 
 227
Chapitre IV. — Helvétius 
 238
Chapitre V. — L’esprit épicurien en France au dix-huitième siècle 
 267
Conclusion générale. — L’épicurisme contemporain 
 279