Livre:E. Feydeau - Souvenirs d’une cocodette, 1878.djvu

E. Feydeau - Souvenirs d’une cocodette, 1878.djvu
TitreSouvenirs d’une cocodette Voir et modifier les données sur Wikidata
Sous-titreÉdition non adoucie, illustrée d'un frontispice et de dix figures gravées à l’eau-forte, écrits par elle-même et mis en bon français par E. F.
AuteurErnest Feydeau Voir et modifier les données sur Wikidata
IllustrateurJean Beauduin Voir et modifier les données sur Wikidata, Victor Coindre Voir et modifier les données sur Wikidata (présumé), Jules-Adolphe Chauvet Voir et modifier les données sur Wikidata,
Maison d’éditionJean Bontemps (impr. F. Nys)
Lieu d’éditionPhiladelphie (Paris)
Publication originale1870
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Département Réserve des livres rares, ENFER-1317
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider

Pages

TABLE DES MATIÈRES







Quel est mon but en écrivant ces mémoires. — Ce qu’ils seront. — Je n’écris que pour moi. — Qui je suis. — Ma naissance. — Un ménage de savant. — Mon portrait. — Persécutions maternelles. — Les Robes abricots. Portrait en pied de ma bonne mère. — Un singulier train de maison. — Monsieur Gobert. — Événement qui a dû arriver à bien des mères. — Utilité des tours de clef donnés à certaines portes. — Découverte extraordinaire. — Une femme qui ne se laisse pas démonter.

Étrange attitude de ma mère. — Sa politique. — Je paie le prix de ses tendresses pour mon père. — Je suis cuite ! — On se débarrasse de moi. — Le Couvent. — Succès de chant. — Une brebis galeuse. — Mes voisines de classe. — Carmen. — Une aventure encore plus banale et moins stupéfiante que la première. — La Tentation. — J’y résiste — Perplexités. — J’y succombe. — Comment l’innocence se perd.

Une grossesse qu’on n’attendait pas et qu’il était facile de prévoir. — Départ pour la campagne. — Ma tante Aurore et mon cousin Alfred. — Le petit mari et la petite femme. — Un jeune homme qui s’émancipe. — L’allée de coudriers. — Ma vertu court un grave danger. — Mon cousin se conduit mal. — Je me tire d’affaire à mon honneur.

Mon entrée dans le monde. — Mes préparatifs de toilette. — Description de ma robe de bal. — Les salons de l’Hôtel de Ville. — Je produis un effet immense. — Première désillusion. — Mon succès se consolide. — Le marquis de B***, — Je suis demandée en mariage. — Je suis accordée. — Visite de ma tante Aurore. — Elle me prépare au mariage. — Conseils de ma tante. — Je me marie en pleurant.

Comment ma mère se comporte avec son futur gendre. — Hypocrisie du marquis de B***. — Un dîner de gala. — Ma première nuit de noces. — C’est mon mari qui me sert de femme de chambre. — Furieuse appréhension. — Les fantaisies de mon mari. — Il paraît que je suis très belle. — Voilà l’instant ! ce que j’éprouve n’est pas gai.

Mon mari est plein d’expansion. — Pour quels motifs il m’épousa. — Histoire d’une homme amoureux de toutes les femmes. — Où mène la recherche de l’idéal. — Système de philosophie renouvelé de La Bruyère. — Mon mari devient incommode — Je suis une machine à plaisir.

Grâce aux conseils de mon mari, mon succès ne fait que grandir. — Principes pour réussir dans le monde. — La Querelle des brunes et des blondes — Révolution dans le costume. — Notre maison est montée sur un grand pied. — Affreuse découverte : nous sommes pauvres, nous avons des dettes.

S’étourdir. — Je m’abandonne à mon triste sort. — De quoi se composait ma vie. — Je n’ai jamais eu qu’une passion. — Perplexités. — Je m’adresse à ma mère. — Secours inattendu. — Madame de Couradilles. — Une jolie entremetteuse. — Proposition tentante. — Situation tragique. — Suprêmes préparatifs.

Le Baron de C***. — J’ai de la chance. — Terrible épreuve. — Inconvénients d’avoir de trop jolis pieds. — Je ne suis point assez aimable. — Ruses de femme. — Coup de théâtre. — J’aime mon mari.

D’où viennent les cent mille francs. — Ma tante Aurore. — Un ménage à trois. — Je place mon mari dans la banque. — Comment on écrit l’histoire. — Un caractère comme on en voit trop. — Mon mari est jaloux. — J’aime, pour la première, la seule fois. — Le Chandelier. — Mon mari prend le change. — Une nouvelle aventure plus extraordinaire que les précédentes. — Encore un coup de théâtre. — Conclusion.