Les Pères de l’Église/Tome 1/Notes sur les éditions de saint Ignace et de saint Polycarpe


NOTES SUR LES ÉDITIONS DE SAINT IGNACE ET DE SAINT POLYCARPE.


Les lettres de saint Ignace et celle de saint Polycarpe ont été insérées par Cotelier dans son recueil des premiers Pères dont nous avons déjà parlé. On trouve séparément les lettres de saint Ignace.

De toutes les éditions, les deux plus estimées sont celles d’Oxford, 1708, grec et latin, avec les notes de C. Aldrich, in-8° (cette belle édition n’a été tirée qu’à cent exemplaires), et 1709, grec et latin, avec les notes de Jean Pearson et Th. Smith, in-4°. Quelques éditions contiennent douze lettres au lieu de sept ; mais Eusèbe et saint Jérôme n’ayant fait aucune mention des cinq dernières, on les regarde comme supposées. On a encore sous le nom de saint Ignace trois lettres latines (Cologne, 1478 ; Paris, 1496) adressées, la première à la sainte Vierge, et les deux autres à l’apôtre saint Jean : elles sont évidemment d’un pieux faussaire du moyen âge.

Les Actes du martyre de saint Ignace par un auteur contemporain ont été publiés, en grec et en latin, par Usher, les Bollandistes, Cotelier et Th. Smith ; mais l’édition la plus correcte est celle qu’en a donné dom Ruinart d’après un manuscrit de la bibliothèque de Colbert.

Les Actes du martyre de saint Polycarpe ont été recueillis par les fidèles de Smyrne et adressés à ceux de Philadelphie, qui les demandèrent avec instance : de là ils se répandirent dans toutes les Églises. La lettre de l’Église de Smyrne se trouve dans l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, iv, 14 ; elle a été aussi publiée, de même que l’épître de saint Polycarpe aux Philippiens, par Ittig (Bibliotheca Patrum apostolicorum, grec. lat., 1699, in-8°. On trouve encore la lettre de saint Polycarpe à la suite des épîtres de saint Ignace dans l’édition d’Oxford en 1709, in-4°.