Ouvrir le menu principal

Fet-Logofet (première édition 1853)
Traduction par J.-E. Voïnesco.
Les DoïnasJoël CherbuliezLittérature roumane (p. 57-58).
◄  La Strunga
La Hora  ►




XIII

FET-LOGOFET[1]


— Ô Fet-Logofet, aux boucles ondoyantes, aux cheveux dorés, arrête ici pour te reposer, car le dragon noir te guette là-haut sur la montagne.

— Ô charmante jeune fille, aux longues tresses, à la riche ceinture ! je ne crains pas le dragon noir, car mon bras est fort et lourde ma massue.

— Hardi jeune homme, à la figure si douce et aux yeux de flammes ! le dragon est énorme, il est sans pitié aussi… Ah ! reste ici, de grâce.

— Bel ange des étoiles, aux yeux noirs comme le fruit de l’aubépine, au front blanc comme le lis ! tous les dragons de la terre tremblent et s’humilient à mon nom.

— Héros jeune et célèbre, au casque rayonnant ! le dragon enjambe les plus hautes montagnes, et, quand il ouvre ses mâchoires, de l’une il touche le ciel, et de l’autre la terre.

— Oiseau des montagnes à la couronne de fleurs ! lorsque mon coursier s’élance, il saute par dessus les mers et vole parmi les nuages.

— Ô Fet-Logofet, aux boucles luisantes, à la voix divine ! ne t’éloignes pas d’ici, ne t’éloignes pas, mon brave chéri, car moi je t’aime à en mourir.

— Ô charmante jeune fille, aux longues tresses d’ébène, au sein vierge ! pour ton amour, je veux acquérir de la gloire ou mourir !

  1. Personnage fantastique des contes populaires.