Ouvrir le menu principal

Le Parnasse contemporain/1866/Les Délivrés

< Le Parnasse contemporain‎ | 1866(Redirigé depuis Les Délivrés)
Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveauxSlatkine ReprintsI. 1866 (p. 189).


LES DÉLIVRÉS


Tous ceux qui s’appelaient en se tendant les bras,
Grands éplorés toujours loin de leurs Eurydices,
Martyres des exils plus longs que les supplices,
Cher ange de la Mort, tu les rapprocheras.

Tu sculptes dans l’éther de bien beaux Alhambras,
Pour y perpétuer nos furtives délices,
Et dans ton saint mépris pour les hymens factices,
Où l’homme a désuni, toi tu réuniras.

Alors tu nous verras, fous de béatitude,
Nous deux que l’existence avait tant séparés,
Nous enivrer d’azur moins que de solitude,

Savourer la douceur d’être enfin délivrés
Et ne sentir jamais notre lèvre assouvie,
Nous étant si peu vus pendant toute la vie !