Les Compagnons du trésor/Partie 2/Chapitre 26

Dentu (Tome IIp. 326-337).
Le bûcher  ►
Deuxième partie


XXVI

Le truc de l’ours


Irène et Reynier prêtèrent l’oreille en même temps. Il fallait peu de chose pour les rendre au sentiment du danger qui les menaçait.

Le bruit venant du carré ou plutôt de l’escalier était presque imperceptible.

— C’est LUI qui rentre, dit Irène très bas.

Toute sa haine était dans le tremblement de sa voix.

— Je voudrais que ce fût lui, répondit Reynier. Il est le seul que je redoute ; mais ils sont au moins deux, car j’entends parler.

Un chuchotement passa en effet à travers la porte, mais fut couvert par une sorte de craquement qui partait du cabinet. On eût dit d’un châssis de fenêtre ébranlé avec précaution et secouant ses vitres.

— Est-ce qu’il y a une croisée dans le bûcher ? demanda Reynier.

— Oui, répliqua Irène. Le cabinet a ouverture sur les jardins, comme la chambre où nous sommes, mais la fenêtre est condamnée, et le plomb qui déverse les eaux de la maison passe en travers.

Reynier fit un pas vers la porte du bûcher. Il pensait tout haut :

— Sa pauvre tête travaille. Je n’ai pas confiance dans le calme qu’il montrait tout à l’heure. C’était pour tromper notre surveillance à tous.

— Il doit être si las ! objecta la jeune fille. Et les étages sont si hauts ! D’ailleurs, on n’entend plus rien de ce côté. C’est par ici, maintenant.

Elle n’acheva pas ; mais son doigt tendu montrait la porte du carré. Il était évident que là plusieurs personnes arrêtées, stationnaient sur le palier. Reynier dit :

— C’est peut-être Échalot avec sa femme. Ce sont de braves cœurs, mais ils sont enfants comme tous leurs pareils et la bonne dame s’agite plus qu’il ne faut.

Tout en parlant, il avait viré l’espagnolette de la fenêtre.

— Tiens ! tiens ! fit-on sur le palier, ils ouvrent la croisée.

Il n’y eut qu’Irène pour entendre cela.

Reynier disait :

— La hauteur des étages n’y fait rien. Le père a son idée fixe. J’ai lu son dessein dans ses yeux. Je ne serais pas rassuré, quand même je l’aurais prisonnier tout en haut de la colonne Vendôme.

Il se pencha au dehors de l’appui. La nuit touchait à sa fin, mais l’obscurité était devenue très profonde, parce que la lune avait disparu sous l’horizon.

Du premier coup d’œil, néanmoins, Reynier put voir que la petite fenêtre du bûcher, située tout près de lui, à sa droite, et devant laquelle le plomb du toit passait en diagonale, était intacte et fermée.

Il écouta. Aucun son ne venait plus du cabinet.

Au moment où il rentrait, tenant à deux mains les battants de la croisée pour les refermer, Irène prononça son nom tout bas.

Il se retourna vivement. Il vit la jeune fille qui était debout auprès de la porte d’entrée et qui avait un doigt sur sa bouche. Elle lui fit signe d’approcher.

On parlait bas sur le palier ; mais, en l’absence de tout autre bruit, les paroles passaient à travers le bois de la porte.

— Il sont là, puisqu’il y a de la lumière, dit une première voix.

Une seconde répliqua :

— Je suis sûr d’avoir entraperçu la femme tout à l’heure au coin de l’entrée particulière du Grand-Départ ; elle avait l’air de se dissimuler dans l’ombre avec l’intention de moucharder, c’est bien sûr. L’homme est en bas, caché derrière le bois du laitier, sous la porte cochère.

— Alors, qui avons-nous ici ? ce n’est pas le vent qui a ouvert la fenêtre.

La seconde voix répondit encore :

— Je les connais à fond pour les avoir fréquentés tous les deux dans l’intimité dont tous mes bienfaits ont été récompensés par la plus noire ingratitude. La femme est une racaille d’ancienne artiste en foire, à barbe, colosse et l’art de se casser des cailloux sur le ventre. L’homme est pareillement un ancien domestique de pharmacien que j’avais pris chez moi comme valet de chambre. Il est commis chez l’Italien d’à côté, pour l’aider à fabriquer sa mort-aux-rats. Je parie ma fortune, qu’ils ont ramassé chez eux la brodeuse, le peintre et le vieil architecte de maçon. C’est dans leur caractère de se mélanger au fond de toutes les intrigues pour gagner leur vie. Que M. Cocotte donne un tour de fil de fer, et on verra si j’ai bien deviné !

Il ne fut pas répondu à cette proposition. De l’autre côté de la porte on semblait se consulter.

Irène, blanche comme une statue, restait immobile, l’oreille penchée vers le palier, Reynier dit :

— Je connais celui qui vient de parler. C’est un ancien modèle à moi du nom de Similor.

Irène prononça tout bas ces seuls mots :

— Les Habits-Noirs !

— S’ils ressemblaient tous à celui-là, reprit le jeune peintre presque gaiement, l’aventure ne serait pas bien redoutable. Je suis armé. Dans une heure il fera jour.

Il fut interrompu par Irène qui lui serrait le bras en murmurant :

— Écoute !

La voix qui avait parlé la première disait justement comme Reynier :

— Nous avons plus guère qu’une heure de nuit pour gagner la prime. Il faut nous hâter. Seulement, le jeune peintre va résister, s’il est là, il y aura du bruit, et les maîtres ont défendu le bruit.

Ce fut Similor qui répliqua :

— Cent francs comptant, dans le creux de la main, M. Piquepuce, et je sauve la patrie !

Il y eut un bruit de pièces d’or, pendant que Piquepuce grommelait :

— Cent gifles si tu te moques de nous !

— Et mon eustache dans le dos ! ajouta une voix qui n’avait pas encore parlé.

Cela faisait quatre voix entendues, mais le nombre des assiégeants devait être double pour le moins.

Similor reprit :

— Approchez-vous qu’on vous parle avec mystère. Pas besoin qu’ils entendent chez le voisin, pas vrai ? Il y a donc que dans la civilisation du dix-neuvième siècle les droits de la paternité ont survécu au progrès, toujours imprescriptibles ni plus ni moins qu’autrefois. N’y a pas d’heure pour ça. Si on m’a pincé mon enfant, je peux le repiquer n’importe où, au sein des ténèbres et même le dimanche…

— Qu’est-ce que tout ça nous fait ? commença Piquepuce.

— Ça vous fait que je possède un fils naturel en ces lieux, subtilisé à moi par l’homme et la femme Canada pour lui donner des leçons de saltimbanque dont ils n’ont aucun droit légal et le couvrir de mauvais traitement qui fait honte à l’humanité du temps où nous vivons.

Les yeux d’Irène et ceux de Reynier se tournèrent à la fois vers le berceau où dormait le petit Saladin.

Puis ils se regardèrent.

À son tour, le jeune peintre avait pâli.

Il y avait de quoi. De l’autre côté de la porte une véritable acclamation avait accueilli le discours de Similor. C’était un prétexte, un moyen, une clé. On n’avait même plus souci de prendre des précautions. En cas de bagarre, le voisinage était gagné d’avance.

— Cela vaut un commissaire en écharpe ! dit Piquepuce joyeusement.

Et il frappa trois coups bien distincts, en ajoutant :

— Un enfant volé par les baladins ! Ils l’ont désarticulé, ils l’ont désossé. On ne lui donne à manger que des sabres.

— Et le malheureux père, enchérit le jeune M. Cocotte, serrurier d’art, les a vus jongler avec son petit derrière les fortifications. Qu’il ne l’aurait jamais reconnu sans un signe particulier que l’innocent porte sous l’oreille gauche.

— Au mollet, rectifia Similor : un rognon brochette. Sa farceuse de défunte mère était sur sa bouche.

Il y eut un éclat de rire. À l’intérieur de la chambre on ne bougeait pas.

Similor, grisé par son succès, éleva la voix et dit avec emphase.

— Ouvrez, au nom de la loi qu’est ici d’accord avec la nature !

— Imbécile ! gronda Piquepuce.

Il ne fut fait aucune réponse à l’intérieur. Reynier soutenait Irène dans ses bras. Il avait dit :

— Quoi qu’il arrive, je défendrai notre père.

On frappa pour la seconde fois, et Piquepuce dit à haute voix :

— L’homme et la femme Canada sont invités à ouvrir de bonne volonté, par suite des droits d’un père qui vient redemander son petit, dont il n’est pas satisfait de l’éducation qu’on lui donne.

— À la bonne heure ! fit Cocotte, c’est du français, ça !

Point de réponse encore. Piquepuce reprit au bout d’un instant :

— Ça ne vous sert de rien de faire la sourde oreille. Ou sait que vous êtes là et on n’agit pas à l’étourdie. Le père veut l’enfant. Si vous le rendez il ne vous sera pas fait de mal.

Toujours le silence.

— Sont-ils entêtés ! dirent les voix du carré.

Piquepuce reprit :

— Une fois, deux fois, trois fois. Vous mettez tous les torts de votre côté. On n’est pas embarrassé d’entrer malgré vous, mes vieux. On a apporté son serrurier. Amène ton passe-partout, Cocotte !

Un bruit de fer se fit aussitôt dans la serrure.

Alors seulement la voix de Reynier s’éleva, grave et contenue.

— L’homme et la femme Canada sont absents, dit-il. Revenez au jour si vous avez affaire à eux. Je garde la maison, je refuse de vous ouvrir. Si vous entrez, que ce soit à vos risques et périls !

Le bruit ne cessa pas tout à fait dans la serrure, mais il sembla mollir. Évidemment, on hésitait sur le carré.

— Ça sent l’homme armé jusqu’aux dents ! grommela Cocotte.

— Est-ce qu’il est solide ? demanda Piquepuce. C’est bien le peintre ?

— Quant à ça, oui, répondit Similor. Il est solide et c’est le peintre. J’ai reconnu son organe.

L’outil de Cocotte ne travaillait presque plus. Une voix risqua cette question :

— Qui est-ce qui va entrer le premier ?

— Curieux ! fit Piquepuce.

Il se retourna comme pour interroger du regard le carré, qui était plus noir qu’un four.

— Petit-Blanc est-il là ? demanda-t-il.

Depuis que la voix de Reynier s’était fait entendre, on parlait si bas sur le palier que les mots prononcés ne passaient plus la porte. Les deux jeunes gens avaient beau prêter l’oreille, c’est à peine s’ils saisissaient un mot de temps en temps.

Au nom de Petit-Blanc une grosse voix enrouée répondit : Présent !

— As-tu ton saute-en-barque ? demanda encore Piquepuce. Avance qu’on te voie.

Les rangs s’écartèrent et un énorme drôle à tête laineuse, vêtu d’une vieille redingote à la propriétaire qui tombait jusqu’à ses talons se présenta. Malgré l’obscurité, on pouvait bien voir que c’était un nègre.

Piquepuce échangea avec lui quelques paroles rapides et lui mit une paire de louis dans la main. Le nègre dépouilla aussitôt sa longue redingote qu’il repassa à revers, de façon à ce que le dos du vêtement lui couvrît la poitrine.

— Habit bas ! ordonna Piquepuce, et qu’on le plastronne ! Il va risquer Le truc de l’ours comme un joli garçon.

Entre la redingote du nègre et son estomac, trois ou quatre vestes et jaquettes furent bourrées et il apparut bientôt dans l’ombre, large comme un colosse.

— Vous autres, aux jambes ! commanda encore Piquepuce. Préparez vos ficelles. J’ai la mienne et je mettrai la main à la pâte. Donne le tour, Cocotte, et attention à la manœuvre ! Quand même le peintre aurait du canon, je réponds de tout. Y est-on ? Adieu, va ! Montrez-lui l’ours !

Cocotte « donna le tour » et le pêne sauta hors de la gâche.

Au moment où la porte fut ouverte, Reynier était debout, à trois pas du seuil, un pistolet dans chaque main. Son intention formelle était de faire feu, non pas seulement pour se défendre, mais encore pour mettre le voisinage sur pied tout d’un temps et amener du secours.

Que ce moyen fût bon ou mauvais, c’était le seul : Reynier n’avait pas le choix.

Et pourtant, ses deux pistolets restèrent muets, parce que son premier regard chercha en vain l’ennemi qu’il devait ajuster.

Quelque chose de bizarre et de grotesque à la fois se présentait à lui. Cela rappelait la terrible naïveté des ruses de guerre antiques, et il n’y avait qu’un homme affolé par l’épouvante qui pût s’attaquer à l’énorme mannequin qui encombra d’abord le seuil.

Or, Reynier était l’intrépidité même. Il attendit.

Le mannequin se montrait de dos et marchait à reculons.

Ses bras disparaissaient, croisés qu’ils étaient sur son ventre qu’on ne voyait pas, ses cheveux longs, mais crépus, tombaient jusqu’au collet de sa redingote, découvrant seulement une ligne noire, qui devait être la nuque. De la nuque aux pieds, la redingote descendait droit et ses pans balayaient le carreau.

Ce colosse avançait à petits pas et toujours à reculons, sans faire mine de se retourner. Irène le regardait terrifiée. Reynier, certain que c’était là un rempart vivant et nouveau, destiné à couvrir l’attaque de ses vrais adversaires, guettait à droite et à gauche, sondant d’un œil aigu les ténèbres du carré.

Rien ne bougeait, et le colosse avançait toujours.