Ouvrir le menu principal

Comment frere Ian reconforte Panurge sus le doubte de Coquage.

Chapitre XXVIII.



Ie t’entends (dist frere lan) mais le temps matte toutes choses. Il n’est le Marbre ne le Porphyre, qui n’ayt sa vieillesse & décadence. Si tu ne en es là pour ceste heure, peu d’années après subsequentes ie te oiray confessant, que les couilles pendent à plusieurs par faulte de gibessiere. Desia voy ie ton poil grisonner en teste. Ta barbe par les distinctions du gris, du blanc, du tanné, & du noir, me semble vne Mappemonde. Reguarde icy. Voy là Asie. Icy sont Tigris & Euphrates. Voy là Afrique. Icy est la montaigne de la Lune. Voydz tu les paluz du Nil ? Deçà est Europe. Voydz tu Theleme ? Ce touppet icy tout blanc, sont les mons Hyperborées. Par ma soif, mon amy, quand les neiges sont es montaignes : ie diz la teste & le menton, il n’y a pas grand chaleur par les valées de la braguette.

Tes males mules (respondit Panurge). Tu n’entends pas les Topiques. Quand la neige est sus les montaignes : la fouldre, l’esclair, les lanciz, le mau lubec, le rouge grenat, le tonnoirre, la tempeste, tous les Diables, sont par les vallées. En veulx tu veoir l’expérience ? Va on pays de Souisse : & consydere le lac de VVunderberlich à quatre lieues de Berne, tirant vers Sion. Tu me reproches mon poil grisonnant, & ne consydere poinct comment il est de la nature des pourreaux, es quelz nous voyons la teste blanche, & la queue verde droicte & viguoureuse. Vray est que en moy ie recongnois quelque signe indicatif de vieillesse. Ie diz verde vieillesse : ne le diz à personne. Il demeurera secret entre nous deux. C’est que ie trouue le vin meilleur & plus à mon goust sauoureux, que ne soulois : plus que ne soulois, ie crains la rencontre du mauuais vin. Note que cela argüe ie ne sçay quoy du ponent, & signifie que le midy est passé. Mais quoy ? Gentil compaignon tousiours, autant ou plus que iamais. Ie ne crains pas cela, de par le Diable. Ce n’est là où me deult. le crains que par quelque longue absence de nostre roy Pantagruel, au quel force est que ie face compaignie, voire allast il à tous les Diables, ma femme me face coqu. Voy là le mot peremptoire. Car tous ceulx à qui I’en ay parlé, me en menassent. Et afferment qu’il me est ainsi prædestiné des cieulx. Il n’est (respondit frère Ian) coqu, qui veult. Si tu es coqu, ergò ta femme sera belle : ergò tu seras bien traicté d’elle : ergò tu auras des amis beaucoup : ergò tu seras saulué. Ce sont Topicques monachales. Tu ne en vauldras que mieulx, pecheur. Tu ne feuz iamais si aise. Tu n’y trouueras rien moins. Ton bien acroistra d’aduentaige. S’il est ainsi prædestiné, y vouldrois tu contreuenir ? diz, Couillon flatry, C. moisy.

c. rouy.   c. chaumeny.
c. poitry d’eaue froyde.   c. pendillant.
c. transy.     c. appellant.
c. auallé.   c. guauasche.
c. fené.   c. esgrené.
c. esrené.   c. incongru.
c. de faillance.   c. forbeu.
c. hallebrené.   c. lanterné.
c. prosterné.   c. embrené.
c. engroué.   c. amadoué.
c. ecremé.   c. exprimé.
c. supprimé.   c. chetif.
c. récif.   c. putatif.
c. moulu.   c. vermoulu.
c. dissolu.   c. courbatu.
c. morfondu.   c. malautru.
c. dyscrasié.   c. biscarié.
c. disgratié.   c. liegé.
c. flacque.   c. diaphane.
c. esgoutté.   c. desgousté.
c. acrauanté.   c. chippoté.
c. escharbotté.   c. hallebotté.
c. mitré.   c. chapitré.
c. baratté.   c. chicquané.
c. bimbelotté.   c. eschaubouillé.
c. entouillé.   c. barbouillé.
c. vuidé.   c. riddé.
c. chagrin.   c. haue.
c. démanché.   c. morné.
c. véreux.   c. pesneux.
c. vesneux.   c. forbeu.
c. malandré.   c. meshaigné.
c. thlasié.   c. thlibié.
c. spadonicque.   c. sphacelé.
c. bistorié.   c. deshinguandé.
c. farineux.   c. farcineux.
c. hergneux.     c. varicqueux.
c. gangreneux.   c. véreux.
c. crousteleué.   c. esclopé.
c. dépenaillé.   c. fanfreluche.
c. matté.   c. frelatté.
c. guoguelu.   c. farfelu.
c. trepelu.   c. mitonné.
c. trépané.   c. boucané.
c. basané.   c. effilé.
c. euiré.   c. vietdazé.
c. feueilleté.   c. mariné.
c. estiomené.   c. extirpé.
c. etrippé.   c. constippé.
c. nieblé.   c. greslé.
c. syncopé.   c. soufleté.
c. ripoppé.   c. buffeté.
c. dechicqueté.   c. corneté.
c. ventousé.   c. talemousé.
c. effructé.   c. balafré.
c. gersé.   c. eruyté.
c. pantois.   c. putois.
c. fusté.   c. poulsé.
c. de godalle.   c. frilleux.
c. fistuleux.   c. scrupuleux.
c. languoureux.   c. sellé.
c. maleficié.   c. rance.
c. hectique.   c. diminutif.
c. vsé.   c. tintalorisé.
c. quinault.   c. marpault.
c. matagrabolisé.   c. rouillé.
c. macéré.   c. indague.
c. paralyticque.   c. antidaté.
c. dégradé.   c. manchot.
c. perclus.   c. confus.
c. de Ratepenade.     c. Maussade.
c. de petarrade.   c. acablé.
c. hallé.   c. affable.
c. dessïré.   c. desolé.
c. hebecé.   c. décadent.
c. cornant.   c. solœcisant.
c. appellant.   c. mince.
c. barré.   c. vlceré.
c. assassiné.   c. bobeliné.
c. deualizé.   c. engourdely.
c. anonchaly.   c. aneanty.
c. de matafain.   c. de zéro.
c. badelorié.   c. frippé.
c. deschalandé.   c. febricitant.

Couillonnas au diable, Panurge mon amy : puys qu’ainsi t’est prædestiné, vouldroys tu faire rétrograder les planètes ? démancher toutes les sphaeres celestes ? propouser erreur aux Intelligences motrices ? espoinder les fuzeaulz, articuler les vertoilz, calumnier les bobines, reprocher les detrichoueres, condempner les frondrillons, defiller les pelotons des Farces ? Tes fiebures quartaines, Couillu. Tu ferois pis que les Géants. Yien ça, couillaud. Aimerois tu mieulx estre ialous sans cause, que coqu sans congnoissance ? Ie ne vouldrois (respondit Panurge) estre ne l’vn ne l’autre. Mais si l’en suys vne fois aduerty, ie y donneray bon ordre, ou bastons fauldront on monde. Ma foy, frère Ian, mon meilleur sera poinct ne me marier. Escoute que me disent les cloches à ceste heure que sommes plus pres. Marie poinct, marie poinct, poinct, poinct, poinct, poinct. Si tu te marie : marie poinct, marie poinct, poinct, poinct, poinct, poinct : tu t’en repentiras, tiras, tiras : coqu seras. Digne vertus de Dieu, ie commence entrer en fascherie. Vous aultres cerueaulx enfrocquez, n’y sçauez vous remede aulcun ? Nature a elle tant destitué les humains, que l’home marié ne puisse passer ce monde sans tomber es goulphres & dangiers de Coqüage ?

Ie te veulx (dist frère Ian) enseigner vn expedient, moyenant lequel iamais ta femme ne te fera coqu sans ton sceu & ton consentement. Ie t’en prie (dist Panurge) couillon velouté. Or diz, mon amy. Prens (dist frère Ian) l’anneau de Hans Carüel grand lapidaire du Roy de Melinde. Hans Carüel estoit home docte, expert, studieux, home de bien, de bon sens, de bon iugement, débonnaire, charitable, aulmonsnier, philosophe : ioyeulx au reste, bon compaignon, & raillart, si oncques en feut : ventru quelque peu, branslant de teste, & aulcunement mal aisé de sa persone. Sus ses vieulx iours il espousa la fille du baillif Concordat, ieune, belle, frisque, guallante, aduenente, gratieuse par trop enuers ses voisins & seruiteurs. Dont aduint en succession de quelques hebdomades, qu’il en deuint ialous, comme vn Tigre : & entra en soubson, qu’elle se faisoit tabourer les fesses d’ailleurs. Pour à laquelle chose obuier, luy faisoit tout plein de beaulx comptes touchant les desolations aduenues par adultere : luy lisoit souuent la legende des preudes femmes : la preschoit de pudicité, luy feist vn liure des louanges de fidélité coniugale, detestant fort & ferme la meschanceté des ribauldes mariées : & luy donna vn beau carcan tout couuert de Sapphyrs orientaulx. Ce non obstant, il la voioyt tant délibérée, & de bonne chere auecques ses voisins, que de plus en plus croissoit sa ialousie. Vne nuyct entre les aultres estant auecques elle couché en telles passions, songea qu’il parloit au diable & qu’il luy comptoit ses doléances. Le diable le reconfortoit, & luy mist vn anneau on maistre doigt, disant. Ie te donne cestuy anneau : tandis que l’auras on doigt ta femme ne sera d’aultruy charnellement congneue sans ton sceu & consentement. Grand mercy (dist Hans Carüel) monsieur le diable. Ie renye Mahon, si iamais on me l’oste du doigt. Le diable disparut : Hans Carüel tout ioyeulx s’esueigla, & trouua qu’il auoit le doigt on comment a nom ? de sa femme. Ie oubliois à compter comment sa femme le sentent, reculloit le cul arrière, comme disant ouy nenny, ce n’est ce qu’il y fault mettre : & lors sembloit à Hans Carüel qu’on luy voulust desrobber son anneau. N’est ce remède infallible ? A cestuy exemple faiz, si me croys, que continuellement tu ayez l’anneau de ta femme on doigt. Icy feut fin & du propous & du chemin.