Ouvrir le menu principal
Œuvres complètes (1552)
Alphonse Lemerre (2 : Le Tiers Livre, Le Quart Livrep. 450-455).

Continuation des miracles advenuz par les Decretales.

Chapitre LII.



Voicy (dist Panurge) qui dict d’orgues. Mais i’en croy le moins que ie peuz. Car il me advint un iour à Poictiers ches l’Ecossoys docteur Decretalipotens d’en lire un chapitre, le Diable m’emport, si à la lecture d’icelluy ie feuz tant constipé du ventre, que par plus de quatre, voyre cinq iours ie ne fiantay qu’une petite crotte. Sçavez vous quelle ? Telle, ie vous iure, que Catulle dict estre celles de Furius son voisin.

En tout un an tu ne chie dix crottes
Et si des mains tu les brises & frottes,
Ià n’en pourras ton doigt fouiller de erres.
Car dures sont plus que febves & pierres.

Ha, ha (dist Homenaz) Inian mon amy vous, par adventure, estiez en estat de peché mortel.

Cestuy là (dist Panurge) est d’un aultre tonneau.

Un iour (dist frère Ian) ie m’estoys à Seuillé torché le cul d’un feuiellet d’unes meschantes Clementines, les quelles Ian Gymard nostre recepveur avoit iecté au preau du cloistre, ie me donne à tous les Diables, si les rhagadies & hæmorrutes ne m’en advindrent si très horribles, que le paouvre trou de mon clous bruneau en feut tout dehinguandé.

Inian, dist Homenaz, ce feut evidente punition de Dieu, vengeant le peché qu’aviez faict incaguant ces sacres livres, les quelz doibviez baiser & adorer, ie diz d’adoration de latrie, ou de hyperdulie, pour le moins. Le Panormitan n’en mentit iamais.

Ian Chouart (dist Ponocrates) à Monspellier avoit achapté des moines de sainct Olary unes belles Decretales escriptes en beau & grand parchemin de Lamballe, pour en faire des Velins pour batre l’or. Le malheur y feut si estrange, que oncques pièce n’y feut frappée, qui vint à profict. Toutes feurent dilacerées & estrippées.

Punition, dist Homenaz, & vengeance divine.

Au Mans (dist Eudemon) François Cornu apothecaire avoit en cornetz empoicté unes Extravaguantes frippées, ie desadvoue le Diable, si tout ce qui dedans feut empacqueté, ne feut sus l’instant empoisonné, pourry, & guasté : encent, poyvre, gyrofle, cinnamone, saphran, cire, espices, casse, reubarbe, tamarins : generalement tout, drogues, guogues, & senogues.

Vangeance (dist Homenaz) & divine punition. Abuser en choses prophanes de ces tant sacres escriptures.

A Paris (dist Carpalim) Groignet cousturier avoit emploicté unes vieilles Clementines en patrons & mesures. O cas estrange. Tous habillemens taillez sus telz patrons, & protraictz sus telles mesure, feurent guastez & perduz : robbes, cappes, manteaulx, sayons, iuppes, cazaquins, colletz, pourpoinctz, cottes, gonnelles, verdugualles. Groignet cuydant tailler une cappe, tailloit la forme d’une braguette. En lieu d’un sayon tailloit un chapeau à prunes succées. Sus la forme d’un cazaquin tailloit une aumusse. Sus le patron d’un pourpoinct tailloit la guise d’une paele. Ses varletz l’avoir cousue, la deschicquetoient par le fond. Et sembloit d’une paele à fricasser chastaignes. Pour un collet faisoit un brodequin. Sur le patron d’une verdugualle tailloit une barbutte. Pensant faire un manteau faisoit un tabourin de Souisse. Tellement que le paouvre home par iustice feut condemné à payer les estoffes de tous ses challans : & de præsent en est au saphran.

Punition (dist Homenaz) & vengeance divine.

A Cahuzac (dist Gymnaste) feut pour tirer à la butte partie faicte entre les seigneurs d’Estissac, & vicomte de Lausun. Perotou avoit depecé unes demies Decretales du bon canonge La carte, & des feueilletz avoit taillé le blanc pour la butte. Ie me donne, ie me vends, ie me donne à travers tous les Diables, si iamais harbalestier du pays (les quelz sont supellatifz en toute Guyenne) tira traict dedans. Tous feurent coustiers. Rien du blanc sacrosainct barbouillé ne feut, depucellé, ne entommé. Encores Sansornin l’aisné qui guardoit les guaiges, nous iuroit Figues dioures (son grand serment) qu’il avoit veu apertement, visiblement, manifestement le pasadouz de Carquelin droict entrant dedans la grolle au milieu du blanc, sus le poinct de toucher & s’enfoncer s’estre escarté loing d’une toise coustier vers le fournil.

Miracle (s’escria Homenaz) miracle, miracle. Clerice, esclaire icy. Ie boy à tous. Vous me semblez vrays Christians.

A ces motz les filles commencèrent ricasser entre elles. Frère Ian hannissoit du bout du nez comme prest à roussiner, ou baudouiner pour le moins, & monter dessus, comme Herbault sus paouvres gens.

Me semble dist Pantagruel) que en telz blancs l’on eust contre le dangier du traict plus sceurement esté, que ne feut iadis Diogènes.

Quoy ? demanda Homenaz. Comment ? Estoit il Decretaliste ?

C’est (dist Epistemon retournant de ses affaires) bien rentré de picques noires.

Diogènes, respondit Pantagruel, un iour s’esbatre voulent visita les archiers qui tiroient à la butte. Entre iceulx un estoit tant saultier, imperit, & mal à droict, que lors qu’il estoit en ranc de tirer, tout le peuple spectateur s’escartoit de paour d’estre par luy feruz. Diogènes l’avoir un coup veu si perversement tirer que sa flèche tomba plus d’un trabnut loing de la butte, au second coup le peuple loing d’un cousté & d’aultre s’escartant, accourut & se tint en pieds iouxte le blanc : affermant cestuy lieu estre le plus sceur. & que l’archier plus toust feriroit tout aultre lieu, que le blanc : le blanc seul estre en sceureté du traict.

Un paige (dist Gymnaste) du seigneur d’Estissac nommé Chamouillac, aperceut le charme. Par son advis Perotou changea de blanc, & y employa les papiers du procès de Pouillac. Adoncques tirèrent tresbien les uns & les aultres.

A Landerousse (dist Rhizotome) es nopces de Ian Delif feut le festin nuptial notable & sumptueux, comme lors estoit la coustume du pays. Après soupper feurent iouées plusieurs farces, comedies, sornettes plaisantes : feurent dansées plusieurs Moresques aux sonnettes & timbous : feurent introduictes diverses sortes de masques & momeries. Mes compaignons d’eschole & moy pour la feste honorer à nostre povoir (car au matin nous tous avions eu de belles livrées blanc & violet) sus la fin feismes un barboire ioyeulx avecques force coquilles de sainct Michel, & belles cacquerolles de limassons. En faulte de Colocasie, Bardane, Personate & de papier : des feueilletz d’un vieil Sixiesme, qui là estoit abandonné, nous feismes nos faulx visaiges, les descouppans un peu à l’endroict des œilz, du nez, & de la bouche. Cas merveilleux. Nos petites caroles & pueriles esbatemens achevez, houstans nos faulx visaiges appareumes plus hideux & villains que les Diableteaux de la passion de Doué : tant avions les faces guastées aux lieux touchez par les dictz feueilletz. L’un y avoit la picote, l’aultre le tac, l’aultre la verolle, l’aultre la rougeolle, l’aultre gros froncles. Somme celluy de nous tous estoit le moins blessé, à qui les dens estoient tombées.

Miracle (s’escria Homenaz) miracle.

Il n’est, dist Rhizotome, encores temps de rire. Mes deux sœurs, Catharine, & Renée avoient mis dedans ce beau Sixiesme, comme en presses (car il estoit couvert de grosses aisses, & ferré à glaz) leurs guimples, manchons, & collerettes savonnées de frays, bien blanches, & empesées. Par la vertus dieu.

Attendez, dist Homenaz, du quel Dieu entendez vous ?

Il n’en est qu’un, respondit Rhizotome.

Ouy bien, dist Homenaz, es cieulx. En terre n’en avons nous un aultre.

Arry avant, dist Rhizotome, ie n’y pensois par mon ame plus. Par la vertus doncques du Dieu Pape terre, leurs guimples, collerettes, baverettes, couvrechefz, & tout aultre linge y devint plus noir qu’un sac de charbonnier.

Miracle (s’escria Homenaz) Clerice, esclaire icy : & note ces belles histoires.

Comment (demanda frère Ian) dict on doncques.

Depuys que Decretz eurent ales,
Et gensdarmes portent males,
Moines allèrent à cheval,
En ce monde abonda tout mal.

Ie vous entens, dist Homenaz. Ce sont petitz Quolibetz des Hereticques nouveaulx.