Ouvrir le menu principal

Comment par les Andouilles farouches est dressée embuscade contre Pantagruel.

Chapitre XXXVI.



Ce disant Xenomanes, frère Ian aperceut vingt & cinq ou trente ieunes Andouilles de legière taille sus le havre soy retirantes le grand pas vers leur ville, citadelle, chasteau, & rocquette de Cheminées, & dist à Pantagruel.

Il y aura icy de l’asne, ie le prevoy. Ces Andouilles venerables vous pourroient par adventure prendre pour Quaresmeprenant, quoy qu’en rien ne luy sembliez. Laissons ces repaissailles icy, & nous mettons en debvoir de leurs resister.

Ce ne seroit, dist Xenomanes, pas trop mal faict. Andouilles sont Andouilles, touisours doubles & traitresses.

Adoncques se liève Pantagruel de table pour descouvrir hors la touche de boys : puys soubdain retourne, & nous asceure avoir à guausche descouvert une embuscade d’Andouilles farfelues, & du cousté droict à demie lieue loing de là un gros bataillon d’aultres puissantes & Gigantales Andouilles le long d’une petite colline furieusement en bataille marchantes vers nous au son de vèzes & piboles, des guogues & des vessies, des ioyeulx pifres & tabours, des trompettes & clairons. Par la coniecture de soixante & dixhuict enseignes qu’il y comptoit, estimions leur nombre n’estre moindre de quarante & deux mille. L’ordre qu’elles tenoient, leur fier marcher, & faces asceurées nous faisoient croire, que ce n’estoient Friquenelles : mais vieilles Andouilles de guerre. Par les premières fillières iusques près les enseignes estoient toutes armées à hault appareil, avecques picques petites, comme nous sembloit de loing, toutesfoys bien poinctues & asserées, sus les aesles estoient flancquegées d’un grand nombre de Boudins sylvaticques, de Guodiveaux massifz, & Saulcissons à cheval, tous de belle taille, gens insulaires, Bandouilliers, & Farouches.

Pantagruel feut en grand esmoy, & non sans cause : quoy que Epistemon luy remonstrast que l’usance & coustume du pays Andouillois povoit estre ainsi charesser & en armes recepvoir leurs amis estrangiers : comme font les nobles roys de France par les bonnes villes du royaulme repceuz & saluez à leurs premières entrées après leur sacre, & nouvel advenement à la couronne.

Par adventure, disoit il, est ce la guarde ordinaire de la Royne du lieu, laquelle advertie par les ieunes Andouilles du guet que veistes sus l’arbre, comment en ce port surgeoit le beau & pompeux convoy de vos vaisseaulx, a pensé que là doibvoit estre quelque riche & puissant Prince : & vient vous visiter en persone. De ce non satisfaict Pantagruel assembla son conseil, pour sommairement leurs advis entendre sus ce que faire debvoient en cestuy estrif d’espoir incertain, & craincte evidente.

Adoncques briefvement leurs remonstra comment telles manières de recueil en armes avoit souvent porté mortel preiudice soubzs couleur de charesse & amitié. Ainsi (disoit il) l’empereur Antonin Caracalle a l’une foys occist les Alexandrins : à l’autre desfit la compaignie de Artaban roy des Perses, soubs couleur & fiction de vouloir sa fille espouser. Ce que ne resta impuny : car peu après il y perdit la vie. Ainsi les enfans de Iacob pour vanger le rapt de leur sœur Dyna, sacmentèrent les Sichimiens. En ceste hypocritique façon par Galien empereur Romain feurent les gens de guerre desfaicts dedans Constantinople. Ainsi soubs espèce d’amitié Antonius attira Artavasdes roy de Armenie : puys le feist lier & enferrer de grosses chaisnes : finablement le feist occire. Mille aultres pareilles histoires trouvons nous par les antiques monumens. Et à bon droict est iusques à præsent de prudence grandement loué Charles roy de France sixième de ce nom, lequel retournant victorieux des Flamens & Gantois en sa bonne ville de Paris, & au Bourget en France entendent que les Parisiens avecques leurs mailletz (dont feurent surnommez Maillotins) estoient hors la ville issuz en bataille iusques au nombre de vingt mille combatans, ne y voulut entrer, quoy qu’ilz remonstrassent que ainsi s’estoient mis en armes pour plus honorablement le recueillir sans aultre fiction ne mauvaise affection, que premierement ne se feussent en leurs maisons retirez & desarmez.