Ouvrir le menu principal

Comment Pantagruel passa les isles de Thohu & Bohu : & de l’estrange mort de Bringuenarilles avalleur de moulins à vent.

Chapitre XVII.



Ce mesmes iour passa Pantagruel les deux isles de Thohu & Bohu : es quelles ne trouvasmes que frire. Bringuenarilles le grand géant avoit toutes les paelles, paellons, chauldrons, coquasses, lichefretes, & marmites du pays avallé, en faulte de moulins à vent, des quelz ordinairement il se paissoit. Dont estoit advenu, que peu davant le iour sus l’heure de sa digestion il estoit en griefve maladie tombé, par certaine crudité d’estomach, causée de ce (comme disoient les Medicins) que la vertus concoctrice de son estomach apte naturellement à moulins à vent tous brandifz digerer, n’avoit peu à perfection consommer les paelles & coquasses : les chauldrons & marmites avoit assez bien digeré. Comme disoient congnoistre aux hypostases & eneorèmes de quatre bussars de urine, qu’il avoit à ce matin deux foys rendue.

Pour le secourir usèrent de divers remèdes scelon l’art. Mais le mal feut le plus fort que les remèdes. Et estoit le noble Bringuenarilles à cestuy matin trespassé, en façon tant estrange, que plus esbahir ne vous fault de la mort de Æschylus. Lequel comme luy eust fatalement esté par les vaticinateurs predict, qu’en certain iour il mourroit par ruine de quelque chose qui tomberoit sus luy : iceluy iour destiné, s’estoit de la ville, de toutes maisons, arbres, rochiers, & aultres choses esloingné, qui tomber peuvent, & nuyre par leur ruine. Et demoura on mylieu d’une grande praerie, soy commettant en la foy du ciel libre & patent, en sceureté bien asseurée, comme luy sembloit. Si non vrayement que le ciel tombast. Ce que croyoit estre impossible. Toutesfoys on dict que les Allouettes grandement redoubtent la ruine des cieulx. Car les cieulx tombans, toutes seroient prinses. Aussi la redoubtoient iadis les Celtes voisins du Rin : ce sont les nobles, vaillans, chevalereux, bellicqueux, & triumphans François : les quelz interrogez par Alexandre le grand, quelle chose plus en ce monde craignoient, esperant bien que de luy seul feroient exception, en contemplation de ses grandes prouesses, victoires, conquestes, & triumphes : respondirent rien ne craindre, si non que le ciel tombast. Non toutes foys faire refus d’entrer en ligue, confederation, & amitié avecques un si preux & magnanime Roy. Si vous croyez Strabo lib. 7. & Arrian lib. 1. Plutarche aussi on livre qu’il a faict De la face qui apparoist on corps de la Lune, allègue un nommé Phenace, lequel grandement craignoit que la Lune tombast en terre : & avoit commiseration & pitié de ceulx qui habitent soubs icelle, comme font les Æthiopiens & Taprobaniens : si une tant grande masse tomboit sus eulx. Du ciel & de la terre avoit paour semblable, s’ilz n’estoient deuement fulciz & appuyez sus les colones de Atlas, comme estoit l’opinion des anciens, scelon le tesmoingnage de Aristoteles lib. 5 Metaphys.

Æschilus ce non ostant mourut par ruine & chute d’une caquerolle de Tortue : laquelle d’entre les gryphes d’une Aigle haulte en l’air tombant sus sa teste luy fendit la cervelle.

Plus de Anacreon poëte : lequel mourut estranglé d’un pepin de raisin. Plus de Fabius preteur Romain, lequel mourut suffoqué d’un poil de chièvre, mangeant une esculée de laict. Plus de celluy honteux lequel par retenir son vent, & default de peter un meschant coup, subitement mourut en la presence de Claudius empereur Romain. Plus de celluy qui à Rome est en la voye Flaminie enterré, lequel en son epitaphe se complainct estre mort par estre mords d’une chatte on petit doigt. Plus de Q. Lecanius Bassus, qui subitement mourut d’une tant petite poincture de aiguille on poulse de la main guausche, qu’à poine le povoit on veoir. Plus de Guignemauld Normand medecin, grand avaleur de poix gris & berlandier tresinsigne : lequel subitement à Monspellier trespassa par faulte d’avoir payé ses dettes & pour avecques un trancheplume de biens s’estre tiré un Ciron de la main. Plus de Philomènes, auquel son varlet pour l’entrée de dipner ayant apresté des figues nouvelles pendent le temps qu’il alla au vin, un asne couillart esguaré estoit entré on logis, & les figues apposées mangeoit religieusement. Philomènes, survenent, & curieusement contemplant la grace de l’asne Sycophage, dist au varlet qui estoit de retour. Raison veult puys qu’à ce devot asne as les figues abandonné, que pour boire tu luy produise de ce bon vin que as apporté. Ces parolles dictes entra en si excessive guayeté d’esprit, & s’esclata de rire tant enormement, continuellement, que l’exercice de la Ratelle luy tollut toute respiration, & subitement mourut.

Plus de Spurius Sauseius, lequel mourut humant un œuf mollet à l’issue du baing. Plus de celluy lequel dict Bocace estre soubdainement mort par s’escurer les dens d’un brin de Saulge. Plus de Philippot placut lequel estant sain & dru, subitement mourut en payant une vieille debte sans aultre precedente maladie. Plus de Zeusis le painctre, lequel subitement mourut à force de rire, considerant le minoys & portraict d’une vieille par luy representée en paincture.

Plus de mil aultre qu’on vous die, feust Verrius, feust Pline, feust Valère, feust Baptiste Fulgose, feust Bacabery l’aisné. Le bon Bringuenarilles (helas) mourut estranglé mangeant un coing de beurre frays à la gueule d’un four chauld, par l’ordonnance des medicins.

Là d’abondant nous feut dict que le Roy de Cullan en Bohu avoit deffaict les Satrapes du roy Mecloth, & mis à sac les forteresses de Belima. Depuys passasmes les isles de Nargues & Zargues. Aussi les isles de Teleniabin & Geneliabin, bien belles & fructueuses en matière de Clystères. Les isles aussi de Enig & Evig : des quelles par avant estoit advenue l’estafillade au Langrauss d’Esse.