Ouvrir le menu principal

Le Parnasse contemporain/1876/À un fondateur de ville

Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveauxSlatkine ReprintsIII. 1876 (p. 186).
◄  Jouvence



A UN FONDATEUR DE VILLE


Las de poursuivre en vain l’Ophir insaisissable,
Tu fondas sur les bords de ce golfe enchanté
Où l’étendard royal par tes mains fut planté,
Une Carthage neuve au pays de la fable.

Tu voulais que ton nom ne fût point périssable
Et tu crus l’avoir bien pour toujours cimenté
Dans le mortier sanglant dont tu fis ta cité ;
Mais ton espoir, soldat, fut bâti sur le sable.

Carthagène, étouffant sous le torride azur,
Avec ses noirs couvents voit s’écrouler ton mur
Dans l’Océan fiévreux qui dévore sa grève ;

Et ton cimier bientôt, ô vieux Conquistador,
Portera, seul témoin des splendeurs de ton rêve,
Une ville d’argent qu’ombrage un palmier d’or.