Ouvrir le menu principal

Le Français, langue auxiliaire de l’Europe


Le Français, langue auxiliaire de l’Europe
Communication faite au Groupe parlementaire français de l'arbitrage, par M. Jacques Novicow, suivie du compte-rendu des manifestations organisées par le groupe en l'honneur de MM. Ch. Lange et Dandurand, de M. le Pt Roosevelt, de M. le maréchal Hermès de Fonseca, de la délégation ottomane, etc., hommage au roi Édouard VII, à Bjoernstjerne Bjoernson, à l'aviation
1911




Grâce aux perfectionnements des moyens de communication, les relations entre les peuples se sont multipliées dans une mesure immense. Des dizaines de millions d’hommes vivent constamment de nos jours hors des limites de leur patrie. Par suite des innombrables rencontres entre individus appartenant aux pays les plus divers, la nécessité d’une langue auxiliaire internationale devient de plus en plus impérieuse. Aussi la question de l’idiome international préoccupe maintenant l’opinion publique d’une façon très vive.

Quelle sera la langue auxiliaire de notre groupe de civilisation ?

La réponse s’impose pour ainsi dire d’elle-même : cela ne pourra être que l’allemand, l’anglais ou le français. Il est évident que cela ne sera ni le russe, ni l’italien, ni l’espagnol et, à plus forte raison, ni le polonais, ni le portugais.

Mais entre les trois seuls rivaux sérieux : l’allemand, l’anglais et le français, lequel l’emportera ?

On peut facilement démontrer que cela ne sera pas l’allemand ; cette langue est très imparfaite, elle est encore synthétique ; elle a une grammaire complexe encombrée de déclinaisons ; de plus, elle a un autre défaut : elle détache la préposition et la place parfois très loin de son verbe, après deux ou trois propositions incidentes ; cette pratique incommode, à laquelle les étrangers ont peine à s’habituer, rend souvent la phrase fort obscure. L’allemand est donc une langue beaucoup plus imparfaite que l’anglais et le français ; mais cette imperfection ne serait pas un obstacle, car une langue se répand surtout par la haute culture de la nation qui la parle. Or à ce point de vue ; l’Allemagne est dans une situation moins brillante que celle de l’Angleterre et de la France. L’Allemagne n’a jamais eu une culture très originale ; pour les arts et les lettres, elle a presque constamment imité ses voisines. Actuellement l’infériorité de la production littéraire et artistique de l’Allemagne est manifeste, mais encore plus son infériorité philosophique. L’Allemagne a été précipitée par Bismarck dans un courant médiéval, elle s’embourbe dans les idées anciennes ; elle n’est plus le porte-drapeau des idées nouvelles ; sa politique n’ouvre plus les voies du progrès ; elle les ferme. Par suite de ce qu’elle se traîne péniblement à l’arrière-garde des mouvements bienfaisants de notre époque, l’Allemagne a perdu son prestige moral ; ne comprenant pas que le facteur le plus puissant de l’expansion nationale est le don de séduction, les Allemands mettent une persévérance vraiment digne d’un meilleur sort a inspirer peu de sympathies à leurs voisins ; à cause de tout cela le rayonnement extérieur de la culture allemande est maintenant très faible. Assurément l’Allemagne peut ouvrir les yeux, voir ses erreurs, se ressaisir et changer de direction ; mais elle ne semble pas trop prendre cette voie à l’heure présente et, quand elle se réveillera de son hypnotisation bismarckienne, il sera peut-être trop lard ; ses rivales auront pris une avance qu’il lui sera peut-être impossible de rattraper. L’allemand ayant donc peu de chance de devenir l’idiome auxiliaire de l’Europe, la lutte finale reste circonscrite entre l’anglais et le français.

Les Anglo-Saxons sont 140 millions ; ils ont eu jusqu’ici une natalité considérable et, de plus, aux Etats-Unis, ils assimilent tous les ans près d’un million d’immigrants venus de tous les pays du monde. Avec cela, comme la civilisation de l’Angleterre est très brillante et comme l’anglais est une langue très parfaite et très facile, beaucoup de personnes pensent que la victoire définitive restera à l’anglais.

Cependant, quand on regarde les choses de plus près, on s’aperçoit qu’il n’en est pas ainsi et que, par suite des conjonctures historiques, le français a plus de chances. Il y a actuellement 175 millions de latins en Europe, et en Amérique ; ils se servent du français et non de l’anglais comme langue auxiliaire ; il en est de même des Slaves qui sont 140 millions. Les partisans du français sont donc d’ores et déjà 315 millions contre 140 millions d’Anglo-Saxons. Mais il y a mieux, les Allemands eux-mêmes ont plus de tendances à adopter le français que l’anglais comme langue auxiliaire ; alors, avec les Allemands, les partisans du français deviennent 406 millions ; cela donne au français une majorité énorme qui lui assurera la victoire définitive.

La culture anglaise est très brillante assurément, mais sa puissance de rayonnement est moins grande que celle de la culture française. La France a plus d’avantages naturels ; sa situation géographique est plus centrale ; son territoire plus beau ; il contient quelques unes des régions les plus merveilleuses de notre globe : la Côte d’Azur, les Alpes, les Pyrénées ; de plus, la France possède Paris qui est la plus belle ville du monde et le centre des plaisirs les plus raffinés. L’Angleterre n’a aucun de ces privilèges. Ajoutez à cela que la production littéraire, artistique et scientifique de la France est plus complète que celle de l’Angleterre. Assurément dans les sciences, le roman et la poésie, les Anglais créent des œuvres de la plus haute valeur ; mais, par contre, ils sont inférieurs dans la production artistique et dramatique ; pour montrer combien le rayonnement de la culture anglaise est moindre que celui de la culture française, je veux prendre un seul exemple : la dernière pièce de M. Rostand, Chantecler, (pièce très médiocre d’ailleurs), a eu un retentissement universel que n’a jamais eu aucune pièce anglaise. Un autre fait montre que le centre de rayonnement de la culture moderne est Paris et non Londres : c’est la toilette féminine, c’est la mode de Paris et non celle de Londres qui dicte la loi.

Les Anglo-Saxons qui viennent actuellement en France pour leurs plaisirs ou leurs affaires sont déjà beaucoup plus nombreux que les Français qui vont en Angleterre ou aux Etats-Unis ; par suite le nombre des Anglais, amenés à apprendre le français, dépasse le nombre des Français amenés à apprendre l’anglais. Déjà la balance linguistique penche donc en faveur du français, mais ce n’est qu’un commencement ; plus les Latins et les Slaves seront nombreux, plus ils pratiqueront le français, plus les anglais seront portés à apprendre cette langue pour s’en servir dans leurs relations internationales. Or les latins qui sont 175 millions à l’heure actuelle seront sans doute plus de 300 millions vers la fin du XXe siècle, lorsque l’Amérique du Sud se sera peuplée.

Ce qui prouve d’ailleurs d’une façon très démonstrative que c’est le français qui a le plus de chance de devenir la langue auxiliaire de l’Europe, c’est que le français joue déjà ce rôle depuis près de deux siècles et qu’il a joué un moment même plus que ce rôle. Vers 1770, le français a été non seulement la langue auxiliaire de l’Europe, mais, dans une certaine mesure, presque la langue nationale de l’Europe ; vers 1770, l’aristocratie politique et intellectuelle de notre continent ne parlait presque que le français et ne lisait en grande partie que des livres français. Ce fait est si connu qu’il est à peine nécessaire d’en parler ; on a dit qu’une réaction s’est opérée depuis et que le français ne possède plus la situation prédominante qu’il occupait sous Louis XV ; c’est incontestable, mais il faut comprendre la véritable nature de ce fait. Le français a cessé de jouer le rôle de langue partiellement nationale ; et cela est arrivé non pas parce que le français a faibli, mais parce que les autres idiomes nationaux se sont fortifiés. Vers 1770 le russe, par exemple, était une langue inculte ne possédant presque pas de littérature ; maintenant le russe est devenu capable d’exprimer les nuances les plus fines de la pensée humaine ; la littérature russe est également assez riche, et en belles lettres et en ouvrages scientifiques. Les Russes n’ont donc plus besoin, dans une aussi grande mesure qu’en 1770, de connaître une langue étrangère pour acquérir une haute culture intellectuelle ; à ce point de vue, on peut dire que le français a reculé chez eux. Le professeur Diels, recteur de l’université de Berlin, dit que le canon d’Iéna détrôna le français en Prusse ; le dernier mémoire de l’Académie de Berlin, rédigé en français, parut en 1807. On voit que le français est précisément détrôné ici de son rôle de langue partiellement nationale [1]. En effet, il était parfaitement anormal que les mémoires d’une académie prussienne, fussent rédigés en français et non en allemand. Mais le recul du français, comme langue partiellement nationale, ne signifie nullement son recul comme idiome auxiliaire international ; ce dernier recul n’aurait lieu que si une autre langue commençait a évincer le français de ce rôle ; or nous n’observons rien de pareil. Dans les salons de St-Pétersbourg et de Moscou, on parle actuellement le russe plus qu’on ne le parlait en 1770 ; mais lorsque on parle une langue étrangère, c’est toujours plus le français que l’anglais ou l’allemand. Si le français avait été universellement parlé dans la haute société européenne, en 1770 et qu’il eut été universellement remplacé, en 1910, par l’anglais ou l’allemand, on aurait été en droit de dire que la défaite du français est un fait accompli ; mais il n’en est pas ainsi ; le français est enseigné maintenant dans presque toutes les écoles moyennes de l’Europe et la proportion des personnes qui le connaissent, par rapport à l’ensemble des populations, est certainement plus forte qu’en 1770 Ainsi donc, dans son rôle de langue auxiliaire, le français avance et ne recule pas.

Assurément ce n’est pas le cas partout... Sur les échelles de l’Extrême-Orient l’anglais avance plus vite que le français ; c’est incontestable, mais cela ne signifie pas grand chose. Tout le monde comprend que la question de la langue auxiliaire sera tranchée en Europe ; si notre continent et l’Amérique adoptent le français, l’Asie sera obligée de suivre le mouvement. L’anglais pourra garder la supériorité dans quelques régions et pour quelques métiers spéciaux, comme le commerce, par exemple, mais ces triomphes partiels ne pourront pas enlever au français sa situation prédominante.

On prétend encore qu’un autre obstacle insurmontable empêchera le français de devenir langue auxiliaire universelle : les amours-propres nationaux. C’est une très profonde erreur ; il est très facile de démontrer que les amours-propres nationaux travailleront en faveur du français et non contre lui.

Il faut bien comprendre que les « nations » sont, dans une certaine mesure, des abstractions ; les individus seuls sont des réalités positives et concrètes ; les « nations » n’existent pas en dehors des individus.- Si chaque Anglais éprouve une satisfaction d’amour-propre à parler le français la perfection, la « nation » anglaise éprouve cette même satisfaction, car la « nation » anglaise n’est autre chose que la totalisation des individus anglais en chair et en os. Or chacun peut observer que la connaissance parfaite du français, loin de causer la moindre souffrance d’amour-propre à n’importe quel individu, procure, au contraire, des satisfactions d’amour-propre extrêmement vives ; de nos jours c’est presque une position sociale que de bien parler le français ; cela vous donne accès dans la meilleure société ; cela vous classe dans une certaine mesure. Ni la connaissance parfaite de l’allemand, ni celle de l’anglais ne donnent des avantages analogues. Le français est la langue de la bonne compagnie, la langue élégante et aristocratique par excellence. Chaque individu désirant monter aux échelons supérieurs de la hiérarchie sociale est heureux et fier de manier le français avec art ; le prince de Bismarck le possédait admirablement ; l’empereur Guillaume II et le prince de Bulow sont dans le même cas ; ils n’en éprouvent aucune mortification d’amour-propre, au contraire, et ce qui est vrai de si grands personnages, l’est à plus forte raison de tous les Allemands ; il serait difficile d’en trouver qui viendraient dire : « Je puis parler français comme M. Clemenceau, mais, par amour-propre national, je m’abstiens de le faire ».

Ce qui est vrai des Allemands l’est également des Anglais. Je visitais, il y a quelques années l’Université de Cambridge ; on me conseilla, si je voulais faire preuve de courtoisie, d’adresser d’abord la parole en français aux professeurs anglais auxquels je serais présenté ; les Anglais qui possèdent le français à fond, en tirent grandes satisfactions d’amour-propre, même parmi leurs propres compatriotes.

On voit donc que les amours-propres nationaux travaillent pour le français et non contre lui ; et ils travailleront pour lui avec une force d’autant plus grande qu’il deviendra plus universel.

Assurément si le français était imposé par quelque autorité politique, le sentiment national se réveillerait, indomptable, contre sa domination ; mais il n’y aura rien de pareil, les langues auxiliaires et supra-nationales se forment partout et toujours spontanément et naturellement ; l’idiome qui réunit le plus d’avantages s’étend de lui-même dans un canton, dans une province, dans un pays et enfin entre différents pays. Le même mouvement s’accomplit sur une échelle de plus en plus vaste en vertu de la loi de la répétition amplifiante ; un canton parle l’idiome de son village central ; une province l’idiome de son chef-lieu. L’Italie a parlé l’idiome de Florence ; en vertu des mêmes lois, l’Europe se sert du français comme langue auxiliaire. Le français possédant plus d’avantages géographiques (position centrale de la France), économiques (la France est un grand centre financier, agricole et industriel), intellectuels (production littéraire et scientifique énorme et constante), esthétiques (haut développement des beaux-arts), éthiques (don très considérable d’inspirer la sympathie) et enfin linguistiques (facilité et clarté), le français dis-je, l’emportera sur l’anglais et l’allemand, en vertu de la force des choses. Il ne faudra pour cela aucune loi, aucun décret, aucune pression. Tous les jours le français devient de plus en plus langue auxiliaire de notre continent, en vertu d’un vaste ensemble de mouvements sociaux ; s’il était possible d’avoir des statistiques, cela pourrait se démontrer par des chiffres. On saurait, par exemple que, vers 1850, sur 300 millions d’Européens, 3 millions savaient le français et qu’en 1910, sur 550 millions d’Européens [2], 11 millions avaient la connaissance de cette langue. Dans la première période la proportion aurait été d’un pour cent ; dans la seconde de deux pour cent.

Cette statistique n’a jamais été faite et elle serait assez difficile à faire ; aussi les progrès du français ne peuvent pas être observés d’une façon directe et ne peuvent, pas être démontrés par des chiffres.

Mais une chose est certaine : dans tout groupement de populations une langue générale se forme en vertu des lois naturelles. Elle est la conséquence des communications qui s’établissent entre les hommes. Nous voyons qu’à l’heure actuelle, en Europe, le français est plus répandu que ses deux seuls rivaux sérieux, l’allemand et l’anglais. En se basant donc sur les phénomènes qui s’accomplissent sous nos yeux, nous pouvons affirmer que le français est l’idiome qui a le plus de probabilité de devenir la langue auxiliaire reconnue du groupe de civilisation européenne.



NotesModifier

  1. Voici l’un des nombreux revers de la médaille de nos victoires. On ne parle que de la gloire, mais on ne dit rien des sacrifices qu’elles ont coûtés et des lendemains qui les ont suivies, sans compter Waterloo et Sedan et le fardeau de la paix armée.
  2. Je comprends dans ce chiffre les Américains qui appartient au groupe européen de civilisation.