Ouvrir le menu principal

Le Banquet des Muses/A une laide, amoureuse de l’autheur

Mertens et fils (p. 61).


A UNE LAIDE,

AMOUREUSE DE L’AUTHEUR


Un œil de chahuan, des cheveux serpentins,
Une trongne rustique à prendre des coppies,
Un nez qui au mois d’aoust distille les roupies,
Un ris sardonien à charmer les lutins.

Une bouche en triangle, où comme à ces mastins
Hors œuvre on voit pousser de longues dents pourries,
Une lévre chancreuse à baiser les Furies,
Un front plastré de fard, un boisseau de tetins.

Sont tes rares beautez execrable Thessale,
Et tu veux que je t’ayme, et la flame loyalle,
De ma belle maistresse en ton sein estouffer !

Non, non dans le bordeau vas joüer de ton reste,
Tes venimeux baisers me donneroient la peste,
Et croirois embrasser une rage d’enfer.