La Vision d’Ajax

La Vision d’Ajax
Revue des Deux Mondes5e période, tome 30 (p. 683).


LA VISION D’AJAX


C’est Elle ! Je la vois, dans la nuit étoilée,
Ombre céruléenne et géante. Au ciel clair
Sa main droite brandit la lance où luit l’éclair,
Et l’autre tient captive une Victoire ailée.

Pallas !… D’une nuée éclatante voilée
Dont la splendeur bleuit l’ivoire de sa chair,
Et de ses pieds foulant l’impondérable éther
Elle me dit : — Prends garde à toi, fils d’Oïlée !

Elle approche. Elle vient. Je ne recule pas.
Mais je sens que grandit à chacun de ses pas
La divine terreur de la Force et de l’Ordre.

En ses yeux glauques brille un sinistre dessein,
Et chaque battement de son cœur fait se tordre
Les vipères d’azur qui rampent sur son sein.

18 Juin 1905.