L’Encyclopédie/1re édition/SÉLÉNITE

SÉLÉNITE, s. m. (Hist. nat. Chimie & Minéralog.) selénites, sal seleniticum. Par sélénite ou sel séléniteux l’on désigne des substances fort différentes. Les minéralogistes allemands appliquent ce nom à une espece de gypse ou de pierre à plâtre, composée de lames ou de feuillets transparens, telle que celle qui est connue sous le nom de pierre spéculaire ou de miroir des ânes, dont il se trouve une grande quantité à Montmartre. Quelques auteurs donnent le nom de sélénite au spath rhomboïdal, & composé de lames. D’autres ont donné ce même nom au crystal d’Islande, qui est rhomboïdal. Enfin, il y a des naturalistes qui se sont servi du mot sélénite pour désigner le talc.

Les chimistes & les naturalistes françois par selenito entendent communément un sel neutre formé par la combinaison de l’acide vitriolique & d’une terre calcaire, telle que la craie, la marne, &c. En effet, si l’on verse de l’huile de vitriol sur de la craie en poudre, il se fait une effervescence considérable, la dissolution devient trouble, & il se précipite une poudre blanche ; cette poudre examinée avec attention, ne montre qu’un amas de petits crystaux, qui ont la forme de petits feuillets ou d’écailles de poisson. Suivant M. Rouelle, la raison pourquoi ce sel se précipite aussi-tôt qu’il est formé, c’est qu’il est presque insoluble dans l’eau ; en effet, le savant chimiste a trouvé qu’il exigeoit 360 parties d’eau pour le mettre en dissolution. La meilleure maniere d’obtenir ce sel seleniteux, c’est de verser de l’acide vitriolique dans de l’eau de chaux ; mais il faut pour cela attraper le point de la saturation, ce que l’on reconnoîtra en trempant un papier bleu dans la dissolution ; quand ce papier ne rougira plus, ce sera une preuve que l’on aura réussi.

La nature en se servant des mêmes matieres produit un séleniteux ou une selenite tout-à-fait semblable ; on la trouve dans la terre qui tombe au fond de certaines eaux. Beaucoup de pierres & surtout celles qui sont brillantes en sont chargées. Cela n’est point surprenant, puisque l’acide vitriolique est répandu dans notre atmosphere & dans le sein de la terre, qui contient d’ailleurs un grand nombre de substances calcaires auxquelles cet acide peut s’unir. On pourroit conjecturer que c’est à une combinaison semblable, aidée de quelques circonstances qui nous sont encore inconnues, que le gypse ou la pierre à plâtre doit son origine.