L’Encyclopédie/1re édition/FRIBOURG

◄  FRIAS

FRIBOURG, (Géog.) il faudroit écrire Freybourg, comme font les Allemands ; c’est capitale du Brisgaw en Soüabe, fondée en 1120 ; son université a été érigée l’an 1450 ; elle a souffert bien des siéges, & a été prise plusieurs fois par les François, en 1667, en 1713, & en 1744.

Elle est située au pié d’une montagne, sur le Trisein, à 4 lieues S. E. de Brisach, 9 N. E. de Bâle, 12 S. E. de Strasbourg. Longit. 25. 32. latit. 48. 4.

Cette ville est la patrie du moine Schwartz, qui passe en Allemagne pour l’inventeur de la poudre à canon, & de Freigius (Jean Thomas), qui s’acquit beaucoup de réputation dans le seizieme siecle, par ses travaux littéraires ; il mourut à Bâle de la peste, l’an 1583, la même année que furent publiées ses oraisons de Cicéron, perpetuis notis logicis, ethicis, politicis, historicis, antiquitatis illustratæ, en trois volumes in-8°. (D. J.)

Fribourg, Friburgum, (Géog.) ville de Suisse forte par sa situation, capitale du canton de même nom, fondée par Berchtold IV. duc de Zeringhen en 1176 ; elle fut reçûe au nombre des cantons en 1481. On sait que son canton est un des treize qui composent la confédération des Suisses, & dont le gouvernement est proprement aristocratique. Voyez l’histoire des Suisses ; Longuerue ; & Heiss. hist. de l’Empire, liv. VI. La ville de Fribourg est sur le penchant d’une montagne raboteuse, arrosée de la Sane, à 7 lieues S. O. de Berne, 12 N. E. de Lausanne, 14 S. O. de Soleure, 30 S. O. de Zurich. Longit. 25. latit. 46. 50. (D. J.)