L’Arc d’Ulysse/Rondel « Je muse souvent à l’entrée »

RONDEL

Je muse souvent à l’entrée
De l’appartement féminin.
Quand Madame fait sa nonnain,
Une chambrière m’agrée.

Je joue en sa robe échancrée ;
Mais j’ai si grand peur du venin !
Je muse souvent à l’entrée
De l’appartement féminin.

Je ne me rue à la curée
Des cœurs fiers et des beaux hennins.
Petit chasseur, petit connin.
Des palais que le rêve crée
Je muse souvent à l’entrée.


4 juillet 1915.