Ouvrir le menu principal

◄  XLIX.
LI.  ►

L.

DE SYLVIA À OCTAVE.

Vous êtes un fou, et vous avez failli nous faire bien du mal. Ne vous voyant plus reparaître, j’avais espéré que vous étiez parti, tandis que vous vous amusiez à jouer avec le repos et l’honneur d’une famille. Êtes-vous si étranger aux choses de ce monde ? Vous qui me reprochez sans cesse de mépriser trop le côté réel de la vie, ne savez-vous pas que la plus pure des relations entre un homme et une femme peut être mal interprétée, même par les personnes les plus douces et les plus honnêtes ? Vous qui m’avez blâmée avec tant d’amertume quand j’exposais ma réputation aux doutes des indifférents par une conduite trop indépendante, comment êtes-vous assez irréfléchi ou assez égoïste pour exposer aujourd’hui Fernande aux soupçons de son mari ? Heureusement il n’en a point été ainsi, et Jacques ne s’est aperçu de rien ; mais j’ai découvert les enfantillages de votre conduite. Tout autre que moi aurait jugé sur les apparences ; heureusement je vous sais honnête homme, et je connais la sainteté du cœur de Fernande. Mais que doivent penser les domestiques et les paysans que vous mettez dans la confidence de vos rendez-vous puérils ? L’homme chez qui vous demeurez et la femme de chambre qui accompagne Fernande aux Quatre-Sentiers, croyez-vous qu’ils jugent vos entretiens innocents et qu’ils gardent bien scrupuleusement le secret ? Tous ces mystères sont d’ailleurs inutiles : que ne m’écriviez-vous directement ? ou, si vous pensiez avoir besoin d’un avocat, que ne vous adressiez-vous à Jacques, qui a pour vous de l’amitié, et qui a sur mon esprit bien plus d’influence que Fernande ? Je ne conçois pas cette niaiserie de n’oser pas vous présenter vous-même ; il faut promptement terminer et réparer vos imprudences. Habillez-vous comme tout le monde demain, et venez dîner avec nous. Jacques vous invitera à passer quelque temps au château ; vous devez accepter. Mais, écoutez, Octave.

Je n’ai point d’amour pour vous ; j’ai cru en avoir autrefois, peut-être même en ai-je eu. Depuis longtemps je ne sens plus que de l’amitié dans mon cœur ; n’en soyez pas blessé, et croyez que ce que je vous ai dit est très-réel et très-sincère. Je n’ai d’amour pour aucun autre et je ne crois pas en avoir jamais. Cessez d’attribuer à un caprice ou à une tristesse passagère la résolution que j’ai prise de ne plus être votre maîtresse. Les embrassements de l’amour ne sont beaux qu’entre deux êtres qui le ressentent ; c’est profaner l’amitié que de les lui imposer. Quels plaisirs purs pourriez-vous goûter dans mes bras désormais, sachant que je ne vous y reçois que par dévouement ? Cessez donc d’y songer, et soyons frères. Je ne vous retire qu’un plaisir devenu stérile ; ce n’est pas moi, c’est vous qui avez détruit ce que vous m’inspiriez d’enthousiasme et de passion. Mais ne revenons pas sur d’inutiles reproches ; ce n’est pas votre faute si je me suis trompée. Je puis vous dire que l’amitié et l’estime ont survécu dans mon âme à l’amour, et que rarement une femme peut rendre ce témoignage à l’homme qu’elle connaît aussi intimement que je vous connais. Si vous dédaignez mon amitié et si vous la refusez, il est inutile de rester longtemps ici ; quelques jours suffiront pour réparer vos étourderies ; si vous l’acceptez, au contraire, nous serons tous heureux de vous garder parmi nous le plus que nous pourrons, et la tendresse de mon affection fraternelle s’efforcera de vous faire oublier la dureté de ma franchise.