Ouvrir le menu principal

◄  XXXIII.
XXXV.  ►

XXXIV.

DE SYLVIA À OCTAVE.

Des circonstances étrangères à vous et à moi, et sur lesquelles il m’est impossible de vous donner le moindre renseignement, me forcent à partir, je ne saurais vous dire pour combien de temps. Je tâcherais de m’expliquer davantage et d’adoucir par des promesses ce que cette nouvelle peut avoir pour vous de désagréable, si je croyais que votre amour pût supporter cette épreuve ; mais, si légère qu’elle soit, elle sera encore au-dessus de vos forces, et je ne prendrai point une peine inutile, dont vous ririez vous-même au bout de quelques jours. Vous êtes donc absolument libre de chercher les distractions qui vous conviendront, je ne puis rien pour votre bonheur, et vous encore moins pour le mien. Nous nous aimons réellement, mais sans passion. Je me suis imaginé quelquefois, et vous bien souvent, que cet amour était beaucoup plus fort qu’il ne l’est en effet ; mais, à voir les choses comme elles sont, je suis votre ami, votre frère, bien plus que votre compagne et votre maîtresse ; tous nos goûts, toutes nos opinions diffèrent ; il n’est point de caractères plus opposés que les nôtres. La solitude, le besoin d’aimer, et des circonstances romanesques, nous ont attachés l’un à l’autre ; nous nous sommes aimés loyalement, sinon noblement. Votre amour inquiet et soupçonneux me faisait continuellement rougir, et ma fierté vous a souvent blessé et humilié. Pardonnez-moi les chagrins que je vous ai causés, comme je vous pardonne ceux qui me sont venus de vous ; après tout, nous n’avons rien à nous reprocher mutuellement. On ne refait pas son âme tout entière, et il eût fallu que ce miracle s’opérât en vous ou en moi, pour faire de notre amour un lien assorti et durable. Nous ne nous sommes jamais trompés, jamais trahis ; que ce souvenir nous console des maux que nous avons soufferts, et qu’il efface celui de nos querelles. J’emporte de vous l’idée d’un caractère faible, mais honnête, d’une âme non sublime, mais pure ; vous avez bien assez de qualités pour faire le bonheur d’une femme moins exigeante et moins rêveuse que moi. Je ne conserve aucune amertume contre vous. Si mon amitié a pour vous quelque prix, soyez assuré qu’elle ne vous manquera jamais ; mais ce que j’ai encore d’amour pour vous dans le cœur ne peut servir qu’à nous faire souffrir l’un et l’autre. Je travaillerai à l’étouffer ; et, quoi qu’il en arrive, vous pouvez disposer de vous-même comme vous l’entendrez ; jamais vestige de cet amour n’entravera les voies de votre avenir.