Imitation de Jésus-Christ/Livre 4/Chapitre 10

Qu’il ne faut pas aisément quitter la sainte communion.


Tu dois avoir souvent recours
à la source de grâce et de miséricorde,
cette fontaine pure où se forme le cours
d’un torrent de bonté qui sur toi se déborde.
Ainsi tu sauras t’affranchir
de tout ce qui te fait gauchir
vers les passions et les vices ;
ainsi plus vigoureux, ainsi plus vigilant,
des attaques du diable et de ses artifices
tu braveras la ruse et l’effort insolent.

Ce fier ennemi des mortels
de la communion sait quel bonheur procède,
et combien on reçoit au pied de mes autels,
en ce festin sacré, de fruit et de remède.
Il ne perd point d’occasions
de semer ses illusions
pour en détourner les fidèles :

il en fait son grand œuvre, et met tout son pouvoir
à ne laisser en l’âme aucunes étincelles
qui puissent rallumer l’ardeur de ce devoir.

Plus il te voit t’y préparer
avec une ferveur d’un saint espoir guidée,
plus les fantômes noirs qu’il te vient figurer
font un épais nuage et brouillent ton idée.
Tu lis dans Job en plus d’un lieu
que parmi les enfants de Dieu
cet esprit ténébreux se coule ;
c’est contre eux qu’il s’efforce, et sa malignité
prend mille objets impurs que devant eux il roule,
pour les remplir de crainte ou de perplexité.

Il tâche par mille embarras
de vaincre ou d’affoiblir le zèle qui t’enflamme,
et de se rendre maître à force de combats
de cette aveugle foi qui t’illumine l’âme.
Il ne néglige aucun secret
pour t’éloigner de ce banquet,
ou t’en faire approcher plus tiède ;
mais il est en ta main de le rendre impuissant :
son plus heureux effort n’abat que qui lui cède,
et ne peut t’ébranler, si ton cœur n’y consent.


Quelques horribles saletés
dont contre toi sa rage excite la tempête,
tu n’as qu’à te moquer de leurs impuretés,
et tu renverseras leurs foudres sur sa tête :
tu n’as qu’à traiter de mépris
ce roi des malheureux esprits,
pour le dépouiller de sa force.
Ris donc de son insulte, et quelque émotion
dont il ose à tes yeux jeter l’indigne amorce,
ne te relâche point de la communion.

Souvent, à force d’y penser,
le soin d’être dévot trop longtemps inquiète ;
souvent l’anxiété de se bien confesser
enveloppe l’esprit d’une langueur secrète.
Fais choix alors de confidents
qui soient éclairés et prudents,
et bannis tout le vain scrupule :
il empêche ma grâce, et la précaution
que lui fait apporter son effroi ridicule
éteint le plus beau feu de la dévotion.

Faut-il pour un trouble léger,
pour un amusement qu’un vain objet excite,
pour une pesanteur qui te vient assiéger,

que ta communion se diffère ou se quitte ?
Porte tout à ce tribunal,
où, par un bonheur sans égal,
qui s’accuse aussitôt s’épure :
pardonne à qui t’offense, et cours aux pieds d’autrui
lui demander pardon, si tu lui fis injure ;
tu l’obtiendras de moi, si tu le veux de lui.

Que peut avoir d’utilité
de la confession cette folle remise ?
De quoi te peut servir cette facilité
à reculer un bien que t’offre mon église ?
Vomis tout ce maudit poison,
et pour en purger ta raison
cours en hâte à ce grand remède :
tu t’en trouveras mieux, et tu dois redouter
qu’à l’obstacle présent quelque autre ne succède,
plus fâcheux à souffrir et plus fort à dompter.

Remettre ainsi de jour en jour
pour te mieux préparer à ce bonheur insigne,
c’est te priver longtemps de ce gage d’amour,

et peut-être à la fin t’en rendre plus indigne.
Romps le plus tôt que tu pourras
les chaînes de ces embarras
dont ta propre lenteur t’accable :
nourrir l’inquiétude apporte peu de fruit,
et l’on s’avance mal quand on refuit ma table
pour des empêchements que chaque jour produit.

Sais-tu que l’assoupissement
où te laisse plonger ta langueur insensible
t’achemine à grands pas à l’endurcissement,
et qu’à force de temps il devient invincible ?
Qu’il est de lâches, qu’il en est,
dont la tépidité s’y plaît
jusqu’à le rendre volontaire,
et dont la nonchalance aime à prendre aux cheveux
la moindre occasion d’éloigner un mystère
qui les obligeroit d’avoir mieux l’œil sur eux !

Oh ! que foible est leur charité !
Que leur dévotion est traînante et débile !
Et que ce zèle est faux dont l’imbécillité
à quitter un tel bien se trouve si facile !

Heureux l’homme qui tous les jours
pour recevoir un tel secours
épure assez sa conscience,
et n’en passeroit point sans un si grand appui,
si de ses directeurs il en avoit licence,
ou qu’il ne craignît point qu’on parlât trop de lui !

Quand par un humble sentiment
le respect en conseille une sainte abstinence,
ou qu’on y voit d’ailleurs un juste empêchement,
un homme est à louer de cette révérence ;
mais lorsque parmi ce conseil
il se glisse un morne sommeil,
on se doit exciter soi-même,
faire tout ce que peut l’humaine infirmité :
mon secours est tout prêt, et ma bonté suprême
considère surtout la bonne volonté.

Alors que ta dévotion

a pour s’en abstenir des causes légitimes,
ton desir vertueux, ta bonne intention,
te peuvent en donner les fruits les plus sublimes.
Quiconque a Dieu devant les yeux
peut en tout temps, peut en tous lieux
goûter en esprit ce mystère :
il n’est obstacle aucun qui l’en puisse empêcher,
et c’est toujours pour l’âme un repas salutaire
quand, au défaut du corps, elle en sait approcher ;

Non que cette communion,
qu’il peut faire en tout temps, toute spirituelle,
doive monter si haut en son opinion
que son esprit content néglige l’actuelle :
il faut que souvent sa ferveur
de la bouche comme du cœur
reçoive ce vrai pain des anges,
qu’il ait des temps réglés pour un si digne effet,
et s’y donne pour but ma gloire et mes louanges,
plus que ce qui le flatte et qui le satisfait.

Attendant ces jours bienheureux,
contemple dans la crèche un Dieu qui s’est fait homme ;

repasse en ton esprit mon trépas douloureux ;
vois l’œuvre du salut qu’en la croix je consomme :
autant de fois qu’un saint transport
dans ma naissance ou dans ma mort
prendra de quoi croître ta flamme,
ton zèle autant de fois saura mystiquement
d’une invisible main communier ton âme,
et recevra le fruit de ce grand sacrement.

Qui ne daigne s’y préparer
qu’alors qu’il est pressé par quelque grande fête,
et que le jour pour lui semble le desirer,
y portera souvent une âme fort mal prête.
Heureux qui du plus digne apprêt,
sans attache au propre intérêt,
fait son ordinaire exercice,
et s’offre en holocauste à son Père immortel,
quand pour le sacrement ou pour le sacrifice
il se met à ma table, ou monte à mon autel !

Observe pour dernier avis
de n’être ni trop long, ni trop court en ta messe :
contente ainsi que toi ceux avec qui tu vis,
et garde un train commun en qui rien ne les blesse.
Un prêtre n’est bon que pour lui,
s’il gêne le zèle d’autrui,

faute de suivre la coutume ;
et tu dois regarder ce qui profite à tous
plus que toute l’ardeur qui dans ton cœur s’allume,
et que tous ces élans qui te semblent si doux.