Imitation de Jésus-Christ/Livre 3/Chapitre 37

De la pure et entière résignation de soi-même, pour obtenir la liberté du cœur.


" Quitte-toi, mon enfant, et tu me trouveras ;
prépare-toi sans choix à quoi que je t’envoie,
sans aucun propre amour, sans aucun embarras
de ce qui peut causer ta douleur ou ta joie :
tu gagneras beaucoup en quittant tout ainsi,
ma grâce remplira la place du souci,

plus forte et mieux accompagnée ;
et je te la ferai sentir,
sitôt qu’entre mes mains ton âme résignée
ne voudra plus se revêtir. "

Pour arriver où ta bonté m’invite,
pour tant de biens qu’elle m’offre à gagner,
combien de fois me dois-je résigner ?
En quoi faut-il, Seigneur, que je me quitte ?

" En tout, mon fils, en tout, et partout, et toujours,
aux points les plus petits, aux choses les plus grandes ;
je n’en excepte rien : si tu veux mon secours,
tout dépouillé de tout il faut que tu l’attendes.
Tu ne peux autrement te donner tout à moi,
et je ne puis non plus me donner tout à toi,
si tu réserves quelque chose :
je veux l’âme, je veux le corps,
sans que jamais en toi ta volonté dispose
ni du dedans ni du dehors.

" D’autant plus promptement que par ce grand effort
tu brises de ta chair le honteux esclavage,
d’autant plus tôt en toi le vieil Adam est mort,
et le nouveau succède avec plus d’avantage.
Résigne-toi surtout avec sincérité,

si tu veux obliger ma libéralité
à t’en payer avec usure :
elle aime à prodiguer mes biens,
mais l’effort qu’elle y fait souvent prend sa mesure
sur la plénitude des tiens.

" J’en vois se résigner avec retranchement,
de la moitié du cœur se remettre en ma garde,
et ne s’assurer pas en moi si fortement
qu’ils ne veuillent pourvoir à ce qui les regarde.
Quelques autres d’abord m’offrent bien tous leurs vœux,
mais la tentation marche à peine vers eux
qu’ils font retraite vers eux-mêmes ;
et leur courage rabattu,
cherchant d’autres appuis que mes bontés suprêmes,
n’avance point en la vertu.

" Ni ceux-ci ni ceux-là n’arriveront jamais
à la liberté vraie, inébranlable, entière,
à cette pure joie, à cette ferme paix
qu’entretient dans les cœurs ma grâce familière.
C’est peu que d’élever jusque-là son desir,
à moins que de soumettre à tout mon bon plaisir
son âme pleinement captive ;
et sans s’immoler chaque jour,
on ne conserve point l’union fruitive
que donne le parfait amour.

" Je te l’ai déjà dit, je te le dis encor,

quitte, résigne-toi, déprends-toi de toi-même,
et tu posséderas ce précieux trésor,
ce calme intérieur, qui fuit tout ce qui s’aime.
Donne-moi tout pour tout, ne forme aucun desir,
ne redemande rien, n’envoie aucun soupir
vers ce tout que pour moi tu quittes :
tiens enfin ton cœur tout en moi ;
et moi, qui paye enfin par delà les mérites,
je me donnerai tout à toi.

" Ainsi tu seras libre, et l’ange ténébreux
ne te pourra jamais réduire en servitude ;
mais n’épargne ni soins, ni prières, ni vœux,
pour ce digne avant-goût de la béatitude.
Ce plein dépouillement des soucis superflus,
te laissant nu dans l’âme, ainsi que je le fus,
te rendra digne de me suivre ;
et par un bienheureux transport
tu sauras en moi-même éternellement vivre,
sitôt qu’en toi tu seras mort.

" Alors disparoîtront tous ces fantômes vains
qui t’obsèdent partout de leurs folles images,
cet inutile amas d’empressements mondains,
ces troubles qui chez toi font de si grands ravages.
La crainte immodérée, et l’amour déréglé,
ces infâmes tyrans de ton cœur aveuglé,
verront leur force dissipée ;

et leur nuit faisant place au jour,
celle qu’ils y tenoient sera toute occupée
par ma crainte et par mon amour. "