Ouvrir le menu principal



HORACE

NOTICE

Il faut croire qu’Horace représente un type moderne très-fidèle et très-répandu, car ce livre m’a fait une douzaine d’ennemis bien conditionnés. Des gens que je ne connaissais pas prétendaient s’y reconnaître, et m’en voulaient à la mort de les avoir si cruellement dévoilés. Pour moi, je répète ici ce que j’ai dit dans la première préface ; je n’ai fait poser personne pour esquisser ce portrait ; je l’ai pris partout et nulle part, comme le type de dévouement aveugle que j’ai opposé à ce type de personnalité sans frein. Ces deux types sont éternels, et j’ai ouï dire plaisamment à un homme de beaucoup d’esprit, que le monde se divisait en deux séries d’êtres plus ou moins pensants : les farceurs et les jobards. C’est peut-être ce mot-là qui m’a frappée et qui m’a portée à écrire Horace vers le même temps. Je tenais peut-être à montrer que les exploiteurs sont quelquefois dupes de leur égoïsme, que les dévoués ne sont pas toujours privés de bonheur. Je n’ai rien prouvé ; on ne prouve rien avec des contes, ni même avec des histoires vraies ; mais les bonnes gens ont leur conscience qui les rassure, et c’est pour eux surtout que j’ai écrit ce livre, où l’on a cru voir tant de malice. On m’a fait trop d’honneur : j’aimerais mieux appartenir à la plus pauvre classe des jobards qu’à la plus illustre des farceurs.


GEORGE SAND.
Nohant, 1er novembre 1852.