Histoire de la ville d’Agde depuis sa fondation



Ajouter un fac-similé pour vérification, — comment faire ?


Histoire de la ville d’Agde
depuis sa fondation
et sa statistique
au 1er janvier 1824
J.-J. Balthazar Jordan
ou Agde ancien et moderne

1824

Tu ætatem patriæ aperuisti ! dit Cicéron à Varron, en le louant d’avoir cherché et d’être parvenu à découvrir l’âge de Rome, sa patrie, fondée le 21 avril 753 avant l’ère chrétienne. Moins heureux que Varron, je ne saurais prétendre aux mêmes témoignages de satisfaction de la part de mes concitoyens, puisque je n’ai fait que d’inutiles recherches pour les mériter par une découverte semblable à la sienne. Mais, si le silence de l’histoire ne me permet pas d’indiquer l’année même de la fondation de la ville d’Agde, je tâcherai, du moins, de faire connaître vers quel temps on peut la placer.

Elle fut fondée par une colonie de Phocéens, détachée de celle qui avait bâti Marseille, plusieurs années auparavant. La situation avantageuse d’Agde, sur le bord de l’Hérault, dans une contrée fertile, favorisée d’un beau climat, fit appeler cette ville, du nom grec, Agathe tucke, Bonne fortune, selon quelques auteurs ; Agathepolis, ou seulement Agathe, Bonne, selon d’autres ; en latin, Agatha.

Les Phocéens étaient originaires de Phocæa, ville de l’Ionie, sur la côte occidentale de l’Asie mineure ; elle subsiste encore sous le nom de Kara-Bournou. Ils ne s’éloignèrent de leur pays, dit l’histoire générale du Languedoc, et ils ne cherchèrent à former un établissement dans celui des Saliens, aujourd’hui la Provence, que pour se soustraire à la tyrannie de Cyrus, dont ils étaient les sujets.

Mais on lit aussi, dans cette même histoire, que Bellovèse, chef des Gaulois qui passèrent en Italie, sous le règne d’Ambigat, son oncle, roi des Gaules, protégea les Phocéens, nouvellement débarqués sur les côtes des Saliens, et les aida à s’y établir. Plusieurs historiens placent l’expédition de Bellovèse en l’an 613 avant l’ère chrétienne. Cyrus ne naquit que l’an 599 avant cette ère, et régna beaucoup plus tard. le débarquement des Phocéens sur les côtes de Provence est donc antérieur à la naissance de Cyrus, et le serait toujours à son règne, quand même on se rangeât de l’avis des auteurs qui reculent le moins l’époque de la transmigration des Gaulois. Les historiens, d’accord entre eux sur ce point, reconnaissent tous que les Phocéens étaient débarqués sur les terres des Saliens, quand Bellovèse les traversa pour aller occuper les environs du Pô, et que ce fut sous le règne de Tarquin l’ancien que Bellovèse passa en Italie à la tête des Gaulois. Tarquin régna dans Rome depuis l’an 615 jusqu’à l’an 577 avant Jésus-Christ. Il est à remarquer qu’aucun historien ne place le passage des Gaulois en Italie, vers la fin du règne de Tarquin, mais bien pendant son règne, ce qui n’offre aucune contradiction avec l’opinion des auteurs qui le rapportent au commencement même. Tarquin était mort, que Cyrus ne régnait point encore. Ce n’est donc pas pour fuir sa tyrannie que les premières colonies de Phocéens s’étaient transportées dans le pays des Saliens. La première sortie des Gaulois, qui fut si hardie et si formidable, dit Andoque dans son histoire du languedoc, se fit sous Ambigat, l’an du monde 3388 et 613 avant l’an de grâce….. En même-temps que la Gaule se débordoit dans les pays étrangers, les Phosenses parurent sur la coste des Saliens, et y prindrent terre après l’avoir recognue. Le président Fauchet, dans ses Antiquités gauloises, dit aussi que la plus renommée sortie des Gaulois fut 613 ans ou environ avant l’incarnation de Notre Seigneur Jésus-Christ, que Tarquin, appelé Prise, estoit Roy de la ville de Rome, et qu’à cette époque les Saliens étaient en guerre avec des étrangers, venus par mer de Phocide. Bossuet lui-même, un des auteurs qui font aborder le plus tard les Phocéens sur les côtes de Provence, ne parle de l’expédition de Bellovèse, qu’il place également sous le règne de Tarquin l’ancien, qu’après avoir dit précédemment : Les Phocéens d’Ionie menoient à Marseille leur première colonie.

  • Seconde partie
    • Statistique
    • Siège Épiscopal
    • Chapitre Saint-Étienne
    • Séminaire et Collège
    • Cordeliers
    • Évêché
    • Hommes recommandables
    • Climat et Salubrité
    • Port d’Agde
    • Campagne d’Agde
    • Le Fort Brescou
  • Objets Divers
    • Ancienne cité d’Agde
    • Anciennes églises
    • Pont de Pierre et Ponts à Bateaux
    • Le Bagnas
    • Armoiries
    • Ville d’Ambone ou d’Embonne