Ouvrir le menu principal

Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain, traduction Guizot, tome 2/IX

CHAPITRE IX.
État de la Germanie jusqu’à l’invasion des Barbares sous le règne de l’empereur Dèce.

LES sanglans démêlés des Perses avec Rome, et leur influence marquée sur la décadence et sur la chute de l’empire, nous ont engagés à faire connaître la religion et le gouvernement de ce peuple. Maintenant si nous portons nos regards vers le nord du globe, nous voyons d’abord les Scythes ou Sarmates errer avec leurs chevaux, leurs troupeaux, leurs femmes et leurs enfans, dans ces plaines immenses qui s’étendent depuis la mer Caspienne jusqu’à la Vistule, depuis les confins de la Perse jusqu’à ceux de la Germanie[1]. Mais il n’est point de nation plus digne que les Germains d’occuper une place considérable dans notre histoire. Ce sont eux qui d’abord eurent le courage de résister aux Romains, qui envahirent ensuite les domaines de ces superbes vainqueurs, et qui enfin écrasèrent leur puissance en Occident. Des considérations plus fortes, et qui nous touchent de bien près, exigent encore toute notre attention. Les peuples les plus civilisés de l’Europe moderne sont sortis des forêts de la Germanie ; et nous pourrions retrouver dans les institutions grossières des Barbares qui les habitaient alors, les principes originaux de nos lois et de nos mœurs. Tacite a fait un ouvrage sur les Germains : leur état primitif, leur simplicité, leur indépendance, ont été tracés par le pinceau de cet écrivain supérieur, le premier qui ait appliqué la science de la philosophie à l’étude des faits. Son excellent traité, qui renferme peut-être plus d’idées que de mots, a d’abord été commenté par une foule de savans : de nos jours, il a exercé le génie et la pénétration des historiens philosophes. Quelles que soient la richesse et l’importance de ce sujet, il a déjà été traité tant de fois, avec tant d’habileté et de succès, qu’il est devenu familier au lecteur et difficile pour l’auteur. Nous nous contenterons donc de rappeler quelques-unes des circonstances les plus intéressantes du climat, des mœurs et des institutions qui ont rendu des sauvages si redoutables à la puissance de Rome.

Étendue de la Germanie.

La Germanie, si on en excepte la petite province, de ce nom, située sur la rive occidentale du Rhin, qui avait subi le joug des Romains, renfermait le tiers de l’Europe. La Suède, le Danemarck, la Norwège, la Finlande, la Livonie, la Prusse, presque toute l’Allemagne, et la plus grande partie de la Pologne, étaient originairement habités par une seule nation, partagée en différentes tribus, dont les traits, les mœurs, le langage, attestaient une origine commune, et laissaient apercevoir entre elles une ressemblance frappante[2]. Le Rhin bornait à l’occident ces vastes contrées ; et vers le midi, les provinces illyriennes de l’empire en étaient séparées par le Danube. Depuis ce fleuve, une chaîne de montagnes, connues sous le nom de monts Krapaks, couvrait la Germanie du côté de la Hongrie et du pays des Daces. À l’orient, les défiances mutuelles des Germains et des Sarmates marquaient légèrement quelques frontières souvent effacées par les conquêtes et par les alliances des différentes tribus de ces deux nations. Le septentrion resta toujours inconnu aux anciens : ils n’entrevirent qu’imparfaitement un océan glacé au-delà de la mer Baltique et de la péninsule ou des îles de la Scandinavie[3].

Climat.

Quelques écrivains ingénieux[4] ont soupçonné que l’Europe était autrefois bien plus froide qu’elle ne l’est à présent. Les plus anciennes descriptions de la Germanie tendent singulièrement à confirmer leur théorie. Il n’est question, en parlant de cette contrée, que des neiges, des frimas et d’un hiver perpétuel. On doit peut-être s’arrêter peu à ces expressions générales, puisque nous n’avons aucune méthode pour réduire à la mesure exacte du thermomètre les sensations ou les expressions d’un orateur né sous le climat fortuné de la Grèce et de l’Asie. Il existe cependant deux circonstances remarquables et d’une nature moins équivoque : 1o. La glace arrêtait souvent le cours des deux grands fleuves qui servaient de limites à l’empire. Pendant l’hiver, le Rhin et le Danube étaient capables de soutenir les fardeaux les plus énormes. Alors les Barbares qui choisissaient ordinairement cette saison rigoureuse pour leurs incursions, transportaient, sans crainte et sans danger, sur une masse d’eau devenue immobile[5], leurs nombreuses armées, leur cavalerie et des chariots remplis de provisions de toute espèce. Les siècles modernes n’ont jamais été témoins d’un pareil phénomène. 2o. Le renne, cet animal utile, dont le sauvage du Nord, condamné à vivre sous un ciel affreux, tire de si grands avantages, est d’une constitution qui supporte, qui exige même le froid le plus rigoureux. On le trouve sur le rocher du Spitzberg, à dix degrés du pôle. Il semble se plaire au milieu des neiges de la Sibérie et de la Laponie : aujourd’hui il ne peut vivre, encore moins se reproduire, dans aucune contrée au sud de la mer Baltique[6]. Du temps de Jules César, le renne, aussi bien que l’élan et le taureau sauvage, existait dans la forêt Hercynienne, qui couvrait alors une partie de l’Allemagne et de la Pologne[7]. Les travaux des hommes expliquent suffisamment les causes de la diminution du froid. Ces bois immenses, qui dérobaient la terre aux rayons du soleil[8], ont été détruits. À mesure que l’on a cultivé les terres et desséché les marais, la température du climat est devenue plus douce. Le Canada nous présente maintenant une peinture exacte de l’ancienne Germanie. Quoique située sous la même latitude que les plus belles provinces de la France et de l’Angleterre, cette partie du nouveau monde éprouve le froid le plus rigoureux. Le renne y est commun : la terre reste ensevelie sous une neige profonde et impénétrable. Le fleuve Saint-Laurent est régulièrement gelé dans un temps où les eaux de la Seine et de la Tamise sont ordinairement débarrassées des glaces[9].

Ses effets sur les naturels.

On a souvent examiné l’influence du climat sur les corps et sur les esprits des Germains. Il est plus facile d’en exagérer les effets que de les déterminer avec précision. Quelques écrivains ont supposé, et ils croyaient tous pour la plupart, quoique peut-être sans aucune preuve suffisante, que le froid rigoureux du nord contribuait à la longue vie des habitans, et favorisait la propagation de l’espèce ; que les hommes de ces contrées étaient plus propres à la génération, et les femmes plus fécondes que dans les climats chauds et tempérés[10]. Nous pouvons avancer avec plus d’assurance que les peuples du septentrion avaient reçu de la nature de grands corps et une vigueur inépuisable, et qu’ils avaient en général sur ceux du midi l’avantage d’une taille élevée[11]. L’air âpre de la Germanie donnait aux naturels une sorte de force plus faite pour les exercices violens que pour un travail soutenu. Il leur inspirait une intrépidité qui résultait de leurs fibres et de leur organisation particulière. En temps de guerre, ces robustes enfans du nord[12] sentaient à peine les rigueurs d’un hiver qui glaçait le courage du soldat romain. Incapables, à leur tour, de résister aux grandes chaleurs, ils éprouvaient, pendant l’été une langueur et des maladies mortelles, et toute leur fougue se dissipait sous les feux brûlans du soleil de l’Italie[13].

Origine des Germains.

En parcourant la surface du globe, il n’est point de partie considérable où l’on ne découvre des habitans ; et partout l’histoire se tait sur la manière dont ces pays ont d’abord été peuplés. En vain l’esprit philosophique examine soigneusement l’enfance des grandes sociétés ; il n’aperçoit que des ténèbres, et notre curiosité se consume en efforts inutiles. Lorsque Tacite considère la pureté du sang des Germains et l’aspect affreux de leur patrie, il est disposé à déclarer ces Barbares indigènes. Il est probable, et peut même paraître certain, que l’ancienne Germanie n’avait pas été originairement peuplée par des colonies étrangères déjà formées en corps politique[14]. Ce qui paraît le plus vraisemblable, c’est que les sauvages errans de la forêt Hercynienne, rassemblés d’abord en petit nombre, auront insensiblement formé un grand peuple connu sous le nom de nation germanique. Si l’on osait prétendre ensuite que ces sauvages fussent enfans de la terre qu’ils foulaient aux pieds, un pareil système serait condamné par la religion, et la raison ne fournirait aucune arme pour le défendre.

Fables et conjectures.

Ces doutes sensés sont bien opposés aux notions de la vanité nationale. Parmi les peuples qui ont adopté l’histoire de Moïse, l’arche de Noé est devenue ce que le siége de Troie avait été pour les Grecs et pour les Romains. Sur la base étroite de la vérité, l’imagination a placé l’immense et grossier colosse de la fable. Écoutez l’orgueilleux Irlandais[15] : il peut aussi bien que le sauvage des déserts de la Tartarie[16] vous montrer, dans un fils de Japhet, la tige d’où sont sortis ses ancêtres. Le dernier siècle a produit une foule de savans d’une érudition profonde et d’un esprit crédule qui, guidés par la lueur incertaine des légendes, des traditions, des conjectures et des étymologies, ont conduit les enfans et les petits-fils de Noé, depuis la tour de Babel jusqu’aux extrémités de la terre. De tous ces critiques si judicieux, celui qui mérite le plus d’être remarque, est Olaus-Rudbek, professeur de l’université d’Upsal[17]. Ce zélé citoyen fait de son pays natal le théâtre de toutes les merveilles que la fable et l’histoire ont célébrées. C’est de la Suède que les Grecs ont tiré leur alphabet, leur astronomie, leur religion. La Suède était, selon lui, une contrée délicieuse dont l’Atlantique de Platon, le pays des Hyperboréens, les îles Fortunées, le jardin des Hespérides, et même les champs Élysées, ne nous ont donné qu’une idée imparfaite. Un climat si favorisé de la nature ne pouvait rester long-temps désert après le déluge. En peu d’années la famille de Noé, composée d’abord de huit personnes, compte vingt mille rejetons. Alors le savant Rudbeck les sépare en petites colonies, et les disperse sur toute la terre pour en couvrir la surface et propager l’espèce humaine. Le détachement germain ou suédois, commandé, si je ne me trompe, par Askenaz, fils de Gomer, fils de Japhet, se conduisit dans cette grande entreprise avec une activité extraordinaire. Bientôt le Nord envoie de nombreux essaims en Europe, en Asie et en Afrique ; et, pour me servir de la métaphore de l’auteur, le sang se porta des extrémités au cœur de l’univers.

Les Germains n’avaient pas l’usage des lettres.

Mais tous ces systèmes savans d’antiquités germaniques viennent se briser contre un seul fait trop bien attesté pour donner lieu au moindre doute, et d’une espèce trop décisive, pour qu’il soit possible d’y répondre. Les Germains, du temps de Tacite, n’avaient point l’usage des lettres[18], connaissance précieuse qui distingue principalement un peuple civilisé d’une horde de sauvages plongés dans les ténèbres de l’ignorance, ou incapables de réflexion. Privé de ce secours artificiel, l’homme perd le souvenir ou altère la nature des idées qu’il a reçues. Bientôt les modèles s’effacent, les matériaux disparaissent, le jugement devient faible et inactif, l’imagination reste languissante, ou, si elle veut prendre l’essor, elle n’enfante que des chimères. Enfin, l’âme abandonnée à elle-même méconnaît insensiblement l’exercice de ses plus nobles facultés. Pour nous convaincre de cette vérité importante, considérons l’état actuel de la société. Quelle distance immense entre l’homme instruit et le paysan entièrement privé de la connaissance des lettres ! Le premier, par le secours de la lecture ou la réflexion, multiplie sa propre expérience ; il parcourt tout l’univers ; il se transporte dans les siècles les plus éloignés. L’autre, attaché à la glèbe qui l’a vu naître, borné à quelques années d’existence, l’emporte à peine en intelligence sur ce bœuf, tranquille compagnon de ses travaux. On trouvera une différence encore plus grande parmi les nations que parmi les individus. N’en doutons point, sans une méthode propre à exprimer les pensées par des figures, un peuple ne conservera jamais de monumens historiques. Incapable de percer dans les sciences abstraites, jamais il ne pourra cultiver avec succès les arts utiles et agréables de la vie.

Des arts, de l’agriculture.

Ces arts furent entièrement inconnus aux habitans au Nord. Les Germains passaient leurs jours dans un état de pauvreté et d’ignorance que de vains déclamateurs se sont plus à décorer du nom de vertueuse simplicité. On compte maintenant en Allemagne environ deux mille trois cents villes[19] entourées de murs. Dans une étendue de pays beaucoup plus considérable, Ptolémée n’a pu découvrir que quatre-vingt-dix bourgs ou villages, qu’il décore du nom pompeux de villes[20]. Selon toutes les apparences, les forêts de la Germanie ne renfermaient que des fortifications grossières, élevées sans art, pour mettre les femmes, les enfans et les troupeaux à l’abri d’une invasion subite, tandis que les guerriers marchaient à la rencontre de l’ennemi[21]. Tacite rapporte, comme un fait constant, que, de son temps, ces Barbares n’avaient aucune ville[22]. Ils affectaient de mépriser les ouvrages de l’industrie romaine : toutes ces enceintes redoutables leur paraissaient plutôt une prison qu’un lieu de sûreté[23]. Leurs maisons isolées ne formaient aucun village régulier[24]. Chaque sauvage fixait ses foyers indépendans sur le terrain auquel un bois, un champ, une fontaine, l’engageaient à donner la préférence. Là on n’employait ni pierres, ni briques, ni tuiles[25]. Toutes ces habitations n’étaient réellement que des huttes peu élevées, de figure circulaire, construites en bois qui n’avait point été façonné, couvertes de chaume et percées vers le haut pour laisser un passage libre à la fumée. Dans l’hiver, le Germain n’avait pour se garantir du froid le plus rigoureux qu’un léger manteau fait de la peau de quelque animal. Les tribus du Nord portaient des fourrures, et les femmes filaient elles-mêmes une sorte de toile grossière dont elles se servaient[26]. Le gibier de toute espèce, dont les forêts étaient remplies, procurait à ces peuples une nourriture abondante et le plaisir de la chasse[27]. De nombreux troupeaux, moins remarquables, il est vrai, par leur beauté que par leur utilité[28], formaient leurs principales richesses. Leur contrée ne produisait que du blé ; on n’y voyait ni vergers, ni prairies artificielles ; et comment l’agriculture se serait-elle perfectionnée dans un pays où, tous les ans, une nouvelle division de terres labourables occasionnait un changement universel dans les propriétés, et dont les habitans, attachés à cette coutume singulière, laissaient en friche, pour éviter toute dispute, une grande partie de leur territoire[29]?

Et des métaux.

L’argent, l’or et le fer, étaient extrêmement rares en Germanie, Les naturels n’avaient ni la patience, ni le talent nécessaires pour tirer du sein de la terre ces riches veines d’argent qui depuis ont récompensé si libéralement les soins des souverains de Saxe et de Brunswick. La Suède, dont les mines fournissent maintenant du fer à toute l’Europe, ignorait également ses trésors. À voir les armes des Germains, on jugera facilement qu’ils avaient peu de fer, puisqu’ils ne pouvaient en employer beaucoup à l’usage qui devait paraître le plus noble aux yeux d’un peuple belliqueux. Les guerres et les traités avaient introduit quelques espèces romaines, d’argent pour la plupart, chez les nations qui habitaient les bords du Rhin et du Danube ; mais les tribus plus éloignées n’avaient aucune idée de la monnaie. Leur commerce borné consistait dans l’échange des marchandises, et de simples vases d’argile leur paraissaient aussi précieux que ces coupes d’argent dont Rome avait fait des présens à leurs princes et à leurs ambassadeurs[30]. Ces faits principaux instruisent mieux un esprit capable de réflexion que tout le détail minutieux d’une foule de circonstances particulières. La valeur de la monnaie a été fixée, par un consentement général, pour exprimer nos besoins et nos propriétés ; comme les lettres ont été inventées pour rendre nos pensées. Ces deux institutions, en augmentant la force de la nature humaine, et en donnant à nos passions une énergie plus active, ont contribué à multiplier les objets qu’elles devaient représenter. L’usage de l’or et de l’argent est, en grande partie, idéal ; mais il serait impossible de calculer les services nombreux et importans que l’agriculture et tous les arts ont retirés du fer, lorsque ce métal a été épuré par le feu et façonné par la main industrieuse de l’homme. En un mot, la monnaie est l’attrait le plus universel de l’industrie humaine ; le fer en est l’instrument le plus puissant. Otez à un peuple ces deux moyens ; qu’il ne soit ni excité par l’un, ni secondé par l’autre, il ne pourra jamais sortir de la plus grossière barbarie[31].

Leur indolence.

Si nous contemplons un peuple sauvage, dans quelque partie du globe que ce puisse être, nous verrons une quiétude indolente, et l’indifférence sur l’avenir former la partie dominante de son caractère. Dans un état civilisé, l’âme tend à se développer ; toutes ses facultés sont perpétuellement exercées, et la grande chaîne d’une dépendance mutuelle embrasse et resserre les individus. La portion la plus considérable de la société est constamment employée à des travaux utiles. Quelques-uns, placés par la fortune au-dessus de cette nécessité, peuvent cependant occuper leur loisir en suivant l’intérêt ou la gloire, en augmentant leurs biens, en perfectionnant leur intelligence, ou en se livrant aux devoirs, aux plaisirs, aux folies même de la vie sociale. Les Germains n’avaient aucune de ces ressources. Ils abandonnaient aux vieillards, aux gens infirmes, aux femmes et aux esclaves, les détails domestiques, la culture des terres et le soin des troupeaux. Privé de tous les arts qui pouvaient remplir son loisir, le guerrier fainéant, semblable aux animaux, passait ses jours et ses nuits à manger et à dormir. Et cependant, combien la nature ne diffère-t-elle pas d’elle-même ! selon la remarque d’un écrivain qui en avait sondé toute la profondeur, ces mêmes sauvages étaient tour à tour les plus indolens et les plus impétueux de tous les hommes, ils aimaient l’oisiveté, ils détestaient le repos[32]. Leur âme languissante, accablée de son propre poids, cherchait avidement quelque sensation nouvelle, quelque objet capable de lui donner des secousses. La guerre et ses horreurs avaient seules des charmes pour ces caractères indomptés. Dès que le bruit des armes se faisait entendre, le Germain, transporté, sortait tout à coup de son engourdissement ; il volait aux combats ; il se précipitait au milieu des dangers. Les violens exercices du corps et les mouvemens rapides de l’âme lui donnaient un sentiment plus vif de son existence. Dans quelques tristes intervalles de paix, ces Barbares se livraient sans aucune modération aux excès de la boisson et du jeu. Ces deux plaisirs, dont l’un enflammait leurs passions, et l’autre éteignait leur raison, contribuaient ainsi, par des moyens différens, à les délivrer de la peine de penser. Ils mettaient leur gloire à rester à table des journées entières. Souvent ces assemblées de débauche étaient souillées du sang de leurs parens et de leurs amis[33]. Ils payaient avec la plus scrupuleuse exactitude les dettes d’honneur ; car ce sont eux qui nous ont appris à désigner ainsi les dettes du jeu. L’infortuné qui, dans son désespoir, avait risqué sa personne et sa liberté au hasard d’un coup de dé, se soumettait patiemment à la décision du sort. Garrotté, exposé aux traitemens les plus durs, quelquefois même vendu comme esclave dans les pays étrangers, il obéissait sans murmure à un maître plus faible, mais plus heureux[34].

Leur goût pour les liqueurs fortes.

Une bière, faite sans art avec du froment ou de l’orge acquérant par la corruption, selon l’énergique expression de Tacite, une sorte de ressemblance avec le vin, suffisait aux habitans de la Germanie pour leurs parties ordinaires de débauche ; mais ceux qui avaient goûté les vins délicieux de l’Italie et de la Gaule, soupiraient après une espèce d’ivresse plus agréable. Ils ne songèrent cependant pas, comme on l’a exécuté depuis avec tant de succès, à planter des vignes sur les bords du Rhin et du Danube, et l’industrie ne leur procura jamais de matières pour un commerce avantageux. La nation aurait rougi de devoir à un travail pénible ce qu’elle pouvait obtenir par les armes[35]. Le goût immodéré des Barbares de toutes les nations pour les liqueurs fortes les engagea souvent à envahir les régions comblées des présens si enviés de l’art ou de la nature. Le Toscan, qui livra l’Italie aux Celtes, les attira dans sa patrie en leur montrant les excellens fruits et les vins précieux que produisait un climat plus fortuné[36]. Ce fut ainsi que, durant les guerres du seizième siècle, les Allemands accoururent en France pour piller les riches coteaux de la Bourgogne et de la Champagne[37]. L’ivrognerie, aujourd’hui le plus bas, mais non le plus dangereux de nos vices, peut, chez des peuples moins civilisés, occasionner une bataille, une guerre ou une révolution.

Population de la Germanie.

Depuis Charlemagne, dix siècles de travaux ont adouci le climat et fertilisé le sol de la Germanie : un million d’ouvriers et de laboureurs mènent à présent une vie aisée et agréable dans un pays où cent mille guerriers paresseux trouvaient à peine autrefois de quoi subsister[38]. Les Germains destinaient leurs immenses forêts au plaisir de la chasse : ils employaient en pâturages la plus grande partie de leurs terres, en cultivaient une très-petite portion d’une manière fort imparfaite, et se plaignaient ensuite de l’aridité et de la stérilité d’une contrée qui refusait de nourrir ses habitans. Lorsqu’une famine cruelle venait les convaincre de la nécessité des arts, ils n’avaient souvent alors d’autre ressource que d’envoyer au dehors le quart, ou peut-être le tiers de leur jeunesse[39]. Une possession et une jouissance assurées sont les liens qui attachent un peuple à sa patrie ; mais les Germains portaient avec eux ce qu’ils avaient de plus cher, et dès qu’ils voyaient briller l’espoir d’une conquête ou d’un riche butin, ils abandonnaient la vaste solitude des bois, et marchaient aux combats avec leurs troupeaux, leurs femmes et leurs enfans. Les nombreux essaims qui sortirent ou qui parurent sortir de la grande fabrique des nations, ont été multipliés par l’effroi des vaincus et par la crédulité des siècles suivans. Des faits ainsi exagérés ont insensiblement établi une opinion soutenue depuis par de très-habiles écrivains : on s’est imaginé que du temps de César et de Tacite le Nord était infiniment plus peuplé qu’il ne l’est de nos jours[40]. Des recherches plus exactes sur les causes de la population semblent avoir convaincu les philosophes modernes de la fausseté, de l’impossibilité même de cette hypothèse. Aux noms de Mariana et de Machiavel[41] nous pouvons en opposer d’aussi respectables, ceux de Hume et de Robertson[42].

Liberté.

Un peuple guerrier qui n’a point de villes, qui néglige tous les arts, et qui ne connaît l’usage ni des lettres ni de la monnaie, trouve cependant dans la jouissance de la liberté quelque compensation à cet état de barbarie : tels étaient les Germains ; leur pauvreté assurait leur indépendance. En effet, nos possessions et nos désirs sont les chaînes les plus fortes du despotisme. « Les Suéones, dit Tacite[43], honorent les richesses : aussi sont-ils soumis à un monarque absolu. Les armes ne sont pas parmi eux, comme chez les autres peuples germaniques, entre les mains de tout le monde ; le roi les tient en dépôt sous la garde d’un homme de confiance, et cet homme n’est pas citoyen ; ce n’est pas même un affranchi, c’est un esclave. Les voisins des Suéones, les Sitones[44]; sont tombés au-dessous de la servitude ; ils obéissent à une femme[45]. » En faisant cette exception, Tacite reconnaît la vérité du principe général que nous avons exposé sur la théorie du gouvernement ; nous sommes seulement en peine de concevoir par quels moyens les richesses et le despotisme ont pénétré dans une partie du Nord si éloignée, et ont pu éteindre la flamme généreuse qui brillait dans les contrées voisines des provinces romaines. Comment les ancêtres de ces Norwégiens et de ces Danois, si connus depuis par leur caractère indomptable, se sont-ils laissé enlever le sceau de la liberté germanique[46] ? Quelques tribus des bords de la Baltique reconnaissaient l’autorité des rois, sans avoir abandonné les droits de l’homme[47]; mais dans presque toute la Germanie, la forme du gouvernement était une démocratie, tempérée, il est vrai, et modérée moins par des lois générales et positives que par l’ascendant momentané de la naissance ou de la valeur, de l’éloquence ou de la superstition[48].

Assemblées du peuple.

Les gouvernemens civils ne sont, dans leur première origine, que des associations volontaires formées pour la sûreté commune : pour parvenir à ce but désiré, il est absolument nécessaire que chaque individu se croie essentiellement obligé de soumettre ses opinions et ses actions particulières au jugement du plus grand nombre de ses associés. Les Germains se contentèrent de cette ébauche informe, mais hardie, de la société politique. Dès qu’un jeune homme, né de parens libres, avait atteint l’âge viril, on l’introduisait dans le conseil général de la nation, on lui donnait solennellement la lance et le bouclier. Il prenait aussitôt place parmi ses compatriotes, et devenait un membre de la république militaire, égal en droit à tous les autres. Les guerriers de la tribu s’assemblaient en de certains temps fixes, ou dans des occasions extraordinaires. L’administration de la justice, l’élection des magistrats et les grands intérêts de la guerre et de la paix, se décidaient par le suffrage libre de tous les citoyens. À la vérité un corps choisi des grands ou des chefs de la nation préparait quelquefois et proposait les affaires les plus importantes[49]. Les magistrats pouvaient délibérer et persuader ; le peuple seul avait le droit de prononcer et d’exécuter. La promptitude et la violence caractérisaient presque toujours les résolutions des Germains. Ces barbares, qui faisaient consister la liberté à satisfaire la passion du moment, et le courage à braver les dangers, rejetaient en frémissant les conseils timides de la justice ou de la politique. Leur indignation éclatait alors par un sombre murmure. Mais lorsqu’un orateur plus populaire leur proposait de venger quelque injure, de briser même les fers du dernier des citoyens ; lorsqu’il appelait ses compatriotes à la défense de l’honneur national ou à l’exécution de quelque entreprise pénible et glorieuse, un choc terrible d’épées et de boucliers exprimait les transports et les applaudissemens de toute l’assemblée. Les Germains ne se rassemblaient jamais que couverts de leurs armes ; et au milieu des délibérations les plus sérieuses, on avait tout à craindre du caprice aveugle d’une multitude féroce qu’enflammaient l’esprit de discorde et l’usage des liqueurs fortes, et toujours prête à soutenir par la violence des résolutions prises au sein du tumulte. Combien de fois avons-nous vu les diètes de Pologne teintes de sang, et le parti le plus nombreux forcé de céder à la faction la plus séditieuse[50] !

Autorité des princes et des magistrats.

Lorsqu’une tribu avait à redouter quelque invasion, elle se choisissait un général. Si le danger devenait plus pressant, et qu’il menaçât l’état entier, plusieurs tribus concouraient à l’élection du même général. C’était au guerrier le plus brave que l’on confiait le soin important de mener ses compatriotes sur le champ de bataille. Il devait leur donner l’exemple plutôt que des ordres ; mais cette autorité, quoique bornée, était toujours suspecte ; elle expirait avec la guerre ; et en temps de paix les Germains ne reconnaissaient aucun chef suprême[51]. L’assemblée générale nommait cependant des princes pour administrer la justice, ou plutôt pour accommoder les différends[52] dans leurs districts respectifs. En choisissant ces magistrats, on avait autant égard à la naissance qu’au mérite[53]. La nation leur accordait à chacun une garde et un conseil de cent personnes. Il paraît que le premier d’entre eux jouissait, pour le rang et pour les honneurs, d’une prééminence qui engagea quelquefois les Romains à le décorer du titre de roi[54].

Plus absolue sur les propriétés que sur les personnes des Germains.

Pour se représenter tout le système des mœurs des Germains, il suffit de comparer deux branches remarquables de l’autorité de leurs princes. Ces magistrats disposaient entièrement de toutes les terres de leur district, et ils en faisaient chaque année un nouveau partage[55]. D’un autre côté, la loi leur défendait de punir de mort, d’emprisonner, de frapper même un simple citoyen[56]. Des hommes si jaloux de leurs personnes, si peu occupés de leurs propriétés, n’avaient certainement aucune idée des arts ni de l’industrie ; mais ils devaient être animés par un sentiment élevé de l’honneur et de l’indépendance.

Service volontaire.

Les Germains ne connaissaient d’autres devoirs que ceux qu’ils s’étaient eux-mêmes imposés. Le soldat le plus obscur dédaignait de se soumettre à l’autorité du magistrat. Le jeune guerrier de la naissance la plus illustre ne rougissait pas du titre de compagnon. « Chaque prince avait une troupe de gens qui s’attachaient à lui, et qui le servaient. Il y avait entre eux une émulation singulière pour obtenir quelque distinction auprès du prince, et une même émulation entre les princes sur le nombre et la bravoure de leurs compagnons. C’est la dignité, c’est la puissance d’être toujours entouré d’un essaim de jeunes gens que l’on a choisis ; c’est un ornement dans la paix, c’est un rempart dans la guerre. On se rend célèbre dans sa nation et chez les peuples voisins, si l’on surpasse les autres par le nombre et par le courage de ses compagnons ; on reçoit des présens ; les ambassades viennent de toutes parts. Souvent la réputation décide de la guerre. Dans le combat, il est honteux au prince d’être inférieur en courage ; il est honteux à la troupe de ne point égaler la valeur du prince. C’est une infamie éternelle de lui avoir survécu. L’engagement le plus sacré, c’est de le défendre. Si une cité est en paix, les princes vont chez celles qui font la guerre ; c’est par là qu’ils conservent un grand nombre d’amis. Ceux-ci reçoivent d’eux le cheval du combat, et le javelot terrible. Les repas, peu délicats, mais grands, sont une espèce de solde pour eux ; le prince ne soutient ses libéralités que par les guerres et les rapines[57]. »

Cette institution, qui affaiblissait le gouvernement des différens états de la Germanie, donnait un nouveau ressort au caractère général des nations qui l’habitaient. Elle développait parmi elles le germe de toutes les vertus dont les Barbares sont susceptibles. C’est du même foyer que sont sorties long-temps après la valeur, la fidélité, la courtoisie et l’hospitalité qui distinguèrent nos anciens chevaliers. Un célèbre écrivain de nos jours aperçoit dans les dons honorables accordés par le chef à ses braves compagnons, l’origine des fiefs que les seigneurs barbares, après la conquête des provinces romaines, distribuèrent à leurs vassaux, en exigeant pareillement d’eux l’hommage et le service militaire[58]. Ces conditions cependant sont entièrement contraires aux maximes des Germains, qui aimaient à faire des présens, mais qui auraient rougi d’imposer ou d’accepter aucune obligation.[59]

Chasteté des Germains.

« Dans les siècles de chevalerie, au moins si l’on en croit les vieux romanciers, tous les hommes étaient braves, toutes les femmes étaient chastes. » La dernière de ces vertus, quoique bien plus difficile à acquérir et à conserver que la première, est attribuée presque sans exception aux femmes des Germains. La polygamie avait lieu seulement parmi les princes ; encore ne se la permettaient-ils que pour multiplier leurs alliances. Les divorces étaient défendus par les mœurs, plutôt que par les lois. On punissait l’adultère comme un crime rare et impardonnable. Ni l’exemple, ni la coutume, ne pouvaient justifier la séduction[60]. Il nous est permis de croire que Tacite s’est un peu laissé entraîner au noble plaisir d’opposer la vertu des Barbares à la conduite dissolue des femmes romaines : cependant son récit renferme plusieurs circonstances frappantes, qui donnent un air de vérité ou du moins de probabilité à ce qu’il nous rapporte de la chasteté et de la foi conjugale des Germains.

Ses causes probables.

Les progrès de la civilisation ont certainement mis un frein aux passions les plus violentes de la nature humaine ; mais ils semblent avoir été moins favorables à la chasteté, dont le principal ennemi est la mollesse de l’âme. Les raffinemens de la société, en répandant du charme sur le commerce des deux sexes, en altèrent la pureté. La grossière impulsion de l’amour devient plus dangereuse lorsqu’elle s’ennoblit, ou plutôt se déguise, en s’alliant à un sentiment passionné. Les grâces, la politesse, l’élégance des vêtemens, augmentent l’éclat de la beauté, et enflamment les sens par la voie de l’imagination. Ces divertissemens, ces danses, ces spectacles, où les mœurs sont si peu respectées, sont autant de pièges tendus à la fragilité des femmes, et leur présentent une foule d’occasions dangereuses[61]. Parmi les sauvages grossiers qui habitaient le septentrion, la pauvreté, la solitude et les soins pénibles de la vie domestique garantissaient les femmes de ces dangers. Le chaume, qui laissait leurs cabanes ouvertes de tous côtés à l’œil de l’indiscrétion ou de la jalousie, était pour la fidélité conjugale un rempart plus sûr que les murs, les verroux et les eunuques d’un harem. À cette cause on en peut ajouter une plus honorable. Les Germains traitaient leurs femmes avec estime et confiance ; ils les consultaient dans les occasions les plus importantes, et ils se plaisaient à croire que leur âme renfermait une sainteté et une sagesse surnaturelles. Quelques-unes de ces interprètes du destin, telles que Velleda dans la guerre des Bataves, gouvernèrent, au nom de la divinité, les plus fières d’entre les nations germaniques[62]. ; sans être adorées comme déesses, les autres jouissaient de la considération que méritaient les compagnes libres des soldats, associées, comme l’indiquaient les cérémonies mêmes du mariage, à une vie de fatigue, de travaux et de gloire[63]. Dans les grandes invasions, les camps des Barbares étaient remplis d’une multitude de femmes, qui, fermes au milieu du bruit des armes, contemplaient d’un œil intrépide le spectacle effrayant de la destruction, et les blessures honorables de leurs fils et de leurs époux[64]. Des armées en déroute ont été plus d’une fois ramenées à la victoire par le désespoir généreux des femmes, qui redoutaient bien moins la mort que la servitude. S’il ne restait plus de ressource, elles savaient, par leurs propres mains, se dérober, ainsi que leurs enfans, aux outrages du vainqueur[65]. De pareilles héroïnes ont des droits à notre admiration ; mais nous ne croirons sûrement pas qu’elles aient été aimables ni propres à inspirer de l’amour. Elles ne pouvaient imiter les vertus fortes de l’homme, sans renoncer à cette douceur attrayante qui fait à la fois le charme et la faiblesse de la femme. L’orgueil apprenait aux Germaines à étouffer tout mouvement de tendresse qui aurait porté la moindre atteinte à l’honneur, et l’honneur du sexe a toujours été la chasteté. Les sentimens et la conduite de ces fières matrones sont à la fois une des causes, un des effets, et l’une des preuves du caractère général de la nation. Le courage des femmes, quoique produit par le fanatisme, ou soutenu par l’habitude, n’est qu’une image faible et imparfaite de la valeur qui distingue les hommes d’un siècle ou d’une contrée.

Religion.

Le système religieux des Germains, si l’on peut donner ce nom aux opinions grossières d’une nation sauvage, avait pour principe leurs besoins, leurs craintes et leur ignorance[66]. Ils adoraient des objets visibles et les grands agens de la nature : le Soleil et la Lune, la Terre et le Feu. Ils avaient en même temps imaginé des divinités qui présidaient, selon eux, aux occupations les plus importantes de la vie humaine. Ces Barbares croyaient pouvoir découvrir la volonté des êtres supérieurs par quelques pratiques ridicules de divination ; et le sang des hommes qu’ils immolaient au pied des autels de leurs dieux, leur paraissait l’offrande la plus précieuse et la plus agréable. On s’est trop empressé d’applaudir à leurs notions sur la divinité qu’ils ne renfermaient pas dans l’enceinte d’un temple, et qu’ils ne représentaient sous aucune forme humaine. Rappelons-nous que les Germains n’avaient pas la moindre idée de la sculpture, et qu’ils connaissaient à peine l’art de bâtir ; il nous sera facile d’assigner le véritable motif d’un culte qui venait bien moins d’une supériorité de raison que d’un manque d’industrie. Des bois antiques, consacrés par la vénération des siècles, étaient les seuls temples des Germains : là résidait la majesté d’une puissance invisible. Ces sombres retraites, en ne présentant aucun objet distinct de crainte ou de culte réel, inspiraient un sentiment bien plus profond d’horreur religieuse[67] ; et l’expérience avait appris à des prêtres grossiers tous les artifices qui pouvaient maintenir et fortifier des impressions terribles si conformes à leurs intérêts[68].

Son influence dans la paix.

La même ignorance qui rend les Barbares incapables de concevoir ou d’adopter l’empire utile des lois, les livre sans défense aux terreurs aveugles de la superstition. Les prêtres germains profitèrent de cette disposition de leurs compatriotes, et ils exercèrent même dans les affaires temporelles une autorité que le magistrat n’aurait osé prendre. Le fier guerrier se soumettait patiemment à la verge de la correction, lorsque la main vengeresse tombait sur lui pour exécuter, non la justice des hommes, mais l’arrêt immédiat du dieu de la guerre[69]. Souvent la puissance ecclésiastique suppléait les défauts de l’administration civile. L’autorité divine intervenait constamment dans les assemblées populaires pour y maintenir l’ordre et le silence ; et quelquefois elle s’occupait d’objets plus importans au bien de l’état. On faisait, en certains temps, une procession solennelle dans les pays actuellement connus sous le nom de Mecklenbourg et de Poméranie. Le symbole inconnu de la déesse Herthe (la Terre), couvert d’un voile épais, sortait avec pompe de l’île de Rugen, sa résidence ordinaire : placée sur un char tiré par des génisses, elle visitait de cette manière plusieurs tribus de ses adorateurs. Pendant sa marche, les querelles étaient suspendues, les cris de guerre étouffés ; le Germain belliqueux déposait ses armes : il pouvait goûter alors les douceurs de la paix et de la tranquillité[70]. La trêve de Dieu, si souvent et si inutilement proclamée par le clergé du onzième siècle, ne fut qu’une imitation de cette ancienne coutume[71].

Dans la guerre.

Mais la religion avait bien plus de force pour enflammer que pour modérer les passions violentes des Germains. L’intérêt et le fanatisme portaient souvent les prêtres à sanctifier les entreprises les plus audacieuses et les plus injustes, par l’approbation du ciel et par l’assurance du succès. Les étendards, tenus long-temps en dépôt dans les bois sacrés, brillaient tout à coup sur le champ de bataille[72] ; on dévouait l’armée ennemie, avec de terribles imprécations, aux dieux de la guerre et du tonnerre[73]. Dans la religion du soldat, la lâcheté est le plus grand des crimes : elle paraissait telle aux yeux des Germains. L’homme courageux se rendait digne des faveurs et de la protection de leurs belliqueuses divinités. Le malheureux qui avait perdu son bouclier était banni à jamais de toutes les assemblées civiles et religieuses. Quelques tribus du Nord semblent avoir embrassé la doctrine de la transmigration[74] ; d’autres avaient imaginé un paradis grossier, où les héros s’enivrent pendant toute l’éternité[75]. Elles convenaient toutes qu’une vie passée dans les combats et une mort glorieuse pouvaient seules assurer un avenir heureux, soit dans ce monde-ci, soit dans l’autre.

Les bardes.

L’immortalité, si vainement promise au héros germain par ses prêtres, lui était, jusqu’à un certain point, assurée par les bardes. Cette classe d’hommes singuliers a mérité l’attention de tous ceux qui ont étudié les antiquités des Celtes, des Scandinaves et des Germains. Des recherches exactes ont fait connaître le génie, le caractère des bardes : on sait combien leurs emplois importans inspiraient de vénération pour leur personne. Il est plus difficile d’exprimer, de concevoir même cette fureur pour les armes, cet enthousiasme militaire qu’ils allumaient par leurs chants dans le cœur de leurs compatriotes. Chez un peuple civilisé, le goût de la poésie est plutôt un amusement de l’imagination qu’une passion de l’âme ; et cependant lorsque, dans le calme de la retraite, nous lisons les combats décrits par Homère ou par le Tasse, insensiblement la fiction nous séduit ; nous ressentons quelques feux d’une ardeur martiale. Mais combien sont faibles et froides les sensations que reçoit un esprit tranquille dans le silence de l’étude ! C’était au moment de la bataille, c’était au milieu des fêtes de la victoire, que les bardes célébraient les exploits des anciens héros, et qu’ils faisaient revivre les ancêtres de ces guerriers belliqueux qui écoutaient avec transport des chants barbares, mais animés[76]. La poésie tendait à inspirer la soif de la gloire et le mépris de la mort ; et ces passions, enflammées par le bruit des armes et par la vue des dangers, devenaient le sentiment habituel de l’âme des Germains[77].

Causes qui ont arrêté les progrès des Germains.

Telles étaient la situation et les mœurs des Germains. Le climat, l’ignorance de ces barbares, qui ne connaissaient ni les lettres, ni les arts, ni les lois, leurs notions sur l’honneur, sur la bravoure et sur la religion, le sentiment qu’ils avaient de la liberté, leur inquiétude dans la paix, leur ardeur pour la guerre, tout contribuait à former un peuple de héros. Pourquoi, pendant les deux siècles et demi qui s’écoulèrent depuis la défaite de Varus jusqu’au règne de l’empereur Dèce, ces guerriers formidables ne se distinguèrent-ils par aucune entreprise importante ? pourquoi firent-ils à peine impression sur les faibles habitans des provinces de l’empire, asservis par le luxe et par le despotisme ? Si leurs progrès furent alors arrêtés, c’est qu’ils manquaient à la fois d’armes et de discipline, et que leur fureur fut détournée par les discordes intestines, qui, durant cette période, déchirèrent le sein de leur patrie.

Manque d’armes.

I. On a raison de dire que la possession du fer assure bientôt à une nation celle de l’or. Mais les Germains, également privés de ces métaux précieux, furent réduits à les acquérir lentement et par les seuls efforts d’un courage destitué de moyens étrangers. « Le fer n’est pas en abondance chez ces peuples, autant qu’on en juge par leurs armes. Peu font usage de l’épée ou de la pertuisane : ils ont des lances, ou framées, comme ils les appellent, dont le fer est étroit et court, mais si bien acérées et si maniables, qu’elles sont également propres à combattre de près ou de loin. Leur cavalerie n’a que la lance et le bouclier. Chaque fantassin a de plus un certain nombre de javelots. Alerte, parce qu’il est sans habits, ou couvert d’une simple saye, il les lance à une distance incroyable[78]. Ces guerriers ne se piquent d’aucune magnificence, ou plutôt ils n’en connaissent d’autre que d’embellir leurs boucliers des plus brillantes couleurs. Il est rare qu’ils aient des cuirasses. On voit à peine un ou deux casques dans toute une armée. Leurs chevaux ne sont remarquables ni par la vitesse, ni par la beauté, ni dressés à tourner en tous sens comme les nôtres[79]. » Plusieurs de leurs nations se rendirent cependant célèbres par leur cavalerie ; mais, en général, la principale force des Germains consistait dans une infanterie[80] redoutable, rangée en différentes colonnes, selon la distinction des tribus et des familles. [Et de discipline.]Trop impétueux pour s’accommoder des délais et pour supporter les fatigues, ces soldats, à peine armés, s’élançaient sur le champ de bataille sans aucun ordre et en poussant des cris terribles. Quelquefois la fougue d’un courage inné renversait la valeur moins libre et moins naturelle des mercenaires romains. Mais comme les Barbares jetaient tout leur feu dès le premier choc, ils ne savaient ni se rallier, ni faire retraite. Un premier échec assurait leur défaite ; une défaite entraînait presque toujours une destruction totale. Lorsque nous nous rappelons l’armure complète des Romains, les exercices, la discipline et les évolutions de leurs troupes, leurs camps fortifiés et leurs machines de guerre, nous ne pouvons assez nous étonner que des sauvages nus, et sans autre secours que leur valeur, aient osé se mesurer contre des légions formidables et les différens corps d’auxiliaires qui secondaient leurs opérations. Il fallut, pour balancer les forces, que le luxe eût énervé la vigueur des Romains, et qu’un esprit de désobéissance et de sédition eût relâché la discipline de leurs armées. Rome perdit elle-même de sa supériorité en recevant dans ses armées des Barbares auxiliaires ; démarche fatale qui leur apprit insensiblement l’art de la guerre et de la politique. Quoiqu’elle les admît en petit nombre et avec la plus grande circonspection, l’exemple de Civilis aurait dû lui apprendre qu’elle s’exposait à un danger évident, et que ses précautions n’étaient pas toujours suffisantes[81]. Durant les discordes intestines qui suivirent la mort de Néron, cet adroit et intrépide Batave, que ses ennemis ont daigné comparer avec Annibal et avec Sertorius[82], forma le noble projet de briser les fers de ses compatriotes, et de rendre leur nom célèbre. Huit cohortes bataves, dont le courage avait été éprouvé dans les guerres de Bretagne et d’Italie, se rangèrent sous son étendard. Il Introduisit au sein de la Gaule une armée de Germains. À son approche, Trèves et Langres, cités importantes, furent forcées d’embrasser sa cause. Il défit les légions, détruisit leurs camps fortifiés, et employa contre les Romains les talens et la science militaire qu’il avait acquises en servant avec eux. Lorsque enfin, après une défense opiniâtre, il fut contraint de céder à la puissance de l’empire, il assura sa liberté et celle de sa patrie par un traité honorable. Les Bataves demeurèrent en possession des îles du Rhin[83], comme alliés, et non comme sujets de la monarchie romaine.

Dissensions civiles des Germains.

II. Les Germains auraient paru bien redoutables, si toutes leurs forces réunies eussent agi dans la même direction. La totalité du pays qu’ils occupaient pouvait contenir un million de guerriers, puisque tous ceux qui étaient en âge de porter les armes désiraient de s’en servir. Mais cette indocile multitude, incapable de concevoir ou d’exécuter aucun projet tendant à la gloire nationale, se laissait entraîner par une foule d’intérêts divers et souvent contraires les uns aux autres. La Germanie renfermait plus de quarante états indépendans ; et même, dans chaque état, les différentes tribus qui le composaient ne se tenaient entre elles que par de faibles liens. Ces Barbares s’enflammaient aisément ; ils ne savaient pas pardonner une injure, encore moins une insulte. Dans leur colère implacable, ils ne respiraient que le sang. Les disputes qui arrivaient si fréquemment dans leurs parties tumultueuses de chasse ou de débauche, suffisaient pour provoquer des nations entières. Les vassaux et les alliés d’un chef puissant partageaient ses animosités. Punir le superbe, ou enlever les dépouilles du faible, étaient également des motifs de guerre. Les plus formidables états de la Germanie affectaient d’étendre autour de leurs territoires d’immenses solitudes et des frontières dévastées. La distance respectueuse que leurs voisins avaient soin d’observer à leur égard attestait la terreur de leurs armes, et les mettait en quelque sorte, à l’abri du danger d’une invasion subite[84].

Fomentées par la politique de Rome.

« Les Bructères[85] ne sont plus (c’est maintenant Tacite[86] qui parle) ; leur hauteur insupportable, le désir de profiter de leurs dépouilles, ou peut-être le ciel, protecteur de notre empire, ont réuni contre eux les peuples voisins[87], qui les ont chassés et détruits. Les dieux nous ont ménagé jusqu’au plaisir d’être spectateurs du combat. Plus de soixante mille hommes ont péri, non sous l’effort des armes romaines, mais, ce qui est plus magnifique, pour nous servir de spectacle et d’amusement. Si les peuples étrangers ne peuvent se résoudre à nous aimer, puissent-ils du moins se haïr toujours ! Dans cet état de grandeur[88] où les destins de Rome nous ont élevés, la fortune n’a plus rien à faire que de livrer nos ennemis à leurs propres dissensions[89]. » Ces sentimens, moins dignes de l’humanité que du patriotisme de Tacite, expriment les maximes invariables de la politique de ses concitoyens. En combattant les Barbares, une victoire n’aurait été ni utile ni glorieuse ; il paraissait bien plus sûr de les diviser. Les trésors et les négociations de Rome pénétrèrent dans le cœur de la Germanie, et les empereurs employèrent avec dignité toutes sortes de moyens pour séduire ceux de ces peuples dont leur situation, sur les bords du Rhin ou du Danube, pouvait rendre l’amitié aussi avantageuse, que leur inimitié eût été incommode. On flattait la vanité des principaux chefs par des présens de peu de valeur, qu’ils recevaient comme objets de luxe, ou comme marque de distinction. Dans les guerres civiles, la faction la plus faible cherchait à se fortifier en formant des liaisons secrètes avec les gouverneurs des provinces frontières. Toutes les querelles des Germains étaient fomentées par les intrigues de Rome ; tous leurs projets d’union et de bien public renversés par l’action puissante de la jalousie et de l’intérêt particulier[90].

Union passagère contre Marc-Aurèle.

Sous le règne de Marc-Aurèle, presque tous les Germains, des Sarmates même, entrèrent dans une conspiration générale qui glaça l’empire d’effroi. Quel motif pouvait rassembler tout à coup tant de nations différentes, depuis l’embouchure du Rhin jusqu’à celle du Danube[91] ? Il nous est impossible de déterminer si ce fut la raison, la nécessité ou la passion qui les réunit. Nous devons seulement être assurés que les Barbares ne furent ni attirés par l’indolence, ni provoqués par l’ambition de l’empereur romain. Une invasion si dangereuse exigeait toute la fermeté et toute la vigilance de Marc-Aurèle. Il confia plusieurs postes importans à d’habiles généraux, et il prit en personne le commandement de ses armées dans la province du Haut-Danube, où sa présence paraissait plus nécessaire. Après plusieurs campagnes sanglantes, où la victoire fut souvent disputée, il vint à bout de dompter la résistance de ces Barbares. Les Quades et les Marcomans[92], qui avaient donné le signal de la guerre, en furent les principales victimes. Ces peuples habitaient les rives du Danube. L’empereur les força de se retirer à cinq milles au-delà de ce fleuve[93], et de lui livrer la fleur de leur jeunesse, qui fut aussitôt envoyée en Bretagne, où elle pouvait servir d’otage, et devenir utile dans l’armée[94]. Les fréquentes rebellions des Quades et des Marcomans avaient tellement irrité Marc-Aurèle, qu’il se proposait de réduire leur pays en province. La mort l’en empêcha ; mais cette ligue redoutable, la seule dont l’histoire fasse mention dans les deux premiers siècles de l’empire, fut entièrement dissipée, et il n’en subsista aucune trace parmi les peuples du Nord.

Distinction des tribus germaniques.

Jusqu’à présent nous nous sommes bornés aux principaux traits des mœurs de la Germanie, sans essayer de décrire ou de distinguer les différentes tribus que cette contrée renfermait au temps de César, de Tacite et de Ptolémée. Nous parlerons en peu de mots de leur origine, de leur situation et de leur caractère particulier, à mesure qu’elles se présenteront dans la suite de cette histoire. Les nations modernes sont des sociétés fixes et permanentes, liées entre elles par les lois et par le gouvernement ; les arts et l’agriculture les tiennent constamment attachées à leur pays natal. Les tribus germaniques étaient des associations volontaires et mouvantes, composées de soldats, je dirais presque de sauvages. Le même territoire, exposé à un reflux perpétuel de conquêtes et de migrations, changeait plus d’une fois d’habitans dans un court espace de temps. Lorsque plusieurs communautés s’unissaient pour former un plan d’invasion ou de défense, elles donnaient un nouveau titre à leur nouvelle confédération. La dissolution d’une ancienne ligue rendait aux tribus indépendantes les dénominations qui leur étaient propres, et qu’elles avaient oubliées pendant long-temps. Un peuple vaincu adoptait souvent le nom du vainqueur. Quelquefois des flots de volontaires accouraient de tous côtés se ranger sous les étendards d’un chef renommé. Son camp devenait leur patrie ; et bientôt quelque circonstance particulière servait à designer toute la multitude. Ces peuples féroces, effaçant et renouvelant sans cesse les distinctions qui servaient à les séparer, étaient perpétuellement confondus ensemble par les sujets consternés de l’Empire romain[95].

Leur nombre.

Les guerres et l’administration des affaires publiques sont les principaux sujets de l’histoire ; mais le nombre des personnages qui remplissent la scène varie selon les différentes conditions du genre humain. Dans les grandes monarchies, des millions d’hommes, condamnés à l’obscurité, se livrent en paix à des occupations utiles. L’écrivain et le lecteur n’ont alors devant les yeux qu’une cour, une capitale, une armée régulière, et les pays qui peuvent être le théâtre de la guerre ; mais, au sein des discordes civiles, chez un peuple libre et barbare, ou dans de petites républiques[96], les situations deviennent bien plus intéressantes : presque tous les membres de la société sont en action, et méritent par conséquent d’être connus. Les divisions irrégulières des Germains, leur agitation perpétuelle, éblouissent notre imagination : il semble que leur nombre se multiplie. Cette énumération prodigieuse de rois et de guerriers, d’armées et de nations, ne doit pas nous faire oublier que les mêmes objets ont sans cesse été représentés sous des dénominations différentes, et que les dénominations les plus magnifiques ont été souvent prodiguées aux objets les moins importans.

Notes (i) du chapitre IX
  1. Les Scythes, même d’après les anciens, ne sont point les Sarmates. Les Grecs, après avoir divisé le monde en Grecs et Barbares, divisèrent les Barbares en quatre grandes classes : les Celtes, les Scythes, les Indiens et les Éthiopiens. Ils appelaient Celtes tous les habitans des Gaules. La Scythie s’étendait depuis la mer Baltique jusqu’au lac Aral ; les peuples renfermés dans l’angle qui se trouvait au nord-ouest entre la Celtique et la Scythie furent nommés Celto-Scythes, et les Sarmates furent placés dans la partie méridionale de cet angle. Mais ces noms de Celtes, de Scythes, de Celto-Scythes et de Sarmates ont été inventés, dit Schloezer, par la profonde ignorance des Grecs en cosmographie, et n’ont point de réalité : ce sont des divisions purement géographiques qui n’ont aucun rapport avec la véritable filiation des peuples. Ainsi tous les habitans des Gaules sont appelés Celtes par la plupart des anciens ; cependant les Gaules renfermaient trois nations tout-à-fait différentes : les Belges, les Aquitains, et les Gaulois proprement dits. Hi omnes linguá, institutis, legibus inter se differunt (Cæsar., Comm., c. 1). C’est ainsi que les Turcs appellent tous les Européens des Francs. (Schlœzer, Allgemeine Nordische Geschichte, p. 289, 1771. — Bayer, De origine et priscis sedibus Scytharum, in Opusc., p. 64, dit : Primus corum, de quibus constat, Ephorus in quarto historiarum libro orbem terrarum inter Scythas, Indos, Æthiopas et Celtas divisit. Fragmentum ejus loci Cosmas Indicopleustes in topographiâ christianâ, f. 148. conservavit. Video igitur Ephorum, cum locorurn positus per certa capita distribuere et explicare constitueret insigniorum nomina gentium vastioribus spatiis adhibuisse ; nuila mala fraude at successu infelici. Nam Ephoro quoquo modo dicta pro exploratis habebant Græci plerique et Romani : ita gliscebat error posteritate. Igitur tot tamque diversæ stirpis gentes non modò intra communem quandam regionem definitæ, unum omnes Scytharum nomen his auctoribus subierunt, sed etiam ab illâ regionis adpellatione in eandem nationem sunt conflatæ. Sic Cimmeriorum res cum Scythicis, Scytharam cum Sarmaticis, Russicis, Hunnicis, Tataricis commiscentur. (Note de l’Éditeur).
  2. La Germanie n’avait pas une si grande étendue. « C’est d’après César, et surtout d’après Ptolémée, dit Gatterer, que nous pouvons connaître ce qu’était l’ancienne Germanie avant que les guerres des Romains eussent changé la situation des peuples. La Germanie, changée par ces guerres, nous a été décrite par Strabon, par Pline et par Tacite… La Germanie proprement dite, ou grande Germanie, était bornée à l’ouest par le Rhin, à l’est par la Vistule, au nord par la pointe méridionale de la Norwège, par la Suède et par l’Estonie. Quant au midi, le Mein et les montagnes du Nord de la Bohême en faisaient les limites. Avant César, le pays compris entre le Mein et le Danube était occupé en partie par les Helvétiens et par d’autres Gaulois, en partie par la forêt Hercynienne ; mais depuis César jusqu’à la grande migration des peuples, ces bornes furent reculées jusqu’au Danube, ou, ce qui revient au même, jusqu’aux Alpes de la Souabe, quoique la forêt Hercynienne occupât encore, du sud au nord, un espace de neuf jours de marche sur les deux rives du Danube. » (Gatterers Versuch einer allgemeinen Weltgeschichte, p. 424, édit. de 1792.)
    Cette vaste contrée était loin d’être habitée par une seule nation partagée en différentes tribus d’une même origine : on pouvait y compter trois races principales, très-distinctes par leur langage, leur origine et leurs moeurs : 1o. à l’orient, les Slaves ou Vandales ; 2o. à l’occident, les Cimriens ou Cimbres ; 3o. entre les Slaves et les Cimbres se trouvaient les Allemands proprement dits (les Suèves de Tacite). Le midi était habité, avant Jules-César, par des nations d’origine gauloise ; les Suèves l’occupèrent dans la suite.
    1o. Les Slaves, appelés depuis Vandales (Wenden), étaient, selon quelques savans, aborigènes de la Germanie, et, selon d’autres, ne s’y sont introduits que plus tard, en s’emparant d’abord de la partie occidentale, abandonnée par les Vandales proprement dits, dont ils prirent aussi le nom. « Ces derniers appartenaient, dit Adelung, à la race des Suèves ; Pline, Tacite et Dion-Cassius les nomment. Ils conquirent la Dacie sur les Goths ; mais, chassés à leur tour, ils errèrent dans la Pannonie, dans les Gaules, en Espagne, et vinrent enfin trouver leur tombeau en Afrique, un peu avant l’an 534 de Jésus-Christ. Adelungs ælteste Geschichte der Deutschen, ihrer sprache bis zur Vœlkerwanderung.
    Schlœzer, au contraire, dans son Histoire universelle du Nord, y fait considérer les Slaves comme originaires de la Germanie orientale, quoique inconnus aux Romains ; il les divise en Slaves méridionaux, qui occupaient les pays que nous nommons aujourd’hui la Carniole et la Carinthie, la Styrie et le Frioul ; et en Slaves septentrionaux qui occupaient le Mecklenbourg, la Poméranie, le Brandebourg, la Haute-Saxe et la Lusace. Leur langue, l’esclavon, est la tige d’où sont sortis le russe, le polonais, le bohémien, les dialectes de la Lusace, de quelques parties du duché de Lunebourg, de la Carniole, de la Carinthie et de la Styrie, etc., ceux de la Croatie, de la Bosnie et de la Bulgarie. (Voyez Schlœz., Histoire universelle du Nord, p. 323-335.)
    Gatterer, dans son Essai d’une Histoire universelle, a mieux traité cette question, et son opinion me paraît prouvée. Il a montré que les pays situés à l’ouest du Niémen, de la Vistule et de la Theiss avaient été habités jusqu’au troisième siècle par des peuples non Slaves, d’origine germanique : les Slaves occupaient alors les terres situées à l’est de ces trois fleuves : ils étaient divisés, d’après Jornandès et Procope, en trois classes : les Vénèdes ou Vandales, les Antes et les Slaves proprement dits. Les premiers prirent le nom de Vénèdes, au troisième siècle, après avoir chassé des pays situés entre le Mémel et la Vistule, les Vandales ou Vénèdes, Germains qui s’étendaient jusqu’aux monts Krapaks. Les Antes habitaient entre le Dniester et le Dnieper, au nord-ouest de la Crimée. Les Slaves proprement dits, ou Esclavons, habitaient, au sixième siècle, le nord de la Dacie, et paraissent avoir été le peuple que Trajan chassa de la Dacie méridionale. Pendant et après la grande migration des peuples, ces diverses tribus slaves s’avancèrent et envahirent tout le pays jusqu’aux rives de l’Elbe et de la Saal, occupé auparavant par les Germains que Tacite appelle Suèves. Ce n’est donc que depuis cette époque que les Slaves, du moins les Antes et les Esclavons, peuvent être compris dans la Germanie. Les Vandales slaves sont les seuls dont l’établissement en Germanie soit d’une date plus reculée. Gatterers Versuch einer Allgeimeinen Weltgeschichte, p. 538, éd. de 1792.
    2o. Adelung, dans son Histoire ancienne de l’Allemagne, divise les peuples germains (d’après César et dès les temps les plus anciens) en deux races principales, les Suèves et les non Suèves : il donne à ces derniers, qui habitaient la Germanie occidentale, la dénomination générale de Cimbres : c’était le nom des peuples qui avaient passé le Rhin long-temps avant César, et s’étaient emparés d’une grande partie de la Gaule, entre autres de la Belgique ; César et Pline les appellent aussi Belges. Les habitans de la presqu’île du Jutland s’appelaient aussi Cimbres. Pline fait aussi mention de Cimbres qui se trouvaient sur la rive droite du Rhin ; il paraît vraisemblable, d’après cela, que tous les habitans de la Germanie occidentale étaient des Cimbres. Les restes des Cimbres se retrouvent dans le pays de Galles et dans la Basse-Bretagne, où leur nom s’est conservé dans celui de Cymri, C’est à la race des Cimbres allemands, c’est-à-dire habitans de la rive droite du Rhin, qu’appartenaient plusieurs des tribus dont les noms se retrouvent dans les auteurs anciens, telles que les Gutthones, ceux du Jutland ; Usipeti, dans la Westphalie ; Sigambri, dans le duché de Berg, etc. (Adelungs ælteste geschichte der Deutschen, p. 239 et suiv.)
    3o. À l’orient des tribus cimbriques se trouvait la nation des Suèves, que les Romains ont connue très-anciennement, puisque L. Corn. Sisenna, qui vivait cent vingt-trois ans avant Jésus-Christ, en fait déjà mention. (Nonius v. Lancea.) Elle s’étendait jusqu’aux bords de la Vistule, et depuis la forêt Hercynienne jusqu’à la mer Baltique. À l’Orient, elle fut constamment pressée par les Slaves, qui la forcèrent à se jeter sur les Cimbres, dont une partie passa le Rhin et envahit le nord de la Gaule : de là vint la haine qui régnait entre les deux nations. Les écrivains grecs et romains comprennent ordinairement, sous le titre de Suèves, toutes les tribus qui habitaient dans l’espace que nous venons de déterminer ; mais ils donnent parfois ce nom à des tribus particulières à qui ils n’en connaissaient point d’autre : ainsi César appelle presque toujours les Cattes (aujourd’hui les Hessois) Suèves. Plus tard, ce nom ne fut donné qu’aux Marcomans et aux Quades, qui le portaient lors de leur invasion dans la Gaule et en Espagne. (Les Marcomans habitaient d’abord le royaume de Wurtemberg et le pays compris entre la Forêt Noire et le Danube, dont ils avaient chassé les Helvétiens. Poussés par les Romains, ils s’établirent en Bohème, en Moravie et en Autriche, où ils subjuguèrent les Quades et où ils restèrent jusqu’à leur irruption dans l’Occident). Le nom de Suèves s’est conservé dans celui de Souabe. (Adel. ælt. gesch. der Deutsch., p. 192 et suiv.)
    Telles sont les principales races qui habitaient la Germanie : elles se sont poussées d’orient en occident, et ont servi de tige aux races modernes ; mais l’Europe septentrionale n’a pas été peuplée uniquement par elles ; d’autres races d’origine différente, et parlant d’autres langues, l’ont habitée et y ont laissé des descendans. (Voyez Schlœzer, Hist. univ. du Nord, p. 291.)
    Les tribus germaniques s’appelaient elles-mêmes, dans les temps très-reculés, du nom générique de Teutons (Teuten Deutschen), que Tacite fait dériver de celui de l’un de leurs dieux, Tuisco. Il paraît plus vraisemblable que ce mot signifiait simplement hommes, peuple : une foule de nations sauvages n’ont pas su se donner un autre nom ; ainsi les Lapons s’appellent Almag, peuple ; les Samoïèdes, Nilletz, Nissetsch, hommes, etc. Quant au nom de Germains (Germani), César le trouva en usage dans la Gaule, et s’en servit comme d’un nom déjà connu des Romains. Plusieurs savans, d’après un passage de Tacite (De mor. Germ., c. 2), ont cru qu’il n’avait été donné aux Teutons que depuis César ; mais Adelung a combattu victorieusement cette opinion. Le nom de Germains se retrouve dans les Fastes capitolins. (Voyez Gruter, incript. 2899, où le consul Marcellus, l’an de Rome 531, est dit avoir défait les Gaulois, les Insubriens et les Germains, commandés par Virdomar. Voyez Adel., ælt. gesch. der Deutsch., p. 102. (Note de l’Éditeur.)
  3. Les philosophes modernes de la Suède semblent convenir que les eaux de la mer Baltique diminuent dans une proportion régulière ; et ils ont calculé que cette diminution est d’environ un demi-pouce par an. Le pays bas de la Scandinavie devait être, il a vingt siècles, couvert de la mer, tandis que les hauteurs s’élevaient au-dessus des eaux, comme autant d’îles différentes par leur forme et par leur étendue. Telle est réellement l’idée que Mela, Pline et Tacite nous donnent des contrées baignées par la mer Baltique. Voyez dans la Bibliothéque raisonnée, tom. XL et XLV, un extrait étendu de l’Histoire de Suède, de Dalin, composée en suédois.
  4. En particulier M. Hume, l’abbé Dubos et M. Pelloutier. Hist. des Celtes, t. I.
  5. Diodore de Sicile, l. V, p. 340. édit. Wessel ; Hérodien, liv. VI, p. 221 ; Jornandès, c. 55. Sur les rives du Danube, le vin était souvent gelé, et on l’apportait à table en gros morceaux : frusta vini. (Ovide, Epist. ex ponto, l. IV, 7, 9, 10 ; Virgile, Géorg., l. III, 355). Ce fait est confirmé par un observateur, soldat et philosophe, qui avait senti le froid rigoureux de la Thrace. Voyez Xénophon, Retraite des dix mille, l. VII, p. 560, édit. Hutchinson.
  6. Buffon, Hist. nat., tom. XII, p. 79, 116.
  7. César, De bell. gall., VI, 23, etc. Les Germains les plus instruits ne connaissaient pas les dernières limites de cette forêt, quoique quelques-uns d’entre eux y eussent fait plus de soixante journées de chemin.
  8. Cluvier (Germania antiqua, l. III, c. 47) recherche de tous côtés les plus petits restes de la forêt Hercynienne.
  9. Charlevoix, Hist. du Canada.
  10. Olaus-Rudbek assure qu’en Suède les femmes ont dix ou douze enfans, et quelquefois vingt ou trente, mais l’autorité de Rudbek est très-suspecte.
  11. In hos artus, in hæc corpora, quæ miramur excrescunt. Tacite, Germ., III, 20. Cluvier, l. I, c. 14.
  12. Plutarque, Vie de Marius. Les Cimbres s’amusaient souvent à descendre, sur leurs larges boucliers, des montagnes de neige.
  13. Les Romains faisaient la guerre dans tous les climats ; partout leur vigueur et leur santé se soutenaient, en grande partie, par leur discipline excellente. On peut remarquer que l’homme est le seul animal qui puisse vivre et se reproduire dans toutes les contrées, depuis l’équateur jusqu’aux pôles. Sous ce rapport, le cochon est celui de tous les animaux qui semble approcher le plus de notre espèce.
  14. Tacite, Germ., c. 3. Les Gaulois, dans leurs migrations, suivirent le cours du Danube, et se répandirent dans la Grèce et en Asie. Tacite n’a pu découvrir qu’une très-petite tribu, qui conservât quelques traces d’une origine gauloise (*).
    (*) Gothines, qu’il ne faut pas confondre avec les Goths (Gothen) tribu suève. Il y avait le long du Danube, du temps de César, plusieurs autres tribus d’origine gauloise, qui ne purent long-temps tenir contre les attaques des Suèves. Les Helvétiens qui habitaient à l’entrée de la forêt Noire, entre le Mein et le Danube, avaient été chassés long-temps avant César. Il fait aussi mention des Volces Tectosages, venus du Languedoc, établis autour de la forêt Noire. Les Boïens, qui avaient pénétré dans cette forêt, et qui ont laissé dans la Bohème des traces de leur nom, furent subjugués, au premier siècle, par les Marcomans. Les Boïens établis dans la Norique se fondirent dans la suite avec les Lombards, et reçurent le nom de Boïo-arii (Bavière). (Note de l’Éditeur).
  15. Selon le docteur Keating (Hist. d’Irlande, p. 13, 14), le géant Partholanus, qui était fils de Seara, fils d’Esra, fils de Sru, fils de Framant, fils de Fathaclan, fils de Magog, fils de Japhet, fils de Noé, débarqua sur la côte de Munster le 14 mai de l’année du monde 1978. Quoiqu’il réussit dans cette grande entreprise, la conduite déréglée de sa femme le rendit très-malheureux dans sa vie domestique, et l’irrita à un tel point, qu’il tua un lévrier qu’elle aimait beaucoup. Selon la remarque judicieuse du savant historien, ce fut le premier exemple de fausseté et d’infidélité parmi les femmes, que l’on vit alors en Irlande.
  16. Histoire généalogique des Tartares, par Abulghazi Bahadur Khan.
  17. Son ouvrage, qui a pour titre, Atlantica, est singulièrement rare. Bayle en a donné deux extraits fort curieux. (Rép. des lettres, janvier et février 1685).
  18. Tacite, Germ., II, 19. Literarum secreta viri pariter ac feminæ ignorant. Nous pouvons nous contenter de cette autorité décisive, sans entrer dans des disputes obscures, concernant l’antiquité des caractères runiques. Selon le savant Celsius, suédois, qui joignit l’érudition à la philosophie, ces caractères n’étaient autre chose que les lettres romaines, avec les courbes changées en lignes droites pour la facilité de la gravure. Voyez Pelloutier, Histoire des Celtes, l. II, c. 2 ; Dictionnaire diplomatique t. I, p. 223. Nous pouvons ajouter que les plus anciennes inscriptions runiques sont supposées être du troisième siècle, et que le plus ancien écrivain qui ait parlé des caractères runiques est Venantius-Fortunatus (Carm. VII, 18), qui vivait vers la fin du sixième siècle.

    Barbara Fraxineis pingatur ruua tabellis.

  19. Recherches philosophiques sur les Américains, t. III, p. 228. Cet ouvrage curieux est, dit-on, d’un Allemand.
  20. Le géographe d’Alexandrie est souvent critiqué par l’exact Cluvier.
  21. Voyez César et le savant M. Whitaker, dans son Histoire de Manchester, tom. I.
  22. Tacite, Germ., 15.
  23. Lorsque les Germains ordonnèrent aux Ubiens, habitans de Cologne, de secouer le joug des Romains, et de reprendre, avec leur nouvelle liberté, leurs anciennes mœurs, ils exigèrent d’eux qu’ils démoliraient immédiatement les murailles de la colonie. Postulamus à vobis, muros coloniæ, munimenta servilii detrahatis ; etiam fera animalia, si clausa teneas, virtutis obliviscuntir. (Tacite, Hist., IV, 64.)
  24. Les maisons dispersées, qui forment un village en Silésie, s’étendent sur une longueur de plusieurs milles. Voyez Cluvier, l. I, c. 13.
  25. Cent quarante ans après Tacite, quelques bâtimens plus réguliers furent construits près les bords du Rhin et du Danube. (Hérodien, l. VII, p. 234.)
  26. Tacite, Germ., 17.
  27. Tacite, Germ., 5.
  28. César, De bell. gall., VI, 21.
  29. Tacite, Germ., 26 ; César, VI, 22.
  30. Tacite, Germ., 6.
  31. On prétend que les Mexicains et les Péruviens, sans connaître l’usage de la monnaie ou du fer, ont fait de grands progrès dans les arts. Ces arts, et les monumens qu’ils ont produits, ont été singulièrement exagérés. Voyez les Recherches sur les Américains, t. II, p. 153, etc.
  32. Tacite, Germ., 15.
  33. Idem, 22, 23.
  34. Tacite, Germ., 24. Les Germains avaient peut-être tiré leurs jeux des Romains ; mais la passion du jeu est singulièrement inhérente à l’espèce humaine.
  35. Tacite, Germ., 14.
  36. Plutarque, Vie de Camille ; Tite-Live, V, 33.
  37. Dubos, Hist. de la Monarchie française, tom. I, p. 193.
  38. La nation helvétienne, qui sortit du pays appelé maintenant la Suisse, contenait trois cent soixante-huit mille personnes de tout âge et de tout sexe. (César, De bell. gall., l. I, 29.) Aujourd’hui le nombre des habitans du pays de Vaud (petit district situé sur le bord du lac de Genève, et plus distingué par la politesse des mœurs que par l’industrie) se monte à cent douze mille cinq cent quatre-vingt-onze. Voyez une excellente dissertation de M. Muret, dans les Mémoires de la Société de Berne.
  39. Paul-Diacre, c. 1, 2, 3. Davila, Machiavel, et le reste de ceux qui ont suivi Paul-Diacre, n’ont point assez connu la nature de ces migrations, lorsqu’ils les ont représentées comme des entreprises concertées et régulières.
  40. Sir William Temple et M. de Montesquieu s’abandonnent sur ce sujet à la vivacité ordinaire de leur imagination.
  41. Machiavel, Histoire de Florence, liv. I ; Mariana, Hist. d’Espagne, l. V, c. 1.
  42. Robertson, Hist. de Charles-Quint ; Hume, Essais polit.
  43. Traduction de l’abbé de La Bléterie.
  44. Tacite, Germ., 44, 45. Frenshemius, qui a dédié son Supplément de Tite-Live à Christine, reine de Suède, croit devoir paraître très-fâché contre le Romain qui traite avec si peu de respect les reines du Nord.
  45. Les Suéones et les Sitones étaient les anciens habitans de la Scandinavie ; leur nom se retrouve dans celui de Suède : ils n’appartenaient point à la race des Suèves, mais à celle des peuples non Suèves ou Cimbres que les Suèves, dans des temps très-anciens, repoussèrent en partie vers l’occident, en partie vers le nord : ils se mêlèrent dans la suite avec les tribus suèves, entre autres avec les Goths, qui ont laissé les traces de leur nom et de leur domination dans l’île de Gothland. (Note de l’Éditeur.)
  46. Ne pouvons-nous pas imaginer que la superstition enfanta le despotisme ? Les descendans d’Odin, dont la race existait encore en 1060, régnèrent, dit-on, en Suède plus de mille ans. Le temple d’Upsal était l’ancien siége de la religion et de l’empire. En 1153, je trouve une loi singulière qui défendait l’usage et la profession des armes à toute personne, excepté aux gardes du roi. N’est-il pas vraisemblable que cette loi fut colorée par le prétexte de faire revivre une ancienne institution ? (Voyez l’Histoire de Suède, par Dalin, dans la Biblioth. raisonnée, t. XL et XLV.)
  47. Tacite, Germ., c. 43.
  48. Id., c. 11, 12, 13, etc.
  49. Grotius change une expression de Tacite, pertractantur, en prætractantur : cette correction est également juste et ingénieuse.
  50. Souvent même, dans l’ancien parlement d’Angleterre, les barons emportaient une question, moins par le nombre des voix que par celui de leurs suivans armés.
  51. César, De bell. gall., VI, 23.
  52. Minuunt controversias ; expression très-heureuse de César.
  53. Reges ex nobilitate, duces ex virtute sumunt. Tacite, Germ., 7.
  54. Cluvier, Germ. ant., l. I, c. 38.
  55. César, VI, 22 ; Tacite, Germ., 26.
  56. Tacite, Germ., 7.
  57. Tacite, Germ., 13, 14. Traduction de Montesquieu, Esprit des Lois, l. XXX, c. 3.
  58. Esprit des Lois, l. XXX, c. 3. Au reste, l’imagination brillante de Montesquieu est corrigée par la logique exacte de M. l’abbé de Mably, Observ. sur l’Hist. de France, t. I, page 356.
  59. Gaudent muneribus, sed nec data imputant, nec acceptis obligantur. (Tacite, Germ., 21).
  60. La femme coupable d’adultère était fouettée dans tout le village. Ni la richesse ni la beauté ne pouvaient exciter de compassion, ni lui procurer un second mari. (Tacite, Germ., 18, 19.)
  61. Ovide emploie deux cents vers à chercher les endroits les plus favorables à l’amour. Il regarde surtout le théâtre comme le lieu le plus propre à rassembler les beautés de Rome, et à leur inspirer la tendresse et la sensualité.
  62. Tacite, Hist., IV, 62, 65.
  63. Le présent de mariage était une paire de bœufs, des chevaux et des armes. (Germ., c. 18.) Tacite traite ce sujet avec un peu trop de pompe.
  64. Le changement de exigere en exugere est une excellente correction.
  65. Tacite, Germ., 7 ; Plutarque, Vie de Marius. Les femmes des Teutons, avant de se tuer et de massacrer leurs enfans, avaient offert de se rendre, à condition qu’elles seraient reçues comme esclaves des vestales.
  66. Tacite a traité cet obscur sujet en peu de mots, et Cluvier en cent vingt-quatre pages. Le premier aperçoit en Germanie les dieux de la Grèce et de Rome ; l’autre assure positivement que, sous les emblèmes du soleil, de la lune et du feu, ses pieux ancêtres adoraient la Trinité dans l’unité.
  67. Le bois sacré, décrit par Lucain avec une horreur si sublime, était dans le voisinage de Marseille ; mais il y en avait plusieurs de la même espèce en Germanie.
  68. Les anciens Germains avaient des idoles informes, et, dès qu’ils commencèrent à se bâtir des demeures plus fixes, ils élevaient aussi des temples, tels que celui de la déesse Tanfana, qui présidait à la divination. Voyez Adelung, Hist. anc. des Germains, p. 296. (Note de l’Éditeur.)
  69. Tacite, Germ., 7.
  70. Tacite, Germ., 40.
  71. Robertson, Hist. de Charles-Quint, vol. I, note 21.
  72. Tacite, Germ., 7. Ces étendards n’étaient que des têtes d’animaux sauvages.
  73. Voyez un exemple de cette coutume. Tacite, Ann., XIII, 57.
  74. César, Diodore et Lucain paraissent attribuer cette doctrine aux Gaulois ; mais M. Pelloutier (Hist. des Celtes, l. III, c. 18) travaille à réduire leurs expressions à un sens plus orthodoxe.
  75. Pour connaître cette doctrine grossière, mais séduisante, voyez la fable IXe de l’Edda, dans la trad. curieuse de ce livre, donnée par M. Mallet, Introduction à l’Histoire du Danemarck.
  76. Tacite, Germ. 3 ; Diodore de Sicile, l. V ; Strab., l. IV, p. 197. On peut se rappeler le rang que Démodocus tenait à la cour du roi des Phéaciens, et l’ardeur que Tyrtée inspira aux Spartiates découragés. Cependant il est peu vraisemblable que les Grecs et les Germains fussent le même peuple. Nos antiquaires s’épargneraient beaucoup d’érudition frivole, s’ils se donnaient la peine de réfléchir que des situations semblables produiront naturellement des mœurs semblables.
  77. Outre ces chants de guerre, les Germains chantaient dans leurs repas de fête (Tacite, Ann., l. I, c. 65), et auprès du cadavre des héros morts. Le roi Théodoric, de la tribu des Goths, tué dans une action contre Attila, fut honoré par des chants, tandis qu’on l’emportait du champ de bataille. (Jornandès, c. 41). Le même honneur fut rendu aux restes d’Attila. (Jornandès, c. 49.)
    Selon quelques historiens, les Germains chantaient aussi à leurs noces ; mais cela me paraît peu d’accord avec leurs coutumes, qui ne faisaient guère du mariage que l’achat d’une femme. D’ailleurs on n’en trouve qu’un seul exemple ; celui du roi goth Ataulphe, qui chanta lui-même l’hymne nuptial en épousant Placidie, sœur des empereurs Arcadius et Honorius (Olympiodor., p. 8) ; encore ce mariage fut-il célébré selon les rites des Romains, dont les chants faisaient partie. Adelung, Hist. anc. des Germains, p. 382. (Note de l’Éditeur).
  78. Missilia spargunt. Tacite, Germ., 6. Soit que cet historien ait employé une expression vague, soit qu’il ait voulu dire que ces dards étaient lancés au hasard.
  79. Traduction de l’abbé de La Bléterie. (Note du Trad.)
  80. C’était en quoi les Germains étaient principalement distingués des Sarmates, qui combattaient généralement à cheval.
  81. La relation de cette entreprise occupe une grande partie du IVe et du Ve livre de l’Histoire de Tacite, qui a traité ce sujet avec plus d’éloquence que de clarté. Sir Henry Saville relève, dans sa narration, plusieurs inexactitudes.
  82. Tacite, Hist., IV, 13. Comme eux il avait perdu un œil.
  83. Ces îles étaient renfermées entre les deux anciennes branches du Rhin, telles qu’elles subsistaient avant que la face du pays eût été changée par l’art et par la nature. (Voyez Cluvier, Germ. ant., l. II, c. 30, 37).
  84. César, De bel. gall., l. VI, 23.
  85. Les Bructères étaient une tribu non suève qui habitait au-dessous des duchés d’Oldenbourg et de Lauenbourg, sur les bords de la Lippe et dans les montagnes du Hartz. Ce fut chez eux que la prêtresse Velleda se rendit célèbre. (Note de l’Éditeur).
  86. Traduction de l’abbé de La Bleterie. (Note du Trad.)
  87. Nazarius, Ammien, Claudien, etc., en font mention dans le quatrième et dans le cinquième siècle, comme d’une tribu de Francs. Voyez Cluvier, Germ. ant., l. III, c. 13.
  88. On lit communément urgentibus ; mais le bon sens, Juste-Lipse et quelques manuscrits, se déclarent pour vergentibus.
  89. Tacite, Germ., 33. Le dévot abbé de La Bléterie, très-irrité contre Tacite, rappelle ici le diable, qui fut homicide dès le commencement, etc.
  90. On peut voir dans Tacite et dans Dion plusieurs traces de cette politique ; et l’on peut juger, en considérant les principes de la nature humaine, qu’il en existait bien davantage.
  91. Hist. Aug., p. 31 ; Ammien-Marcellin, l. XXXI, c. 5 ; Aurel.-Victor. L’empereur Marc-Aurèle fut réduit à vendre les meubles magnifiques du palais, et à enrôler les esclaves et les malfaiteurs.
  92. Les Marcomans, colonie qui, venue des rives du Rhin, occupait la Bohème et la Moravie, avaient, dans des temps plus anciens, érigé une grande monarchie, et s’étaient rendus formidables sous leur roi Maroboduus. Voyez Strabon, l. VII ; Velleius-Paterculus, II, 105 ; Tacite, An., II, 63.
  93. M. Wotton (Histoire de Rome, p. 166) prétend qu’ils eurent ordre de se retirer dix fois plus loin. Son raisonnement est spécieux sans être décisif : cinq milles suffisaient pour une barrière fortifiée.
  94. Dion, l. LXXI et LXXII.
  95. Voyez une excellente dissertation sur l’origine et sur les migrations des peuples dans les Mémoires de l’Académie des inscriptions, tom. XVIII, p. 48-71. Il est bien rare que l’antiquaire et le philosophe se trouvent si heureusement réunis.
  96. Croirions-nous qu’Athènes ne contenait que vingt-un mille citoyens, et Sparte trente-neuf mille seulement ? Voy. Hume et Wallace, sur la population des temps anciens et modernes.