Hernani 1889/Acte I

Hetzel (p. 9-38).
Acte II.  ►


ACTE PREMIER


LE ROI


SARAGOSSE


Une chambre à coucher. La nuit. Une lampe sur une table.


Scène Première

DOÑA JOSEFA DUARTE, vieille, en noir, avec le corps de sa jupe cousu de jais à la mode d’Isabelle-la-catholique ; DON CARLOS.


Doña Josepha, seule.

Elle ferme les rideaux cramoisis de la fenêtre et met en ordre quelques fauteuils. On frappe à une petite porte dérobée à droite. Elle écoute. On frappe un second coup.

Serait-ce déjà lui.

Un nouveau coup.

Serait-ce déjà lui.C’est bien à l’escalier
Dérobé.

Un quatrième coup.

Dérobé.Vite, ouvrons.

Elle ouvre la petite porte masquée. Entre don Carlos, le manteau sur le visage et le chapeau sur les yeux.

Dérobé.Vite, ouvrons.Bonjour, beau cavalier.

Elle l’introduit. Il écarte son manteau, et laisse voir un riche costume de velours et de soie à la mode castillane de 1519. Elle le regarde sous le nez et recule.

Quoi ! Seigneur Hernani, ce n’est pas vous ! — Main-forte !
Au feu !


Don Carlos, lui saisissant le bras.

Au feu !Deux mots de plus, duègne, vous êtes morte !

Il la regarde fixement. Elle se tait effrayée.

Suis-je chez doña Sol ? fiancée au vieux duc
De Pastraña, son oncle, un bon seigneur, caduc,
Vénérable et jaloux ? dites ! La belle adore
Un cavalier sans barbe et sans moustache encore,
Et reçoit tous les soirs, malgré les envieux,
Le jeune amant sans barbe à la barbe du vieux.
Suis-je bien informé ?

Elle se tait. Il la secoue par le bras.

Suis-je bien informé ?Vous répondrez peut-être.


Doña Josepha.

Vous m’avez défendu de dire deux mots, maître.


Don Carlos.

Aussi n’en veux-je qu’un. — Oui, — non. — ta dame est bien
Doña Sol De Silva ? Parle.


Doña Josepha.

Doña Sol De Silva ? Parle.Oui. — Pourquoi ?


Don Carlos.

Doña Sol De Silva ? Parle. Oui. Pourquoi ?Pour rien.
Le duc, son vieux futur, est absent à cette heure ?


Doña Josepha.

Oui.


Don Carlos.

Oui.Sans doute elle attend son jeune ?


Doña Josepha.

Oui. Sans doute elle attend son jeune ? Oui.


Don Carlos.

Oui. Sans doute elle attend son jeune ? Oui.Que je meure !


Doña Josepha.

Oui.


Don Carlos.

Oui.Duègne, c’est ici qu’aura lieu l’entretien ?


Doña Josepha.

Oui.


Don Carlos.

Oui.Cache-moi céans.


Doña Josepha.

Oui. Cache-moi céans.Vous !


Don Carlos.

Oui. Cache-moi céans.Vous ! Moi.


Doña Josepha.

Oui. Cache-moi céans.Vous ! Moi.Pourquoi ?


Don Carlos.

Oui. Cache-moi céans.Vous ! Moi.Pourquoi ? Pour rien.


Doña Josepha.

Moi, vous cacher !


Don Carlos.

Moi, vous cacher ! Ici.


Doña Josepha.

Moi, vous cacher ! Ici.Jamais.


Don Carlos, tirant de sa ceinture un poignard et une bourse.

Moi, vous cacher ! Ici. Jamais. — Daignez, madame,
Choisir de cette bourse ou bien de cette lame.


Doña Josepha, prenant la bourse.

Vous êtes donc le diable ?


Don Carlos.

Vous êtes donc le diable ? Oui, duègne.


Doña Josepha, ouvrant une armoire étroite dans le mur.

Vous êtes donc le diable ? Oui, duègne.Entrez ici.


Don Carlos, examinant l’armoire.

Cette boîte ?


Doña Josepha, refermant l’armoire.

Cette boîte ? Va-t’en, si tu n’en veux pas.


Don Carlos, rouvrant l’armoire.

Cette boîte ? Va-t’en, si tu n’en veux pas.Si !

L’examinant encore.

Serait-ce l’écurie où tu mets d’aventure
Le manche du balai qui te sert de monture ?

Il s’y blottit avec peine.

Ouf !


Doña Josepha, joignant les mains avec scandale.

Ouf ! Un homme ici !


Don Carlos, dans l’armoire restée ouverte.

Ouf ! Un homme ici ! C’est une femme, est-ce pas,
Qu’attendait ta maîtresse ?


Doña Josepha.

Qu’attendait ta maîtresse ? Ô ciel ! j’entends le pas
De doña Sol. — Seigneur, fermez vite la porte.

Elle pousse la porte de l’armoire qui se referme.

Don Carlos, de l’intérieur de l’armoire.

Si vous dites un mot, duègne, vous êtes morte.


Doña Josepha, seule.

Qu’est cet homme ? Jésus mon Dieu ! si j’appelais ?…
Qui ? Hors madame et moi, tout dort dans le palais.
Bah ! l’autre va venir. La chose le regarde.
Il a sa bonne épée, et que le ciel nous garde
De l’enfer !

Pesant la bourse.

De l’enfer ! Après tout, ce n’est pas un voleur.

Entre doña Sol, en blanc. Doña Josefa cache la bourse.



Scène II

DOÑA JOSEFA DUARTE, DON CARLOS caché ; DOÑA SOL, puis HERNANI.


Doña Sol.

Josefa !


Doña Josepha.

Josefa !Madame ?


Doña Sol.

Josefa ! Madame ? Ah ! je crains quelque malheur.
Hernani devrait être ici.

Bruit de pas à la petite porte.

Hernani devrait être ici.Voici qu’il monte.
Ouvre avant qu’il ne frappe, et fais vite, et sois prompte.

Josefa ouvre la petite porte. Entre Hernani. Grand manteau, grand chapeau. Dessous, un costume de montagnard d’Aragon, gris, avec une cuirasse de cuir, une épée, un poignard, et un cor à la ceinture.


Doña Sol, courant à lui.

Hernani !


Hernani.

Hernani !Doña Sol ! Ah ! c’est vous que je vois
Enfin ! et cette voix qui parle est votre voix !
Pourquoi le sort mit-il mes jours si loin des vôtres ?
J’ai tant besoin de vous pour oublier les autres !


Doña Sol, touchant ses vêtements.

Jésus ! Votre manteau ruisselle ! Il pleut donc bien ?


Hernani

Je ne sais.


Doña Sol

Je ne sais. Vous devez avoir froid !


Hernani

Je ne sais. Vous devez avoir froid ! Ce n’est rien.


Doña Sol

Otez donc ce manteau.


Hernani

Otez donc ce manteau.Doña Sol, mon amie,
Dites-moi, quand la nuit vous êtes endormie,
Calme, innocente et pure, et qu’un sommeil joyeux
Entr’ouvre votre bouche et du doigt clôt vos yeux,
Un ange vous dit-il combien vous êtes douce
Au malheureux que tout abandonne et repousse ?


Doña Sol

Vous avez bien tardé, seigneur ! Mais dites-moi
Si vous avez froid.


Hernani

Si vous avez froid.Moi ! je brûle près de toi !
Ah ! quand l’amour jaloux bouillonne dans nos têtes,
Quand notre cœur se gonfle et s’emplit de tempêtes,
Qu’importe ce que peut un nuage des airs
Nous jeter en passant de tempête et d’éclairs !


Doña Sol, lui défaisant son manteau.

Allons ! donnez la cape, — et l’épée avec elle.


Hernani, la main sur son épée.

Non. C’est une autre amie, innocente et fidèle.
— Doña Sol, le vieux duc, votre futur époux,
Votre oncle, est donc absent ?


Doña Sol

Votre oncle, est donc absent ?Oui, cette heure est à nous.


Hernani

 
Cette heure ! et voilà tout. Pour nous, plus rien qu’une heure
Après, qu’importe ? il faut qu’on oublie ou qu’on meure.
Ange ! une heure avec vous ! une heure, en vérité
A qui voudrait la vie, et puis l’éternité !


Doña Sol

Hernani !


Hernani, amèrement

Hernani !Que je suis heureux que le duc sorte !
Comme un larron qui tremble et qui force une porte,
Vite, j’entre, et vous vois, et dérobe au vieillard
Une heure de vos chants et de votre regard ;
Et je suis bien heureux, et sans doute on m’envie
De lui voler une heure, et lui me prend ma vie !


Doña Sol

Calmez-vous.

Remettant le manteau a la duègne.

Calmez-vous.Josefa, fais sécher le manteau.

Josefa sort.
Elle s’assied et fait signe à Hernani de revenir près d’elle.

Venez là.


Hernani, sans l'entendre

Venez là.Donc le duc est absent du château ?


Doña Sol, souriant

Comme vous êtes grand !


Hernani

Comme vous êtes grand !Il est absent.


Doña Sol

Comme vous êtes grand ! Il est absent.Chère âme.
Ne pensons plus au duc.


Hernani

Ne pensons plus au duc.Ah ! Pensons-y, madame !
Ce vieillard ! Il vous aime, il va vous épouser !
Quoi donc ! Vous prit-il pas l’autre jour un baiser ?
N’y plus penser !


Doña Sol, riant.

N’y plus penser !C’est là ce qui vous désespère !
Un baiser d’oncle ! Au front ! Presque un baiser de père !


Hernani

Non, un baiser d’amant, de mari, de jaloux.
Ah ! Vous serez à lui ! Madame. Y pensez-vous ?
Ô l’insensé vieillard, qui, la tête inclinée,
Pour achever sa route et finir sa journée,
A besoin d’une femme, et va, spectre glacé,
Prendre une jeune fille ! ô vieillard insensé !
Pendant que d’une main il s’attache à la vôtre,
Ne voit-il pas la mort qui l’épouse de l’autre ?
Il vient dans nos amours se jeter sans frayeur !
Vieillard, va-t’en donner mesure au fossoyeur !
— Qui fait ce mariage ? On vous force, j’espère !


Doña Sol

Le roi, dit-on, le veut.


Hernani

Le roi, dit-on, le veut.Le roi ! Le roi ! Mon père
Est mort sur l’échafaud, condamné par le sien.
Or, quoiqu’on ait vieilli depuis ce fait ancien,
Pour l’ombre du feu roi, pour son fils, pour sa veuve,
Pour tous les siens, ma haine est encor toute neuve !
Lui, mort, ne compte plus. Et tout enfant, je fis
Le serment de venger mon père sur son fils.
Je te cherchais partout, Carlos, roi des Castilles !

Car la haine est vivace entre nos deux familles.
Les pères ont lutté sans pitié, sans remords,
Trente ans ! Or c’est en vain que les pères sont morts,
La haine vit. Pour eux la paix n’est point venue,
Car les fils sont debout, et le duel continue.
Ah ! C’est donc toi qui veux cet exécrable hymen !
Tant mieux. Je te cherchais, tu viens dans mon chemin !


Doña Sol.

Vous m’effrayez.


Hernani.

Vous m’effrayez.Chargé d’un mandat d’anathème,
Il faut que j’en arrive à m’effrayer moi-même !
Écoutez. L’homme auquel, jeune, on vous destina,
Ruy de Silva, votre oncle, est duc de Pastraña,
Riche-homme d’Aragon, comte et grand de Castille.
À défaut de jeunesse, il peut, ô jeune fille,
Vous apporter tant d’or, de bijoux, de joyaux,
Que votre front reluise entre des fronts royaux ;
Et pour le rang, l’orgueil, la gloire et la richesse,
Mainte reine peut-être envîra sa duchesse !
Voilà donc ce qu’il est. Moi, je suis pauvre, et n’eus
Tout enfant, que les bois où je fuyais pieds nus.
Peut-être aurais-je aussi quelque blason illustre
Qu’une rouille de sang à cette heure délustre ;
Peut-être ai-je des droits, dans l’ombre ensevelis,
Qu’un drap d’échafaud noir cache encor sous ses plis,
Et qui, si mon attente un jour n’est pas trompée,
Pourront de ce fourreau sortir avec l’épée.
En attendant, je n’ai reçu du ciel jaloux
Que l’air, le jour et l’eau, la dot qu’il donne à tous.
Ou du duc ou de moi souffrez qu’on vous délivre,
Il faut choisir des deux, l’épouser, ou me suivre.


Doña Sol.

Je vous suivrai.


Hernani.

Je vous suivrai.Parmi mes rudes compagnons ?
Proscrits dont le bourreau sait d’avance les noms,
Gens dont jamais le fer ni le cœur ne s’émousse,
Ayant tous quelque sang à venger qui les pousse ?
Vous viendrez commander ma bande, comme on dit ?
Car, vous ne savez pas, moi, je suis un bandit !
Quand tout me poursuivait dans toutes les Espagnes :
Seule, dans ses forêts, dans ses hautes montagnes,
Dans ses rocs où l’on n’est que de l’aigle aperçu,
La vieille Catalogne en mère m’a reçu.
Parmi ses montagnards, libres, pauvres et graves,
Je grandis, et demain, trois mille de ses braves,
Si ma voix dans leurs monts fait résonner ce cor,
Viendront… Vous frissonnez. Réfléchissez encor.
Me suivre dans les bois, dans les monts, sur les grèves,
Chez des hommes pareils aux démons de vos rêves,
Soupçonner tout, les yeux, les voix, les pas, le bruit,
Dormir sur l’herbe, boire au torrent, et la nuit
Entendre, en allaitant quelque enfant qui s’éveille,
Les balles des mousquets siffler à votre oreille.
Être errante avec moi, proscrite, et, s’il le faut,
Me suivre où je suivrai mon père, — à l’échafaud.


Doña Sol.

Je vous suivrai.


Hernani.

Je vous suivrai.Le duc est riche, grand, prospère.
Le duc n’a pas de tache au vieux nom de son père.
Le duc peut tout. Le duc vous offre avec sa main
Trésors, titres, bonheur…


Doña Sol.

Nous partirons demain.
Hernani, n’allez pas sur mon audace étrange

Me blâmer. Êtes-vous mon démon ou mon ange ?
Je ne sais, mais je suis votre esclave. Écoutez.
Allez où vous voudrez, j’irai. Restez, partez,
Je suis à vous. Pourquoi fais-je ainsi ? Je l’ignore.
J’ai besoin de vous voir, et de vous voir encore
Et de vous voir toujours. Quand le bruit de vos pas
S’efface, alors je crois que mon cœur ne bat pas,
Vous me manquez, je suis absente de moi-même ;
Mais dès qu’enfin ce pas que j’attends et que j’aime
Vient frapper mon oreille, alors il me souvient
Que je vis, et je sens mon âme qui revient !


Hernani, la serrant dans ses bras.

Ange !


Doña Sol.

Ange !A minuit. Demain. Amenez votre escorte,
Sous ma fenêtre. Allez, je serai brave et forte.
Vous frapperez trois coups.


Hernani.

Vous frapperez trois coups.Savez-vous qui je suis,
Maintenant ?


Doña Sol.

Maintenant ?Monseigneur, qu’importe ? Je vous suis.


Hernani.

Non, puisque vous voulez me suivre, faible femme,
Il faut que vous sachiez quel nom, quel rang, quelle âme,
Quel destin est caché dans le pâtre Hernani.
Vous vouliez d’un brigand, voulez-vous d’un banni ?


Don Carlos, ouvrant avec fracas la porte de l’armoire.

Quand aurez-vous fini de conter votre histoire ?
Croyez-vous donc qu’on soit à l'aise en cette armoire ?

Hernani recule étonné. Doña Sol pousse un cri et se réfugie dans ses bras, en fixant sur don Carlos des yeux effarés.

Hernani, la main sur la garde de son épée.

Quel est cet homme ?


Doña Sol.

Quel est cet homme?Ô ciel ! Au secours !


Hernani.

Quel est cet homme? Ô ciel ! Au secours !Taisez-vous,
Doña Sol ! Vous donnez l’éveil aux yeux jaloux.
Quand je suis près de vous, veuillez, quoi qu’il advienne,
Ne réclamer jamais d’autre aide que la mienne.

À don Carlos.

Que faisiez-vous là ?


Don Carlos.

Que faisiez-vous là ?Moi? Mais, à ce qu’il paraît,
Je ne chevauchais pas à travers la forêt.


Hernani.

Qui raille après l’affront s’expose à faire rire
Aussi son héritier.


Don Carlos.

Aussi son héritier.Chacun son tour ! – Messire,
Parlons franc. Vous aimez madame et ses yeux noirs,
Vous y venez mirer les vôtres tous les soirs,
C’est fort bien. J’aime aussi madame, et veux connaître
Qui j’ai vu tant de fois entrer par la fenêtre,
Tandis que je restais à la porte.


Hernani.

Tandis que je restais à la porte.En honneur,
Je vous ferai sortir par où j’entre, seigneur.


Don Carlos.

Nous verrons. J’offre donc mon amour à madame.
Partageons. Voulez-vous ? J’ai vu dans sa belle âme

Tant d’amour, de bonté, de tendres sentiments,
Que madame, à coup sûr, en a pour deux amants.
Or, ce soir, voulant mettre à fin mon entreprise,
Pris, je pense, pour vous, j’entre ici par surprise ;
Je me cache, j’écoute, à ne vous celer rien ;
Mais j’entendais très mal et j’étouffais très bien.
Et puis je chiffonnais ma veste à la française.
Ma foi, je sors !


Hernani.

Ma foi, je sors !Ma dague aussi n’est pas à l’aise,
Et veut sortir.


Don Carlos, le saluant.

Et veut sortir.Monsieur, c’est comme il vous plaira.


Hernani, tirant son épée.

En garde !

Don Carlos tire son épée.

Doña Sol, se jetant entre eux.

En garde !Hernani ! ciel !


Don Carlos.

En garde ! Hernani ! ciel !Calmez-vous, señora.


Hernani, à don Carlos.

Dites-moi votre nom.


Don Carlos.

Dites-moi votre nom.Hé ! dites-moi le vôtre !


Hernani.

Je le garde, secret et fatal, pour un autre
Qui doit un jour sentir, sous mon genou vainqueur,
Mon nom à son oreille, et ma dague à son cœur !


Don Carlos.

Alors, quel est le nom de l’autre ?


Hernani.

Alors, quel est le nom de l’autre ?Que t’importe ?
En garde ! Défends-toi !

Ils croisent leurs épées. Doña Sol tombe tremblante sur un fauteuil. On entend des coups à la porte.

Doña Sol, se levant avec effroi.

En garde ! Défends-toi !Ciel ! on frappe à la porte !

Les champions s’arrêtent, entre Josefa par la petite porte et tout effarée.

Hernani, à Josefa.

Qui frappe ainsi ?


Doña josefa, à doña Sol.

Qui frappe ainsi ?Madame ! Un coup inattendu !
C’est le duc qui revient !


Doña Sol.

C’est le duc qui revient !Le duc ! Tout est perdu !
Malheureuse !

doña josefa, jetant les yeux autour d’elle.

Mon dieu ! L’inconnu ! Des épées !
On se battait. Voilà de belles équipées !

Les deux combattants remettent leurs épées dans le fourreau, don Carlos s’enveloppe de son manteau et rabat son chapeau sur ses yeux. On frappe de nouveau.
hernani.

Que faire ?

On frappe.
une voix, en dehors.
Doña Sol, ouvrez-moi !
Doña Josefa fait un pas vers la porte, Hernani l’arrête.
hernani.
N’ouvrez pas.
doña josefa, tirant son chapelet.

Saint Jacques monseigneur ! Tirez-nous de ce pas !

On frappe de nouveau.
hernani, montrant l’armoire à don Carlos.

Cachons-nous.

don carlos.
Dans l’armoire ?
hernani.

Entrez-y, je m’en charge.
Nous y tiendrons tous deux.

don carlos.
Grand merci, c’est trop large.
hernani, montrant la petite porte.

Fuyons par là.

don carlos.
Bonsoir. Pour moi, je reste ici.
hernani.

Ah ! Tête et sang ! Monsieur, vous me paierez ceci !

À doña Sol.

Si je barricadais l’entrée?

don carlos, à Josefa.
Ouvrez la porte.
hernani.

Que dit-il ?

don carlos, à Josefa interdite.
Ouvrez donc, vous dis-je !
On frappe toujours. Doña Josefa va ouvrir en tremblant.
doña sol.
Je suis morte !

SCÈNE III

Les Mêmes, DON RUY GOMEZ DE SILVA,
barbe et cheveux blancs ; en noir[1]. Valets avec des flambeaux..
don ruy gomez.

Des hommes chez ma nièce à cette heure de nuit !
Venez tous ! Cela vaut la lumière et le bruit.

À doña Sol.

Par saint Jean d’Avila, je crois que, sur mon âme,
Nous sommes trois chez vous ! C’est trop de deux, madame.

Aux deux jeunes gens.

Mes jeunes cavaliers, que faites-vous céans ?
Quand nous avions le Cid et Bernard, ces géants
De l’Espagne et du monde allaient par les Castilles
Honorant les vieillards et protégeant les filles.
C’étaient des hommes forts et qui trouvaient moins lourds
Leur fer et leur acier, que vous votre velours.
Ces hommes-là portaient respect aux barbes grises,
Faisaient agenouiller leur amour aux églises,
Ne trahissaient personne, et donnaient pour raison
Qu’ils avaient à garder l’honneur de leur maison.
S’ils voulaient une femme, ils la prenaient sans tache,
En plein jour, devant tous, et l’épée, ou la hache,
Ou la lance à la main. — Et quant à ces félons
Qui le soir, et les yeux tournés vers leurs talons,
Ne fiant qu’à la nuit leurs manœuvres infâmes,
Par derrière aux maris vol l’honneur des femmes,
J’affirme que le Cid, cet aïeul de nous tous,
Les eût tenus pour vils et fait mettre à genoux,

Et qu’il eût, dégradant leur noblesse usurpée,
Souffleté leur blason du plat de son épée !
Voilà ce que feraient, j’y songe avec ennui,
Les hommes d’autrefois aux hommes d’aujourd’hui.
Qu’êtes-vous venus faire ici ? C’est donc à dire
Que je ne suis qu’un vieux dont les jeunes vont rire !
On va rire de moi, soldat de Zamora ?
Et quand je passerai, tête blanche, on rira ?
Ce n’est pas vous du moins qui rirez !

hernani.
Duc...
don ruy gomez.

Silence !
Quoi ! Vous avez l’épée, et la bague, et la lance,
La chasse, les festins, les meutes, les faucons,
Les chansons à chanter le soir sous les balcons,
Les plumes au chapeau, les casaques de soie,
Les bals, les carrousels, la jeunesse, la joie,
Enfants, l’ennui vous gagne ! à tout prix, au hasard,
Il vous faut un hochet : vous prenez un vieillard !
Ah ! Vous l’avez brisé, le hochet ![2] mais Dieu fasse
Qu’il vous puisse en éclats rejaillir à la face !
Suivez-moi !

hernani.
Seigneur duc...
don ruy gomez.

Suivez-moi! Suivez-moi !
Messieurs, avons-nous fait cela pour rire ? Quoi !
Un trésor est chez moi ; c’est l’honneur d’une fille,
D’une femme, l’honneur de toute une famille ;
Cette fille, je l’aime, elle est ma nièce, et doit
Bientôt changer sa bague à l’anneau de mon doigt ;
Je la crois chaste et pure, et sacrée à tout homme,

Or il faut que je sorte une heure, et moi qu’on nomme
Ruy Gomez De Silva, je ne puis l’essayer
Sans qu’un larron d’honneur se glisse à mon foyer !
Arrière, jeunes gens ! Ah ! Ce sont là vos fêtes !
Des bâtards rougiraient d’agir comme vous faites !
Non. C’est bien. Poursuivez. Ai-je autre chose encor ?

Il arrache son collier.

Tenez, foulez aux pieds, foulez ma toison d’or!

Il jette son chapeau.

Arrachez mes cheveux, faites-en chose vile !
Et vous pourrez demain vous vanter par la ville
Que jamais débauchés, dans leurs jeux insolents,
N’ont sur plus noble front souillé cheveux plus blancs !

doña sol.

Monseigneur...

don ruy gomez, à ses valets.

Écuyers ! écuyers ! à mon aide !
Ma hache, mon poignard, ma dague de Tolède !

Aux deux jeunes gens.

Et suivez-moi tous deux !

don carlos, faisant un pas.

Duc, ce n’est pas d’abord
De cela qu’il s’agit. Il s’agit de la mort
De Maximilien, empereur d’Allemagne.

Il jette son manteau, et découvre son visage caché par son chapeau.
don ruy gomez.

Raillez-vous ?... Dieu ! Le roi !

doña sol.
Le roi !
hernani, dont les yeux s’allument.
Le roi d’Espagne !
don carlos, gravement.

Oui, Carlos. Seigneur duc, es-tu donc insensé ?
Mon aïeul l’empereur est mort, je ne le sai
Que de ce soir. Je viens, tout en hâte, et moi-même,
Dire la chose à toi, féal sujet que j’aime,
Te demander conseil, incognito, la nuit,
Et l’affaire est bien simple, et voilà bien du bruit !

Don Ruy Gomez renvoie ses gens d’un signe. Il examine don Carlos, que doña Sol regarde avec crainte et surprise, et sur lequel Hernani, demeuré dans un coin, fixe des yeux étincelants.
don ruy gomez.

Mais pourquoi tarder tant à m’ouvrir cette porte?

don carlos.

Belle raison ! Tu viens avec toute une escorte !
Quand un secret d’état m’amène en ton palais,
Duc, est-ce pour l’aller dire à tous tes valets ?

don ruy gomez.

Altesse, pardonnez, l’apparence...

don carlos.

Bon père,
Je t’ai fait gouverneur du château de Figuère ;
Mais qui dois-je à présent faire ton gouverneur ?

don ruy gomez.

Pardonnez...

don carlos.

Il suffit. N’en parlons plus, seigneur.
Donc l’empereur est mort.

don ruy gomez.

L’aïeul de votre altesse
Est mort ?

don carlos.

Duc, tu m’en vois pénétré de tristesse.

don ruy gomez.

Qui lui succède ?

don carlos.

Un duc de Saxe est sur les rangs.
François Premier, de France, est un des concurrents.

don ruy gomez.

Où vont se rassembler les électeurs d’empire ?

don carlos.

Ils ont choisi, je crois, Aix-La-Chapelle, ou Spire,
Ou Francfort.

don ruy gomez.

Notre roi, dont Dieu garde les jours,
N’a-t-il pensé jamais à l’empire ?

don carlos.
Toujours.
don ruy gomez.

C’est à vous qu’il revient.

don carlos.
Je le sais.
don ruy gomez.

Votre père
Fut archiduc d’Autriche, et l’empire, j’espère,
Aura ceci présent, que c’était votre aïeul,
Celui qui vient de choir de la pourpre au linceul.

don carlos.
Et puis, on est bourgeois de Gand.
don ruy gomez.

Dans mon jeune âge
Je le vis, votre aïeul. Hélas! Seul je surnage
D’un siècle tout entier. Tout est mort à présent.
C’était un empereur magnifique et puissant !

don carlos.

Rome est pour moi.

don ruy gomez.

Vaillant, ferme, point tyrannique.
Cette tête allait bien au vieux corps germanique !

Il s’incline sur les mains du roi et les baise.

Que je vous plains ! Si jeune, en un tel deuil plongé !

don carlos.

Le pape veut ravoir la Sicile, que j’ai ;
Un empereur ne peut posséder la Sicile,
Il me fait empereur ; alors, en fils docile.
Je lui rends Naple. Ayons l’aigle, et puis nous verrons
Si je lui laisserai rogner les ailerons.

don ruy gomez.

Qu’avec joie il verrait, ce vétéran du trône,
Votre front déjà large aller à sa couronne !
Ah ! seigneur, avec vous nous le pleurerons bien,
Cet empereur très grand, très bon et très chrétien !

don carlos.

Le saint-père est adroit. — Qu’est-ce que la Sicile ?
C’est une île qui pend à mon royaume, une île.
Une pièce, un haillon, qui, tout déchiqueté,
Tient à peine à l’Espagne et qui traîne à côté.
— Que ferez-vous, mon fils, de cette île bossue
Au monde impérial au bout d’un fil cousue ?
Votre empire est mal fait : vite, venez ici,
Des ciseaux ! et coupons ! — Très saint-père, merci !

Car de ces pièces-là, si j'ai bonne fortune,
Je compte au saint-empire en recoudre plus d'une.
Et, si quelques lambeaux m'en étaient arrachés.
Rapiécer mes états d'îles et de duchés !

don ruy gomez.

Consolez- VOUS ! il est un empire des justes
Où l'on revoit les morts plus saints et plus augustes !

don carlos.

Ce roi François premier, c'est un ambitieux !
Le vieil empereur mort, vite il fait les doux yeux
À l’empire ! A-t-il pas sa France très chrétienne ?
Ah ! La part est pourtant belle, et vaut qu’on s’y tienne !
L’empereur mon aïeul disait au roi Louis :
Si j’étais Dieu le père, et si j’avais deux fils,
Je ferais l’aîné dieu, le second roi de France. —

Au duc.

Crois-tu que François puisse avoir quelque espérance?

don ruy gomez.

C’est un victorieux.

don carlos.

Il faudrait tout changer.
La bulle d’or défend d’élire un étranger.

don ruy gomez.

À ce compte, seigneur, vous êtes roi d’Espagne?

don carlos.

Je suis bourgeois de Gand.

don ruy gomez.

La dernière campagne
A fait monter bien haut le roi François premier.

don carlos.

L’aigle qui va peut-être éclore à mon cimier
Peut aussi déployer ses ailes.

don ruy gomez.

Votre altesse
Sait-elle le latin ?

don carlos.
Mal.
don ruy gomez.

Tant pis. La noblesse
D’Allemagne aime fort qu’on lui parle latin.

don carlos.

Ils se contenteront d’un espagnol hautain,
Car il importe peu, croyez-en le roi Charles,
Quand la voix parle haut, quelle langue elle parle.
— Je vais en Flandres. Il faut que ton roi, cher Silva,
Te revienne empereur. Le roi de France va
Tout remuer. Je veux le gagner de vitesse.
Je partirai sous peu.

don ruy gomez.

Vous nous quittez, altesse,
Sans purger l’Aragon des rebelles maudits
Qui partout dans nos monts lèvent leurs fronts hardis.

don carlos.

J’ordonne au duc d’Arcos d’exterminer la bande.

don ruy gomez.

Donnez-vous aussi l’ordre au chef qui la commande
De se laisser faire ?

don carlos.
Hé ! Quel est ce chef ? Son nom ?
don ruy gomez.

Je l’ignore. On le dit un rude compagnon.

don carlos.

Bah ! Je sais que pour l’heure il se cache en Galice,
Et j’en aurai raison avec quelque milice.

don ruy gomez.

De faux avis alors le disaient près d’ici.

don carlos.

Faux avis ! Cette nuit tu me loges.

don ruy gomez, s’inclinant jusqu’à terre.

Merci,
Altesse !

Il appelle ses valets.
Faites tous honneur au roi mon hôte.
Les valets entrent avec des flambeaux. Le duc les range sur deux haies jusqu’à la porte du fond. Cependant doña Sol s’approche lentement d’Hernani. Le roi les épie tous deux.
doña sol, bas à Hernani.

Demain, sous ma fenêtre, à minuit, et sans faute.
Vous frapperez des mains trois fois.

hernani, bas.
Demain.
don carlos, à part.
Demain!
Haut à doña Sol vers laquelle il fait un pas avec galanterie.

Souffrez que pour rentrer je vous offre la main.

Il lui donne la main et la reconduit à la porte. Elle sort.
hernani, la main dans sa poitrine sur la poignée de sa dague.
Mon bon poignard !
don carlos, revenant, à part.
Notre homme a la mine attrapée.
Il prend Hernani à part.

Je vous ai fait l’honneur de toucher votre épée,
Monsieur ; vous me seriez suspect pour cent raisons,
Mais le roi don Carlos répugne aux trahisons.
Allez. Je daigne encor protéger votre fuite.

don ruy gomez, revenant et montrant Hernani.

Qu’est ce seigneur ?

don carlos.
Il part. C’est quelqu’un de ma suite.
Ils sortent avec les valets et les flambeaux. Le duc précédant le roi une cire à la main.

Scène IV

HERNANI, seul

Oui, de ta suite, ô roi ! de ta suite ! — j’en suis !
Nuit et jour, en effet, pas à pas, je te suis.
Un poignard à la main, l’œil fixé sur ta trace
Je vais. Ma race en moi poursuit en toi ta race.
Et puis, te voilà donc mon rival ! Un instant
Entre aimer et haïr je suis resté flottant,
Mon cœur pour elle et toi n’était point assez large,
J’oubliais en l’aimant ta haine qui me charge ;
Mais puisque tu le veux, puisque c’est toi qui viens
Me faire souvenir, c’est bon, je me souviens !
Mon amour fait pencher la balance incertaine
Et tombe tout entier du côté de ma haine.
Oui, je suis de ta suite, et c’est toi qui l’as dit !
Va, jamais courtisan de ton lever maudit,
Jamais seigneur baisant ton ombre, ou majordome
Ayant à te servir abjuré son cœur d’homme,
Jamais chiens de palais dressés à suivre un roi
Ne seront sur tes pas plus assidus que moi !
Ce qu’ils veulent de toi, tous ces grands de Castille,
C’est quelque titre creux, quelque hochet qui brille,
C’est quelque mouton d’or qu’on se va pendre au cou ;
Moi, pour vouloir si peu je ne suis pas si fou !
Ce que je veux de toi, ce n’est point faveurs vaines,
C’est l’âme de ton corps, c’est le sang de tes veines,
C’est tout ce qu’un poignard, furieux et vainqueur,
En y fouillant longtemps peut prendre au fond d’un cœur.
Va devant ! je te suis. Ma vengeance qui veille

Avec moi toujours marche et me parle à l’oreille.
Va ! je suis là, j'épie et j'écoute, et sans bruit
Mon pas cherche ton pas, et le presse et le suit.
Le jour tu ne pourras, ô roi, tourner la tête,
Sans me voir immobile et sombre dans ta fête ;
La nuit tu ne pourras tourner les yeux, ô roi,
Sans voir mes yeux ardents luire derrière toi !

Il sort par la petite porte.



  1. certaines éditions ajoutent : la toison d’or au cou
  2. Dans d’autres éditions, le texte est :
    ... le hochet !
    hernani.


    Excellence !
    don ruy gomez.

    Qui donc ose parler, lorsque j’ai dit : silence !
    hernani.

    Seigneur duc...
    don ruy gomez.


    Cavaliers ! Suivez-moi ! Suivez-moi !