Grand dictionnaire universel du XIXe siècle/CHARLES (Chaffrey, Jaffred ou Geoffroy)

Index Général A B C D E F G H I JK L M N O P Q R S T UV W X Y Z
Administration du grand dictionnaire universel (3, part. 4p. 1020).

CHARLES (Chaffrey, Jaffred ou Geoffroy), d’une ancienne famille noble de Grenoble, éteinte au XVIIe siècle, s’acquit une grande réputation comme magistrat et comme savant. Il était président du parlement de Grenoble, lorsque, vers 1499, Charles VIII le nomma vice-chancelier du sénat établi à Milan. Louis XII l’employa à plusieurs négociations importantes, notamment auprès du pape et de l’empereur des Romains. Il prit une part active aux deux conquêtes du Milanais en 1499 et en 1500, se trouva à la bataille d’Agnadel, et, quoique magistrat, y combattit avec tant de bravoure que Louis XII voulut lui-même l’armer chevalier après la victoire. Vers 1514, il fut appelé à Paris par la reine Anne de Bretagne, qui lui confia l’éducation de sa fille Renée. On ignore les autres événements de sa vie et l’époque de sa mort. Guy Allard, dans son Dictionnaire manuscrit du Dauphiné, rapporte de lui un trait bien sombre, mais que font excuser les mœurs du temps : « Il avoit fait sculpter sur la porte de sa maison, rue des Clercs, à Grenoble, un ange tenant un doigt sur sa bouche. Ce doigt est mystérieux et fait connoistre qu’il faut sçavoir se taire. Chaffrey Charles sçut, en effet, se taire assez longtemps, avant qu’il trouvât l’occasion de se venger de l’infidélité de sa femme, qu’il fit étouffer dans un gouffre d’eau qu’il falloit passer pour aller à un domaine qu’il avoit, hors de la ville, et dans lequel se jeta une mule sur laquelle étoit sa femme, qu’à dessein il avoit commandé de laisser plusieurs jours sans boire. J’ay vu cette aventure imprimée en plusieurs endroits, mais on n’en nomme pas les personnes. »