Emploi de la lumière polarisée dans les recherches microscopiques

EMPLOI DE LA LUMIÈRE POLARISÉE
DANS LES RECHERCHES MICROSCOPIQUES.

La micrographie a souvent recours à la lumière polarisée pour mettre en évidence certaines propriétés des corps qu’elle étudie.

LaNature1873-365-LumièrePolarisée1.png
Fig. 1. — Cristaux d’asparagine vus à la lumière polarisée. Grossissement x15.

Pour obtenir le rayon lumineux polarisé, on dispose, au-dessous de la platine du microscope, un petit prisme de Nicol, et au-dessus de l’oculaire, un autre plus fort, qui prend le nom d’analyseur. En faisant tourner cette dernière pièce, ou produit des effets de coloration très-remarquables sur les sujets que l’on examine. Les expériences ne réussissent qu’avec des substances spécialement préparées et dont la transparence, l’épaisseur, les saillies opaques sont sensibles aux effets de la lumière polarisée. Les cristaux de l’asparagine revêtent des tons chatoyants d’une richesse étonnante, si un habile préparateur a étudié patiemment le degré de concentration de lumière le plus favorable. La fig. 1, qui ne peut donner une idée de la coloration obtenue, montre la forme des cristaux susceptibles de s’illuminer et de se revêtir de mille nuances que l’on croirait empruntées à l’arc-en-ciel.

LaNature1873-365-LumièrePolarisée2.png
Fig. 2. — Cristaux de sulfate de cuivre éclairés par la lumière réfléchie. — Grossissement x20.
LaNature1873-365-LumièrePolarisée3.png
Fig. 3. — Cristaux de sulfate de cuivre éclairés par la lumière polarisée. — Grossissement x20.

Pour certains cristaux épais, nettement coupés avec des saillies géométriques, les effets de lumière ne sont plus aussi brillants, mais ils n’en offrent pas moins un intérêt réel. Ainsi les cristaux de sulfate de cuivre éclairés par la lumière réfléchie (fig. 2) ne se distinguent pas très-nettement ; leur transparence les fait confondre avec le fond lumineux renvoyé par le miroir. L’aspect change totalement quand on fait usage de la lumière polarisée. Comme le montre la fig. 3, ces mêmes cristaux se détachent sur un fond noir qui les fait ressortir comme des diamants autour desquels les couleurs du spectre viennent rehausser l’éclat. Chacun d’eux est bordé de filets multicolores.

LaNature1873-365-LumièrePolarisée4.png
Fig. 4. — Épiderme de Deutzia gracilis avec les poils étoilés détachés en noir sur fond brillant par effet de polarisation. — Grossissement x30.

On applique aussi les propriétés de la lumière à l’examen de certaines substances végétales, qui possèdent aussi des facultés polarisantes. On remarquera dans la fig. 4, les poils étoilés d’un pétale de Deutzia gracilis, détachés en un ton coloré sur un fond brillant. Cette préparation permet, en vertu de ses propriétés spéciales, de modifier les effets de couleur par un simple changement de position du prisme polariseur. Suivant un certain angle d’incidence lumineuse, les poils qui sont en relief apparaissent roses ou verts, sur un fond noir, suivant un autre ils se montrent inversement noirs sur un fond coloré.

L’emploi de la lumière polarisée, dans la micrographie, permet de réaliser les plus séduisantes expériences, mais l’opérateur réussit seulement avec certaines préparations faites dans ce but spécial ; encore faut-il qu’il s’habitue à des manipulations délicates et patientes.

J. Girard.