Ouvrir le menu principal

Discussion:Dictionnaires portatifs géographique et historique de l'abbé Ladvocat

Editions et sourcesModifier

  1. 1° Dictionnaire géographique portatif, 1747, in-8° qu'il composa à Bagneux, village près de Paris, et qu'il donna sous le nom de Vosgien. [1]
  1. 2° Dictionnaire historique portatif des grands hommes, 1752, 1755, 1760, 2 vol. in-8°, abrégé de Moreri. [2]
  • 1760 Dictionnaire historique portatif des grands hommes, contenant l'histoire des patriarches, des princes hébreux, des empereurs, des rois et des grands capitaines, des dieux, des héros de l'antiquité payenne... des Papes, des SS. Pères, des évêques,... par Mr. l'abbé Ladvocat, Paris, Vve Didot, 1760. Tome premier : [7]; Tome second : [8]
  • Après la mort de Ladvocat, M. Leclerc, libraire, ajouta successivement à ce Dictionnaire un et deux volumes, où l'on remarque de l'exactitude et des connaissances. Enfin, une nouvelle édition, revue, corrigée et continuée jusqu'en 1789, par une société de savants, de littérateurs et de bibliographes, en a été donnée à Paris, 1821-22, en 5 volumes in-8°. Le travail des nouveaux éditeurs forme un supplément imprimé à la fin du 5e volume. Cette édition a été faite pour servir d'introduction à la Biographie contemporaine d'Alphonse Rabbe [9].
  1. 3° Avec Paul Denis Burtin, Bibliothèque annuelle et universelle [10], contenant un Catalogue de tous les livres qui ont été imprimés en Europe pendant les années 1748 à 1750, Paris, Lemercier, 1751, 6 vol. in-12. Quoique bien incomplète dans les premiers volumes, cette bibliographie périodique est commode, étant rangée par ordre de matières, et indiquant plusieurs pièces volantes insérées dans les journaux, et qui n'ont pas été tirées à part. Une table alphabétique, à la fin de chaque année, facilite les recherches.


NotesModifier

  1. * Ce dictionnaire portatif, inspiré du Gazetteer d'Echard, a paru pour la première fois sous le nom de l'« abbé Vosgien (François-Léopold Vosgien, chanoine de Vaucouleurs), dont l'abbé Ladvocat nous dit, dans sa Préface au Dictionnaire historique portatif, qu'il l'avait accompagné en convalescence et qu'il l'avait rédigé sous sa conduite.
    Quérard a considéré qu’il s'agissait d'un pseudonyme de l'abbé Ladvocat lui-même, mais Bouillet n'est pas de cet avis.
    On trouve l’ouvrage avec les noms de Laurent Echard et de Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, dans le catalogue de la BnF. 1825 [1] ; 1749 : [2] ; 1755 : [3] ; 1801 : [4] ; Neuvième édition, Mr le Chevalier de Roujoux, Philippe, 1829 : [5] ; Neuvième édition, Mr le Chevalier de Roujoux, Belin Mandard, 1836 : [6]. plusieurs fois réimprimé. Cet ouvrage, publié sous le nom de Vosgien, est présenté comme une traduction de lInterprète du Gasettier ou du Nouvelliste, de l'auteur anglais Laurent Echard ; il se veut être un manuel de poche facile à utiliser.
    Quérard n’en mentionne pas moins de 10 éditions, de 1755 à 1817. La plus correcte est, semble-t-il, celle que Letronne a publiée en 1813, sous le nom d'Auguste L***, 1 vol. in-12.
  2. L'auteur le composa pendant les vacances, à la campagne, par manière de délassement, et dans l'unique dessein de donner aux jeunes gens qui le consultaient souvent une juste idée de l'histoire et de la littérature. » Ces paroles, qui sont de Ladvocat, donnent l'exacte mesure de l'ouvrage. Il fut fait par manière de délassement, c'est dire assez qu'il fourmille de fautes et d'inadvertances. Aussi l'abbé Saas s'éleva-t-il contre l'édition de 1760, dans une Lettre d'un professeur de Douai à un professeur de Louvain, Douai (Rouen), 1762, in-8°. Ce critique y trouve des fautes de toute espèce, et les relève avec beaucoup d'amertume et de hauteur. Le Dictionnaire historique de Ladvocat, publié d'abord en 2 volumes in-8° et porté depuis à 4 volumes, n'est peut-être autre chose qu'un abrégé du Dictionnaire de Moreri. Les articles de géographie, d'antiquité et de généalogie ont disparu, mais ceux de mythologie ont été conservés. Du reste, l'auteur a eu le tort d'ajouter aux noms déjà trop multipliés du Moreri, ceux de beaucoup d'hommes de sa profession dont la postérité ne s'occupera guère ; et, vu les bornes étroites qu'il s'était prescrites, il n'a fait qu'une sèche et insignifiante nomenclature, à laquelle une certaine exactitude de dates, jointe à tous les avantages d'un volume très resserré, a donné pendant assez longtemps une espèce de vogue. Le Dictionnaire historique fut traduit en italien par l'abbé Palazzi, Milan, vol. in-8° ; et en allemand, Ulm, 1761, vol. in-8°.
Revenir à la page « Dictionnaires portatifs géographique et historique de l'abbé Ladvocat ».