Ouvrir le menu principal

Baguette <
Index alphabétique - B
> Bain de Mortier
Index par tome
BAHUT, s. m. C’est le nom que l’on donne à un mur bas qui est destiné à porter un comble au-dessus d’un chéneau, l’arcature à jour d’un cloître, une grille, une barrière. Lorsqu’au XIIIe siècle on établit sans exception, dans tous les édifices de quelque importance, des chéneaux en pierre décorés de balustrades à la chute des combles, on éleva ceux-ci (afin d’éviter les dégradations que le passage dans les chéneaux devait faire subir aux couvertures) sur de petits murs qui protégeaient leur base, et empêchaient les filtrations causées par des amas de neige ou de fortes pluies. Les grands combles du chœur et de la nef de la cathédrale de Paris sont ainsi portés sur des bahuts de 1m, 25 de hauteur, dont nous donnons ici la figure (1).
Bahut.cathedrale.Paris.png
Ces bahuts, décorés d’une assise de damiers sous les sablières, sont en outre percés d’ajours pour éclairer et aérer la charpente du comble. Plus tard, vers le milieu du XIIIe siècle, les bahuts furent pourvus d’une dernière assise formant larmier pour éviter que les eaux descendant de la couverture ne dégradassent les parements de pierre et pour les faire tomber directement dans le chéneau (2). On trouve à Amiens, à Beauvais, à la Sainte-Chapelle du Palais, des bahuts ainsi couronnés. Ce profil saillant permettait d’ailleurs d’établir des coyaux A, et en laissant une circulation d’air entre les pieds des chevrons, les sablières et la couverture, il préservait ces pièces de bois de la pourriture. Les bahuts des grands combles n’ont guère que 0, 40 ou 0, 60 centimètres d’épaisseur et portent sur les formerets des voûtes hautes (voy. Construction, Charpente), en laissant le plus de largeur possible à la tête des murs pour l’établissement des chéneaux.
Bahut.XIIIe.siecle.png
Quelquefois même les bahuts des combles sont établis sur des arcs de décharge reportant le poids de la charpente sur les sommiers des voûtes intérieures ; alors toute l’épaisseur des murs est réservée pour le placement des chéneaux. Les colonnes des galeries intérieures, pendant l’époque romane et au commencement de la période ogivale, sont souvent dressées sur de petits murs d’appui qui sont de véritables bahuts. Les colonnettes du triforium du porche de l’église de Vézelay sont ainsi disposées. Dans la nef et le chœur de la cathédrale d’Amiens même, c’est encore sur un bahut que sont posées les colonnes du triforium (voy. Triforium ).