Ouvrir le menu principal
Partie 1, Chapitre 5 De la fréquente Communion... Partie 1, Chapitre 7


Chapitre 6


du commandement de communier en la primitive eglise.

vous avez raison de reconnoistre qu’il n’y a point de fondement assez solide, pour establir dans la primitive eglise le precepte de communier tous les jours : et quant à la coustume de participer au sacrifice toutes les fois que l’on y assistoit ; je vous ay desja monstré qu’elle ne nous fait voir autre chose, sinon que ces saints disciples des apostres, demandoient les mesmes dispositions pour entendre la messe, que pour recevoir l’eucharistie : et par consequent, qu’il ne faut pas s’estonner si la plus grande partie de ceux qui l’entendoient, y communioient. C’est pourquoy, quand vous aurez banny de l’eglise tous ceux qu’ils en bannissoient, c’est à dire, (comme Saint Denys nous le tesmoigne,) (...) ; l’on ne trouvera nullement mauvais, qu’à l’exemple de ces premiers chrestiens, vous conviez à la reception de l’eucharistie, tous ceux qui demeureront pour assister à la celebration des mysteres. Mais que vous vous serviez de cette sainte pratique, pour porter ceux qu’ils auroient chassez de l’eglise à s’approcher souvent des autels ; c’est ce qu’on ne peut voir sans gemissement, et sans douleur. Et pour vous apprendre en passant (en attendant que je le fasse plus au long en un autre endroit) que la coustume, ou mesme le precepte, si vous le voulez, de communier souvent en la primitive eglise, ne regardoit, que les innocens et les justes , et non pas les pecheurs et les penitens , il ne faut que vous renvoyer à vostre office, où vous trouverez que Saint Soter pape, faisant commandement à tous les fidelles de communier le jour de la cene, ne manque pas d’en excepter ceux, qui estoient separez de l’eucharistie pour quelque peché mortel.