Date de la mort de Louis X Hutin


Date de la mort de Louis X Hutin
Bibliothèque de l’École des chartes
Tome LX, p. 414-417
1899


DATE DE LA MORT DE LOUIS X HUTIN


L’utilité des anciens comptes, pour préciser les dates, n’est plus à démontrer. Si, dans les chroniques, la chronologie des événements est souvent faussée, dans les pièces de comptabilité, au contraire, les dates, surtout celles qui servaient de terme, sont presque toujours exactes. Aussi peut-on s’en servir afin de fixer un point douteux dans le cas où il y a désaccord entre les historiens. C’est ce que nous nous proposons de faire pour déterminer avec certitude le jour de la mort de Louis X Hutin.

Dans les chroniques et les documents du commencement du xive siècle, nous trouvons trois dates différentes pour cet événement. Les Grandes Chroniques (éd. P. Paris, t. V, p. 228) le fixent au 5 juin. Deux chroniques anonymes publiées au t. XXI du Recueil des historiens des Gaules et de la France, p. 140 et 151, lui assignent le même jour, c’est-à-dire le samedi veille de la Trinité ou le samedi après la Pentecôte. Une note du t. X, p. 576, des Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, nous apprend que la reine Clémence de Hongrie rappelle dans son testament que son époux mourut le 5 juin 1316. Mais, d’un autre côté, les manuscrits du continuateur de Guillaume de Nangis donnent comme date le 5 juillet (H. Géraud, au t. I de son édition de Guillaume de Nangis, p. 426, a corrigé cette mention et imprimé quinta die mensis junii). Une note mise en marge d’un compte contemporain, note citée par M. Moranvillé dans son édition de la Chronographia regum Francorum, t. I, p. 229, fixe cette mort au 7 juillet. Parmi les érudits et les historiens modernes, les opinions sont nécessairement aussi partagées. L’Art de vérifier les dates (éd. in-8o, t. VI, p. 25) dit qu’il mourut le 5 juin « suivant Bernard de la Guionie ou le 8 selon D. Vaissète. » Sismondi (Histoire des Français, t. IX, p. 336), H. Martin (Histoire de France, 4e éd., t. IV, p. 539) fixent sa mort au 5 juin. Dareste, dans son Histoire de France, t. II, p. 385, dit seulement qu’il mourut au mois de juin, sans donner la date du jour. Les éditeurs de la Chronique normande, MM. A. et E. Molinier, donnent la note suivante (p. 239, note 6) : « Louis X mourut à Vincennes le 5 juillet 1316 suivant le continuateur de Guillaume de Nangis et le 5 juin suivant la plupart des autres sources. » M. Renvoisé, dans son Étude sur le règne de Louis X (École nationale des chartes. Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1889, p. 79), fixe cette mort au 5 juin. Enfin, M. Moranvillé, dans une longue note de la Chronographia regum Francorum, t. I, p. 228 et 229, cherche à démontrer que la date de la mort de Louis X doit être fixée au 7 juillet. Il s’appuie, pour prouver ce qu’il avance, sur la date de ses obsèques et aussi sur l’itinéraire de Philippe V le Long. Un passage des Comptes de l’argenterie des rois de France au XIVe siècle, publiés par Douët-d’Arcq, p. 18, nous apprend en effet que Philippe V fit faire le 12 juillet 1316 un service solennel pour son frère. Cependant, malgré l’ingéniosité déployée par M. Moranvillé dans sa note, on ne peut accepter d’autre date que celle du 5 juin, et les Grandes Chroniques sont très exactes en disant (t. V, p. 228) : « En cest an, vraiement, le jour de samedi après la feste de Penthecouste, le cinquiesme jour de juing, au boys de Vincennes, Loys, roy de France, clost son derrenier jour. Et l’endemain ensuivant, c’est assavoir le jour de la Trinité, sixiesme jour en juing, à Saint-Denis en France fu porté ; et l’endemain honnorablement enterré. » Nous trouvons la preuve de cette exactitude scrupuleuse dans un comte de 1316 conservé à la Bibliothèque nationale (ms. fr. 20683, anc. Gaignières 567, fol. 6 à 29). Voici toutes les mentions concernant la mort et les funérailles de Louis X que nous y relevons :


I. Date de la mort.

Fol. 9. Alia mutua facta post obitum regis defuncti domini Ludovici, usque ad julium CCC XVI. De mutuo facto thesauro die obitus domini Ludovici ; videlicet : vta die junii anno predicto, per Nicolaum de Passiaco burgensem Parisiensem, vc l. t.

Fol. 17. Lupelli vc viii recepti per Campsorem usque ad diem sabbati, vam diem junii, qua die obiit rex dominus Ludovicus, v s. p. pro quolibet, vixxvii l. tunc.


II. Date des funérailles.

Fol. 7. De baillivo Rothomagensi, Petro de Hangesto ; de denariis ejusdem baillivie usque ad viiam diem junii CCC XVI, qua die, dictus dominus Ludovicus, quondam rex, traditus fuit ecclesiastice sepulture, xic xviii l. xiiii s. ii d., super se, in compoto suo.

Fol. 13. Parisienses ad vitam assignati defuncte regine Margarete ; pro vadiis suis usque ad diem lune viiam junii CCC XVI inclusive, qua die, corpus bone memorie domini Ludovici, quondam Francie et Navarre regis, traditum fuit ecclesiastice sepulture ; per viixxxix dies cum bizesto.

Fol. 14. Giletus Rougiau, luparius, pro se, familia, equis et canibus, a prima die januarii CCC XVo usque ad viiam diem junii sequentem inclusive, qua die, corpus bone memorie domini Ludovici, quondam Francie et Navarre regis, traditum fuit ecclesiastice sepulture ; per viixxxix dies cum bixesto, viii s. x d. per diem, lxx l. iiii s. vi d.

Magister Johannes de Donno Martino, pro vadiis suis, a prima die januarii CCC XV usque ad viiam diem junii anno CCC XVI inclusive, qua die, defunctus dominus Ludovicus, quondam rex, traditus fuit ecclesiastice sepulture…

Fol. 16. Rogerus Renodi et Johannes de Sancto Justo, servientes Castelleti Parisiensis, pro expensis dominarum de Marrignyaco et de Cantu Lupi apud Templum, in prisione, a prima die januarii CCC XV usque ad viiam diem junii post, qua die sepultus fuit dominus Ludovicus rex, per viixxxix dies, xx s. p. per diem, viixxxix l. p….

Fol. 28. Milo dominus de Noeriis, pro vadiis suis viii l. t. per diem, a prima die januarii CCC XV usque ad viiam diem junii post, qua die defunctus dominus rex Ludovicus traditus fuit ecclesiastice sepulture…

Fol. 29. Expense et solutiones facte post obitum defuncti regis domini Ludovici ; videlicet : a viia junii usque ad primam diem Augusti post, anno CCC XVI.

Rogerus Renodi, serviens Castelletti, pro expensis dominarum de Marrigniaco et Cantus Luppi, in prisione apud Templum, a viia die junii qua obiit (sic) idem dominus rex Ludovicus usque ad primam diem julii post, per xxiii dies, xx s. p. per diem, xxiii l., xxiiiia et ultima junii.

Freminus de Coquerello, thesaurarius, pro vadiis suis, a die viia junii, qua defunctus rex dominus Ludovicus traditus fuit ecclesiastice sepulture, exclusive, usque ad diem veneris xxx julii, exclusive[1], qua die fuit amotus a dicto officio, pro liii diebus, xxxii s. ix d. ab. p. per diem, iiiixxvi l. xviii s., prima, xxxa julii.


Nous pensons maintenant qu’un tel ensemble de témoignages suffit amplement à démontrer l’exactitude des dates fournies par les Grandes Chroniques pour la mort (5 juin) et les funérailles (7 juin) de Louis X et à prouver que toutes les autres doivent être rejetées.


Jules Viard.


  1. Ce mot étant ici écrit en toutes lettres, nous avons cru pouvoir imprimer ci-dessus le mot inclusive, que le scribe avait écrit inclusien, faute d’avoir compris la forme abrégée inclusie.