Ouvrir le menu principal
Contes des féesCharavy frères, éditeur (p. 117-118).
NOTE  ►




EPILOGUE




La ruse n’en n’est pas nouvelle :
— Le vieux Conteur que j’ai cité
N’a jamais encore existé
Autre part que dans ma cervelle.
Tout ce que je vous en ai dit
Est pour donner à chaque conte
Que j’invente et que je raconte
Plus de force et plus de crédit.
Je connais la nature humaine,

Et sais qu’un poète inconnu
N’en serait autrement venu
A vous mener où je vous mène.


9 novembre 1880.