Confession du Sieur de Sacy




La couillasse du païsan.


Un païsan se morfondaiz

De point n’avoir eüt progenie

Quant copulage molt faisaiz

Car couillasse n’avait nennie.

En son champel estoit larmant

Mais qu’Ange vinst devens la nue

Li dist : « Païsan, de Dieu mant

Qu’aura molt engendre connue

Se li Seigneur por bienfaist tien

Te faiz present couillasse grosse. »

Li païsan molt estoit bien :

« — Qu’huis jure adonc que feroi gosse ?

— Enda, mais dois prime esprover

Se de Jesus est féal home ;

Por çi sa merdasse arriver

Esconvient la morfier come

Morfier un mest resdempteur. »

Ço remest merdasse bouffie.

« — Seroit merdasse du Seigneur ?

— Da, Jesus veult que la morfie.

— Se veult Jesus por loïausté

Ja veux ceçi que veult mon maistre. »

Malgré parlance en chrestienté,

Païsan varier paraistre,

De molt effrois est assailli.

« — Point connoistre ceste chronique ?

Dist l’Ange ; Christ estoit bailli,

Clouë, déchiré de tunique,

Dessus la cruz, qu’alors chia.

Or recueilli ceste merdasse

Devens Graal la versia.

La voisçi ; prendras la couillasse

Se la morfie a l’estomach

Et s’en emple a comsble la gorge. »

Prist lors païsan par le brach :

« — Ques le tien nom ? — Me nome George.

— Triste a l’idez de morfier,

Larmant es ; tel sera tien nome.

George Larmant doit se fier

A mien Seigneur qui parle a l’homme

Par mon travers, mi, Gabriel

Ange de Dieu ja te commansde

D’asvaler merdasse du Ciel. »

Ultimement li prend l’offransde

Por la morfie avec farveur.

— Hossanah ! morfia merdasse !

Mil anges vinrent en fasveur,

Gabriel porterant couillasse

Et l’offranst a bon païsan.

« — George Larmant tienne lignee

Sera fesconde et molt aisan. »

Li remest couillasse assignee

S’en retourne en dive païs

Et dans rayon lusmineux passe.


Li Ciel veult qu’on li obeïs

Et por merdasse rend couillasse.