Ouvrir le menu principal

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Une idée.


UNE IDÉE


Air : soir et matin sur la fougère (Air noté )


Des maux présents l’âme obsédée
Je rêvais en vrai songe-creux,
Quand devant moi passe une idée.
Une idée ! Oui, bourgeois peureux.
Celle-ci, Messieurs, jeune et belle,
Est faible encor ; mais je prétends,
Si le bon Dieu prend pitié d’elle,
La voir grandir en peu de temps.


Je lui crie : — Où vas-tu, pauvrette ?
Maint gendarme t’attend là-bas ;
Des mouchards la foule te guette ;
Le commissaire suit tes pas.
— Tant de peine qu’on leur voit prendre,
Dit-elle, accroît l’espoir que j’ai :
Du peuple ils me font mieux comprendre ;
C’est un commentaire obligé.

— Moi qui suis vieux, pour toi je tremble ;
On va te barrer le chemin.
Vois ces bataillons qu’on rassemble,
Ces escadrons le sabre en main.
— Bien mieux que tambours et trompettes
Réveillant un cœur endormi,
Je passe entre les baïonnettes
Pour recruter chez l’ennemi.

— Fuis, mon enfant ; fuis, je t’en prie ;
On détruira jusqu’à ton nom.
Vois-tu venir l’artillerie ?
La mèche approche du canon.
— Peut-être aussi sera-t-il nôtre,
Ce canon qui fait ton effroi.
C’est un avocat comme un autre :
Il peut demain plaider pour moi.

— Les députés t’ont prise en haine.
— Au plus fort ils donnent raison.
— Les ministres forgent ta chaîne.
— Mes ailes poussent en prison.
— Contre toi l’Église aussi gronde.
— À son encens j’aurai mon tour.
— Les rois te bannissent du monde.
— Je me cacherai dans leur cour.

Mais soudain quel affreux carnage !
Partout du sang ! partout la mort !
La discipline ôte au courage
Le prix d’un héroïque effort.
C’est en vain. Plus forte et plus calme,
L’Idée, embrassant un tombeau,
Aux vaincus décerne une palme
Et s’envole avec leur drapeau.



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :

Air : Avec les jeux dans le village

No 352.


\relative c' {
  \time 6/8
  \key a \major
  \tempo "Andante."
  \autoBeamOff
  \set Score.tempoHideNote = ##t
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\partial 4. e8 e a | a[ (e)] cis' cis[ (a)] e' 
e[ (d)] cis a e' cis | b4 d8 gis,4 b8 | a4. \bar ":|." cis8 cis cis 
b4 b8 gis4 e8 | b'[ (gis)] e cis'[ (e)] cis | b gis b a gis fis 
e4. e8 e a | a e cis' cis a e' 
e d cis d e fis | fis4. r4 r8 
e8 cis a a gis a | cis4 (b8) d d e 
e4 fis8 e[ (cis)] a | e'4. d8 b gis | a4 r8 r4 r8 \bar "||"
}
\addlyrics {
Des maux pré -- sents l’âme ob -- sé -- dé -- e,
Je rê -- vais en vrai son -- ge- creux,
Quand de -- vant moi passe une i -- dé -- e,
Une i -- dé -- e, oui, bour -- geois peu -- reux.
Cel -- le ci, mes -- sieurs, jeune et belle,
Est faible en -- cor, mais je pré -- tends,
Si le bon Dieu prend pi -- tié d’el -- le,
La voir gran -- dir gran -- dir en peu de temps.
}

Haut