Chansons et rondes enfantines/C’était un roi de Sardaigne

Chansons et rondes enfantines, Texte établi par Jean-Baptiste WeckerlinGarnier (p. 14-15).


C’ÉTAIT UN ROI DE SARDAIGNE



melody = \relative c' {
  \clef treble
  \key g \major
  \time 3/4
  \tempo \markup \fontsize #-1 { Con moto } 4.=90
  \autoBeamOff 
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\partial 4 b'8 c| d4 g, a8 fis | g4 d b'8 c | d4 g, a8 fis | \break
g4 r4 g8 g | d'4 d d8 d | d4 b c8 d | e4 e d8 c | \break
b4 r4 b8 c | d4 r4 g,8 fis | g4 g b8 c | d4 r4 g,8 fis | g4 r4 \bar "|." \break
} % fin partie chant
text = \lyricmode {
C’é -- tait un roi de Sar -- dai -- gne,
Qui fai -- sait si peur aux gens,
Il a -- vait mis dans sa tê -- te De dé -- trô -- ner le sul -- tan_:
Ran tan plan, Par der -- riè -- re, Ran tan plan, par de -- vant.
} % paroles
upper = \relative c'' {
  \clef treble
  \key g \major
  \time 3/4
\partial 4 \stemDown <b g>8 <c a> | \stemNeutral <d b>4 g, a8 fis | g4 d \stemDown <b' g>8 <c a> | \stemNeutral <d b>4 g, a8 fis | \break
g2 g8 g | \acciaccatura cis8 d8 r8 \acciaccatura cis8 d8 r8 \acciaccatura cis8 d8 r8 | \stemDown <d b>4 <b g> <c a>8 <d b> | <e c>4 <e c> <d b>8 <c a> | \break
<b g>4 r4 <b g>8 <c a> | \stemNeutral <d b>2 g,8 fis | g4 g \stemDown <b g>8 <c a> | \stemNeutral <d b>2 g,8 fis | g4 r4  \bar "|." \break
} % fin accompagnement ligne 1
lower = \relative c'' {
  \clef bass
  \key g \major
  \time 3/4
\partial 4 r4 | r4 <g, b,>4 <a d,> | <b g>2 r4 | r4 <g b,>4 <a d,> | \break
<b g>4 g, r4 | <c' fis,>8[ d, <c' fis,> d, <c' fis,> d,] | <b' g>8[-. fis-. g-. b-. a-. g]-. | fis[-. e-. fis-. d-. e-. fis]-. | \break
g4 g, r4 | g'16[ b d g] d4 <c a d,>8 <c a d,> | <b g>4 g, r4 | g'16[ b d g] d4 <c a d,>8 <c a d,> | <b g>4 r4 \bar "|." \break
} % fin accompagnement ligne 2
\score {
  <<
    \new Voice = "mel"
    {  \autoBeamOff \melody }
    \new Lyrics \lyricsto mel \text
    \new PianoStaff <<
      \new Staff = "upper" \upper
      \new Staff = "lower" \lower
    >>
  >>
  \layout {
    \context { \Staff \RemoveEmptyStaves }
    indent = 0.5\cm
    \override Rest #'style = #'classical
    \override Score.BarNumber #'stencil = ##f
    % line-width = #120
    \set fontSize = #-1
  }
  \midi { }
}
\header { tagline = ##f}




Il avait mis dans sa tête
De détrôner le Sultan.
Il avait pour toute armée
Quatre-vingt-dix paysans :
Ran tan plan par derrière,
Ran tan plan, par devant.

Il avait pour toute armée
Quatre-vingt-dix paysans,
Et pour toute artillerie
Quatre canons de fer-blanc :
Ran tan plan par derrière,
Ran tan plan, par devant.

Et pour toute artillerie
Quatre canons de fer-blanc ;
Quand il fut sur la montagne :
« Mon Dieu ! que le monde est grand ! »
Ran tan plan par derrière,
Ran tan plan, par devant.

Quand il fut sur la montagne :
« Mon Dieu ! que le monde est grand ! »
L’ennemi vint à paraître :
Sauv’ qui peut, allons-nous-en !
Ran tan plan, par derrière,
Ran tan plan, par devant.


On trouve déjà le vers final de cette chanson dans une pièce publiée en 1578, Sommaire de tous les recueils de chansons :


Quand fut à Mondhéry
Sur ces hautes montagnes,
Voyant derrière luy
Toutes ces grands campagnes,
Fist trois pas en arrière :
Ah ! que le monde est grand !