Chansons de Béranger publiées en 1847/Claire

List2 gray&blue.svgPour les autres utilisations de ce mot ou de ce titre, voir Claire.

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Claire (Béranger).


CLAIRE



Quelle est cette fille qui passe
D’un pied léger, d’un air riant ?
Dans son sourire que de grâce,
De bonté dans son œil brillant !
— Elle est modiste, et désespère
Ses compagnes par sa fraîcheur ;
Sa beauté fait l’orgueil d’un père :
C’est la fille du fossoyeur.


Claire habite le cimetière.
Ce qu’au soleil on voit briller,
C’est sa fenêtre, et sa volière
Qu’on entend d’ici gazouiller.
Là-bas voltige sur les tombes
Un couple éclatant de blancheur ;
À qui ces deux blanches colombes
À la fille du fossoyeur.

Le soir, près du mur qui domine
Son toit, où la vigne a grimpé,
Par les sons d’une voix divine
De surprise on reste frappé.
Chant d’amour ou chant d’allégresse
Vous retient joyeux ou rêveur.
Quelle est, dit-on, l’enchanteresse ?
C’est la fille du fossoyeur.

On l’entend rire dès l’aurore
Sous les lilas de ce bosquet,
Où les fleurs humides encore
À sa main s’offrent par bouquet.
Là, que les plantes croissent belles !
Que les myrtes ont de vigueur !
Là, toujours des roses nouvelles
Pour la fille du fossoyeur.
 
Sous son toit, demain grande fête :
Son père va la marier.
Elle épouse, et la noce est prête,
Un jeune et beau ménétrier.
Demain, sous la gaze et la soie,
Comme en dansant battra son cœur !
Dieu donne enfants, travail et joie
À la fille du fossoyeur !



Air noté dans Musique des chansons de Béranger :


CLAIRE.

Air de Lantara.
No 321.


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.

Haut