C’hest de la Houce



Ajouter un fac-similé pour vérification, — comment faire ?

C’HEST DE LA HOUCE


Man. de Turin ; Fr. 36, f. 585 v°, 1" col.,
586 V, i » col.


Un essanple vous voel retraire,
Où jou ne quier mençoigne atraire
Quant il n’est du mentir mestier.
Il avint jadis à Poitiers,
Ensi com il me fu conté,
C’uns hom manoit en la cité,
Rices d’avoir et connissans.
Si amoit moult les siens enfans ;
Un fil ot, que mout tenoit cier.
Bien vous puis dire et aficier
Conques nus hom en creature
Ne mist si très grant nourreture
Com li pères en li faisoit ;
A son pooir bien li faisoit,
N’onques un jour ne s’en recrut.
Li varlès amenda et crut
Tant que marier le convint.
Au preudhomme si en avint
Que pour lui metre ricement
Li donna mueble et tenement ;
A son pooir tout en lui mist
Et de quanqu’il eut se demist:
De toutes choses à son ues
N’en retint qui vausist.II. oes.
Li varlès mainnage maintint
Tant que sa femme.I. fil retint,
Qui mout fu puis de grant savoir.
Longement, [je l’vous] fas savoir,
Mena li prodom bone vie,
Tant que sa femme en eut envie
Du prodomme qui tant haï;
S’a dit son baron:“ Haï,
Con vous pensés de bien avoir.
Se vous aviiés plus d’avoir
Que n’avés, foi que doi Saint Pierre ;
Cel gasteroit tout vostre pierre ;
Bellement son mengier [d]esert ;
Nus ne menjue s’il n’en desert,
Fors plus seulement que d’estre ivre,
Ne jà jor n’en sera delivre.
Je vous di bien qu’il n’i a el,
U me vuidera cest ostel;
Fiancer le puis de ma main,
Ou il ora congiet demain.
Ensi sa femme li a dit,
Et li varlès sans contredit
Ce dit qu’il fera son voloir,
Cis qui du tout en noncaloir
Pour sa femme a son père mis,
Qui pour lui s’iert du tout demis.
Au main li coumencha à dire
Chose qu’il déust escondire:
“Biaus pères, vous aves esté
moi maint iver, maint esté ;
Onques ne vous entremesistes
De riens nule qui eust merites
Painne sans plus, fors que d’estre ivre.
Vous n’avés plus mestier de vivre ;
Celés vous ent en un rendus,
Et sachiés que jou ne vel plus
Que vous soiés en ma maison,
Car en vous n’a sens ne raison, ”
Quant li prodom l’a entendu,
Mout fu dolans et confondu,
Plains de grant maltalent et d’ire,
Car il ne puet un seul mot dire.
Longement ala demourant ;
Après se li dist en plourant
“Biaus fieus”, dist-il, “je te nourri
Et saciés c’onques jour mari
Ne vous fis pour que je péusse
Et sachiés que je vous péusse
D’or et d’argent puis qu’il vous fust
D’autrui que de moi gréust.
Quant tu ensi m’en veus cacier
Je ne me sai ù pourquachier.
Au jor que pour toi me démis
Perdi l’avoir et mes amis;
Mais prier t’en vuel d’une cose
Pour chou que nus hom ne t’en cose :
Je suis molt debrisiés et vius
Et, cant cacier m’en vius
De ton ostel et m’en eslonges,
Je pri c’une robe me donnes,
Et si n’ai cauces ne soulers
Trop seroit mauvais li allers.
Cis respont : “De chou ne m’en caut,
Encore avés vous trop de caut.
Ce poise moi que tant vivés.
Jamais par moi nul bien n’arés ;
Ne paierai mais vostre escot.
— Biaus fius, donne moi un surcot
Que tu as de tes viés roubes
Ou une de tes vies houces,
Dont tu fais tes chevax couvrir.
Après me fais ton huis ouvrir ;
J’irai à Diu, quant il te plaist,
Que plus oïant de moi te laist.
— Hé ! ” fait-il, “n’en puis escondire.
Alés laiens à mon fi ! dire
Qu’il vous doinst une houce viés ;
Si en cuuevre et teste et piés.”
Li Prodom tout errant s’en tourne ;
A son neveu vint, qui atourne
Les chevaus et fait atourner.
Cis, qui plus ne pot sejourner,
A son neveu dist et recorde
De son père la grant discorde :
“Mais toutes voies tant me donne
C’une vies housche m’abandonne ;
Biaus niés, par moi vous prie et mande
Et sachiés qui le vous commande
Que la plus grande me bailliés ;
Or gardés que vous n’i failliés.”
Quant li enfes l’a entendu,
Mout fu dolans et esperdu,
Plains’de grant mautalent et d’ire
“Or, aies à mon père dire
Que pau i avés esploitié ;
Vous n’en arés que la moitié
De la houce, si vous le di ;
Toute l’autre vous contredi.”
Li prodom l’ot, si eut grant duel,
Qui maintenant morir s’en vuel.
Tout errant arrière s’en vient :
“Biaus fieus”, dist-il, “il te convient,
Pour ta parole faire estable,
C’avec moi vignes en l’estable,
Car tes fieus le me contredist,
Et si s’afice bien et dist
Que n’en arai que la moitie,
Je ne sai pour quel convontie,
Et, quant ensi carier m’en vius,
Fai le me avoir tout, se tu vius.”
Cis, qui la remanance doute,
Li respondi : “Vous l’arés toute,
Quel talent que li gars en ait.”
A son fil dist : “Il ne te plaist,
Quant n’as mon commandement fait ? ”
Cis respont : De riens n’ai méfait,
Ains ai mout grant raison et droit.
Et si vous dirai orendroit
Pour coi je ne li voel baillier
La houce, ains li voel retaillier.
Savés pourquoi je l’ai partie
Et vous oste l’autre partie,
Que vous, se je puis, userés.
Quant de son éage serés,
Jà de moi ne vous mentirai ;
Tout aussi vous revestirai
Com vous or faites vostre père,
Qui trop acate et trop conpère
La painne qu’il en vous mise ;
Vés qu’il n’a cote ne chemise.
Or vait trop malement l’escote ;
Je vous ferai d’autel drap cote.”
Quant li varlès oit et entend
Son fil, qui à raison entend,
Mout durement s’en esmervelle
Et trop li vient à grant mervele.
“Biaus fius”, dist-il, “j’ai trop mespris.
Si m’aït Dieus, molt as apris
De chou c’as dit molt t’en merchi.
Or li pri jou, pour Dieu merchi,
Que cest grant méfait me pardoinst
Et sa benéichon me doinst.”
Li prodom trestout li pardonne,
Et li varlès errant li donne
Du tenement et du quatel
La signourie del ostel,
Dont fist li prodom son voloir,
Qui forment se péust doloir,
Ne fust chou que li enfes dist.
Que la houce li contredist.
Par chou vous fais aperchevoir
Que cis n’est pas plains de savoir
Mais de folie s’entremet
Qui tout le sien à son fil met,
Que nus ne fera jà son bon.
Si de l’autrui comme du son
L’autrui chose estoit com demant,
Du vostre vo commandement
Ferés, sans mesure et sans conte.
Ensi définerai mon conte.