Ouvrir le menu principal
Anthologie des poètes français du XIXème siècle, Texte établi par (Alphonse Lemerre), Alphonse Lemerre, éditeur* 1762 à 1817 (p. 264-265).




JULES LACROIX

1809



Jules lacroix, frère de Paul Lacroix dit le Bibliophile Jacob, est plus connu par son théâtre et par ses traductions que par ses œuvres lyriques. L’Académie française lui accorda en 1862 le grand prix de dix mille francs pour sa traduction d’Œdipe Roi. Il appartient à cette Anthologie par son Recueil des Pervenches et par une traduction en vers de Juvénal.

S’il manque de souplesse et de couleur, il possède, par contre, de réelles qualités d’énergie. Bien que généralement d’une tonalité grise, il est parfois sombre et sculptural dans son vers, comme Mérimée dans sa prose.

______



LE VENDREDI SAINT




Malheureux ! en ce jour de larmes et d’effroi
Où la Mort sur un Dieu remporta la victoire,
Dans nos temples voilés d’un crêpe expiatoire,
Quand les gémissements roulent comme un beffroi,


Au milieu de l’orgie où tu sièges en roi,
On te gorge de vin, et l’on te ferait boire
Le sang même du Christ dans l’or pur du ciboire,
Comme si l’Homme-Dieu n’était pas mort pour toi !

Et, tout fier de railler les choses qu’on révère,
Quand la foule à genoux garde un jeûne sévère,
Tu manges et tu bois, tandis qu’on pleure au ciel,

Et tu fais ruisseler l’ivresse dans ton verre
Le jour où, s’abreuvant à l’éponge de fiel,
Jésus crucifié mourut sur le Calvaire !



______