Ouvrir le menu principal

Anthologie des poètes français du XIXème siècle/Georges Boutelleau

< Anthologie des poètes français du XIXème siècle
Anthologie des poètes français du XIXème siècleAlphonse Lemerre, éditeur*** 1842 à 1851 (p. 234-242).




GEORGES BOUTELLEAU


1846




Paul Déroulède est né à Barbezieux (Charente). Il a publié deux recueils de vers : Poèmes en miniature (1881) et Le Vitrail (1887).

« Les Poèmes en miniature, dit M. François Coppée, sont l’œuvre d’un poète ému et d’un artiste raffiné. Le volume justifie son titre ; les plus longues pièces nom pas plus de six ou huit strophes de quatre vers. Ces fleurettes au parfum exquis, ces petits bijoux, finement ciselés, font songer à L’Intermezzo et aux Émaux et Camées. Henri Heine et Théophile Gautier auraient souri de plaisir, croyons-nous , en écoutant la jolie musique de cette volière a oiseaux-mouches. »

Ce jugement peut s’appliquer au Vitrail, où l’auteur a montré, avec plus de bonheur encore, le même souci de la perfection dans la brièveté. Chez lui, toute une vision, ou toute une émotion, est évoquée en quelques vers. Et n’eût-il écrit que les deux stances du Colibri, cet exquis et profond symbole, M. Boutelleau ne serait-il pas assuré, autant que personne, d’avoir cueilli du moins une fleur pour le bouquet des Anthologies futures ?

Un troisième recueil actuellement sous presse, Les Cimes, inaugurera une nouvelle manière de l’auteur, où le lyrisme concentré de ses premiers lieder coulera plus large et plus libre.

Les poésies de M. Georges Boutelleau ont été publiées par Alphonse Lemerre.

Auguste Dorchain.


____________
LE COLIBRI


J’ai vu passer aux pays froids
L’oiseau des îles merveilleuses,
Il allait frôlant les yeuses
Et les sapins mornes des bois.

Je lui dis : « Tes plages sont belles,
Ne pleures-tu pas leur soleil ? »
Il répondit: « Tout m’est vermeil :
Je porte mon ciel sur mes ailes ! »

(Poèmes en miniature)

L’OCÉAN

L’océan de loin me tourmente ;
Partout sa plainte me poursuit
Aux heures de jour et de nuit,
J’entends sa voix qui se lamente.

On nous dit que les matelots
Se croient à bord sur les chaussées
Et gardent, de leurs traversées,
Le mouvement rythmé des flots.

Je ne vous ai pas effleurées,
Houleuses vagues de la mer,
Mais si triste est mon cœur amer,
Que je crois vous avoir pleurées !


Et je porte là, sous ma main,
Avec les angoisses de l’onde,
La douleur, étrange et profonde,
De quelque sanglot surhumain.

(Poèmes en miniature)

ÊTRE POÈTE

Être poète, c’est aimer
L’idéal rayonnant des choses,
Le soleil, l’amour et les roses,
Tout ce qui naît pour embaumer.

Être poète, c’est comprendre
Ce que le cœur a d’infini ;
Plaindre le pauvre et le banni,
Avoir la main prête à se tendre.

Être poète, c’est souffrir
D’une espérance inassouvie ;
C’est donner mille fois sa vie,
Et pourtant n’en jamais mourir.

(Poèmes en miniature)

LES RAMIERS

Par les ciels gris ou les ciels roses,
Rasant la cime des palmiers
Ou frôlant les buissons de roses,
Passent les sauvages ramiers.


Ils s’en vont, les ailes tendues,
Sous l’aube ou le couchant vermeil,
Attirés par les étendues
Et les infinis de soleil.

Sous les changeantes latitudes,
Ils demandent à l’horizon
On ne sait quelles altitudes
Ou quelle introuvable saison.

Traversant ainsi les années,
A vols impuissants, mais hardis,
Nous cherchons, pour nos destinées,
Les impossibles paradis.

(Le Vitrail)

LA ROSE

Cette rose, comme pâmée,
Au parfum suave et mortel,
Belle à mettre sur un autel :
Cette rose est ma bien-aimée.
Cette épine, que mon cœur sent,
Sous la douce rose embaumée,
Déchirer sa chair entamée:
Cette épine, teinte de sang,
C’est l’amour de ma bien-aimée.

(Le Vitrail)

LES DEUX OMBRES

Deux ombres cheminaient dans une étroite allée,
Sous le pâle couchant d’un jour mourant d’été :
L’une avait sur la lèvre un sourire enchanté ;
L’autre était languissante et de crêpes voilée.

Elles allaient sans but, distraites du chemin,
Cherchant la solitude et son divin mystère ;
Fiancés éternels aussi vieux que la terre :
La Douleur et l’Amour qui se donnaient la main.

(Le Vitrail)

LES MORTS

Les morts ne sont pas ceux qui meurent
Et qui s’en vont en paradis ;
Les vrais morts sont ceux qui demeurent,
Par la stupeur des deuils raidis.

Leur gîte sombre est une bière
Sans épitaphe et sans cyprès ;
On y sent le poids de la pierre
Et le rongement des regrets.

Et sur la sépulcrale geôle
Les jours pleuvent, flétris et froids,
Comme pleuvent, d’un pâle saule,
Les feuilles qui couvrent les croix.

(Le Vitrail)

L’ÉVENTAIL

Sur le grand éventail chinois
Qu’elle agirait quand nous nous vîmes,
J’ai mis au vol, en tapinois,
Des dessins frêles et des rimes.

J’ai dit, en strophes, mes gros crimes,
Péchés effrontés ou sournois,
Rêves au vent, souhaits intimes,
Maux subtils du cœur aux abois.

Les vers badins et les vers sombres
S’enlacent sous les fines ombres
Des bambous et des tamarins.

Mais l’enfant blonde et décevante,
D’une main pareille, s’évente
Avec ma joie et mes chagrins.

(Le Vitrail)

ÉTOILES !

Perles de l’étendue, étoiles,
Qui piquez d’or les soirs sereins,
Je veux vous prendre à vos écrins,
Pour broder aux anges des voiles.


Étoiles, fleurs des blonds étés,
Avant les éternels désastres,
Laissez-moi, comme un bouquet d’astres,
Vous offrir aux déshérités.

Étoiles, larmes de mystère,
Qui tombez du large des cieux,
Emplissez, jusqu’au bord, mes yeux,
Que je pleure notre misère !

(Les Cimes)

L’ASCÈTE

Sous le flagellement des tempêtes de soufre,
Au sommet nu d’un mont, qui se déchire en gouffre,
Un ascète est debout et les deux bras en croix.
Brisant du joug humain les chaînes et les lois,
Pour mériter le ciel des saints par sa torture,
Il arrache sa chair et la donne en pâture.
Il appelle des monts, des repaires secrets,
Les fauves des hauteurs et des vieilles forêts ;
Pantelant sous le fouet de l’âpre espoir qu’il couve,
Il fait boire son sang aux petits de la louve ;
Et quand il est à bout de martyre et d’orgueil,
Spectre qui pourrait faire épouvante au cercueil,
Ses désirs arrachés de son flanc, comme un glaive,
Il meurt les yeux fixés sur l’erreur de son rêve.

(Les Cimes)

PAlX DU SOIR

Ô paix du soir, paix douce et paix consolatrice,
Qui mets un baiser frais sur toute cicatrice,
Ô paix du ciel, qui sur les fatigués descends,
Je te bénis pour tes souffles assoupissants ;
Pour ton voile étoile qui couvre nos désastres ;
Le silence, où j’entends veiller les lointains astres ;
Pour l’auguste repos du cœur las qui s’endort ;
Pour tout ce que tu fais de semblable à la mort.

(Les Cimes)

LE SOLEIL

Le soleil, en naissant, rougit l’orient bleu ;
Comme une immense rose au calice de feu,
Il s’ouvre, éblouissant, sur un azur de soie ;
Aucun voile des nuits obscures ne le noie,
Il s’est épanoui, dans le jardin des airs,
Triomphant, et lançant partout ses rayons clairs.
Il irise les mers, les sables et la neige,
Il allume l’Égypte et dore la Norwège,
Les pics chauves, les bois, les blés, les rocs, les creux
Des précipices verts dans les pays ombreux.
En laves de cratère, il ruisselle et s’épanche,
Et saignant des clartés rouges sur l’avalanche,

Il fait, à son zénith, flamber le ciel ardent.
Il cherche dans le sol le germe fécondant
Du brin d’herbe qui pousse aux liserets des routes,
Et, comme des brouillards on voit frémir les gouttes,
Sa brume pourpre vibre au-dessus des guérets.
Il luit sur la tanière et le nid des forêts,
Rit à l’inconsolable, au pauvre, au grabataire,
Et sur l’âpre chemin où va le solitaire
Jette le reflet pur et rose de l’été.
Il fond les grandes eaux couvrant l’immensité
Et sèche au bord des cils une larme qui coule,
Et sur tout ce qui naît et sur tout ce qui croule
Imprime le sceau d’or de sa gloire des cieux.
Et cela depuis que ce globe, sombre et vieux,
Est sorti vagissant de ses lourdes ténèbres ;
Depuis que l’homme est homme et que les ans funèbres
D’Abel et de Caïn ont fait le sol sanglant,
Il n’a pas, dans l’espace, avare ou moins brûlant,
Mis la digue aux torrents épars de ses lumières.
Tous les peuples éteints l’ont eu dans leurs paupières.
Il peut, sur les débris séculaires des temps,
Jusqu’au chaos dernier éveiller les printemps.
Il attire vers lui les astres et les âmes,
Et l’infini demeure ébloui de ses flammes.

(Les Cimes)