À mes chansons

A MES CHANSONS


Au Val-Bénit partez, fils de ma muse !
A peine éclos, c’est là qu’il faut aller ;
Parlez sans moi, vous direz pour excuse.
Il n’a pas, lui, d’ailes pour s’envoler. »

Lisant Rousseau qu’aiment tous les poètes,
Là, j’ai coulé peu de jours bien remplis ;
Mais sans remords j’ai quitté mes Charmettes ;
L’air en est pur, ma pervenche est un lis.

Oh ! quel bonheur de revêtir la brume
Sur le coteau comme un linceul flottant,
Et de chercher à l’horizon qui fume,
Là-bas, là-bas, le toit qu’on aime tant ;

Et de poursuivre aux champs, aux bois, sans terme.
Un papillon, un rêve, un feu follet.
Sûr de trouver, de retour à la ferme,
Un doux accueil, du pain blanc et du lait !


Avec le pâtre au ravin j’allais boire.
M’inspirant là, pauvre et gai, j’y vécus ;
Fontaine aux vers, quel conte dérisoire
T’a fait nommer la fontaine aux écus ?

Je n’eus jamais ce qu’a la boulangère ;
Mais quand l’amour me caressait alors,
S’il étreignait une bourse légère,
Il sentait battre un cœur plein de trésors.

Trésors perdus ! la semence divine
Que j’étalais, vaniteux paresseux,
S’est envolée, et rien n’a pris racine,
Et cependant je lui disais : Ma sœur,

Un beau laurier sur votre front d’ivoire
Remplacera la rose du buisson.
Je le disais et mon rêve de gloire
A, comme tout, fini par des chansons,

Au Val-Bénit partez, fils de ma muse !
A peine éclos, c’est là qu’il faut aller ;
Partez sans moi, vous direz pour excuse :
« Il n’a pas, lui, d’ailes pour s’envoler. »